Situé à Stuttgart, au cœur des activités de la marque, ce musée n’est pas seulement un résumé de l’histoire de l’un des plus réputés constructeurs d’automobiles de sport. C’est également une œuvre d’art en soi et un vibrant hommage au génie créatif.

Nous fûmes d’abord frappés par la prestance du bâtiment en lui-même. Un rectangle d’acier, de verre et de béton semblant reposer sur ses pattes, un peu à la manière d’une soucoupe volante en phase d’atterrissage. Ce monument très design en impose par ses dimensions : 140 m de longueur, 70 m de large et 23 m de haut. Le tout forme une surface totale de 25.800 mètres carré ! Alléchés par tant de promesses architecturales, nous ne nous faisons pas prier pour pénétrer le bâtiment.

Ambiance clinique !

Directement, le musée vous plonge dans l’ambiance. Très clinique, celle-ci mélange uniquement le blanc et le noir. Après l’indispensable passage par la réception, vous voici grimpant « vers les cieux » avec un escalator qui rappelle une spécificité de la marque : c’est celui de gauche qui monte car c’est avec la main gauche que vous démarrez une Porsche.

80 voitures

L’exposition met 80 voitures en scène, sur une collection comptant 500 modèles en rotation. Ce ne sont pas seulement les modèles les plus emblématiques de la marque qui sont représentés, mais également ceux étudiés par les ingénieurs de la maison ou par Ferdinand Porsche lui-même. On y voit, entre autres, la première voiture de course conçue par ce dernier (une Austro-Daimler Sascha de 1922), une belle série de 356 dont un modèle de présérie, les inévitables 911, une Harley Davidson dessinée par Porsche Design, des modèles de compétition (904 GTS, 908, 917…), une étrange étude de familiale pour le marché chinois et bien entendu, toutes les supercars de l’ère moderne, de la 959 à la 918 Spyder.

Les aveugles ne sont pas oubliés

Porsche entend faire vibrer les émotions du plus grand nombre et pour ce faire, la marque entend également parler à ceux qui auraient plus de mal à percevoir la magie du nom. Les aveugles sont donc invités à se parer de gants blancs et, aidés par le personnel, peuvent caresser les formes des voitures, de manière à se faire une représentation des formes des modèles. Une heureuse initiative que l’on espère voir se généraliser plus largement !

Articles liés

À la une

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.