Auto
  • Audi R8 vs Lamborghini Gallardo : duel fratricide (2/2)
  • Audi R8 vs Lamborghini Gallardo : duel fratricide (2/2)

    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo
    audi r8 vs lamborghini gallardo


    La semaine passée, nous vous avions présenté un duel de choc, à savoir la confrontation de deux GT, sœurs sur le papier, mais néanmoins rivales à la rue. Après l’aperçu des mécaniques, voici maintenant la suite et la fin de cette rencontre au sommet.

    • plaisir de conduite, sonorité (Lambo surtout), tenue de route, confort (Audi), performances, freinage
    • tarif délirant (Lambo), équipement (Audi), boîtes robotisées perfectibles, position de conduite (Lambo)

    Tenue de route

    Ici, comme on dit, c’est vous qui voyez. Toutes deux sont affublées d’une transmission intégrale mais les sensations n’en sont pas moins différentes. Pourtant, toutes deux privilégient l’agilité avec un couple majoritairement envoyé vers les roues postérieures. Dotée de la suspension standard, notre Audi d’essai ne bénéficiait donc pas de la suspension Magnetic Ride optionnelle. Pourtant, le compromis trouvé semble idéal. Les ingénieurs ont réussi à associer une tenue de route saine, progressive, efficace et amusante avec un excellent confort. Nous ne sommes d’ailleurs pas loin de penser qu’il s’agit là de l’une des supercars les plus confortables du moment. Elle absorbe en effet, avec énormément de tact les irrégularités de revêtement, ce qui en fait une superbe GT au long cours.

    La Lamborghini est plus radicale, plus sèche. Ce qui ne la rend pas moins précise ou vive. De facile à apprivoiser à vitesse raisonnable, la Gallardo exige quelques notions de pilotage pour qui veut en tirer le plein potentiel. Et il conviendra également de soutenir l’attention sur chaussées dégradées, la garde au sol étant assez faible. Mais quel plaisir ! Comme l’Audi, si la transmission est intégrale, le caractère propulsion reste cependant de mise, avec des survirages qu’il est possible d’entretenir avec la pédale de droite.

    Egalité sur ce point, l’une est efficace, l’autre est attachante… Difficile de les départager…

    Confort

    On l’a dit, même avec le compromis de base, la R8 offre un superbe confort de roulement. Un confort que rien ne semble pouvoir ternir. Si la voiture est basse, les plus grands gabarits pourront malgré tout, trouver une excellente position de conduite où tout tombe logiquement sous la main. A ce sujet, bien des commandes proviennent de l’Audi TT et on aurait dès lors souhaité quelques éléments un peu plus exclusifs. Mais la finition, tradition Audi, est rigoureusement irréprochable. Enfin, pour une sportive aussi basse, l’habitabilité est très généreuse. C’est un sans faute pour l’Audi, donc… Enfin, l’insonorisation est excellente, peut être même trop et l’on aurait aimé mieux percevoir le grondement du V8… Pour cela, prière d’ouvrir les vitres !

    La Lamborghini pâtit logiquement de son caractère plus affirmé : la suspension est bien plus sèche et retransmet fidèlement dans les reins la moindre inégalité. Quant à la position de conduite, là encore, la R8 fait mieux. Et de loin… En effet, le passage de roue gauche empêche le pied de s’installer confortablement. De plus, les grands gabarits trouveront la garde au toit fort juste. Si la version Superleggera fait sensiblement mieux à ce niveau, avec ses sièges baquets, on ne peut dire que le résultat soit suffisant. Quant aux commandes, elles proviennent en droite ligne de chez Audi. Voilà qui est franchement regrettable sur une voiture de ce prix et aussi exclusive. Au moins, tout fonctionne, diront les habitués des anciennes Lamborghini… Quant à l’isolation acoustique, elle n’empêche nullement le V10 de sonoriser abondamment l’habitacle, qui se transforme dès lors en véritable salle de concert.

    Avantage Audi, et de loin. Jamais une GT de ce niveau n’aura été aussi conciliante.

    Tarifs et équipement

    Nous évoluons ici à un niveau de prix qui se situe dans une sphère où l’oxygène se raréfie ! Pour la modique somme de 154.880 €, une Gallardo est à vous ! L’Audi se fait nettement plus raisonnable, avec un tarif de départ de 109.020 €. Un tarif toutefois élevé au regard de la longue liste d’options et de l’équipement de série, finalement assez chiche : la peinture métallisée est à 1.149,50 €, le régulateur de vitesse à 302,50 €, la boîte robotisée à 7.500 € (9.680 € pour la Gallardo),… Notons également que le rétroviseur jour/nuit automatique est en option, de même que les capteurs de pluie et de luminosité.

    Anecdotique mais néanmoins révélatrice, la consommation relevée au volant de la Lamborghini a de quoi affoler les plus écologiques, avec une moyenne de 25 litres. Un chiffre qui peut joyeusement s’envoler (plus de 30 litres) en zone urbaine… La R8, nettement plus raisonnable, fait figure de moineau à côté ! Avec 17 litres en moyenne, elle partira malgré tout avec un gros handicap lors des Economy Run !

    Avantage Audi donc, même si l’équipement aurait tout de même pu être plus complet.

    Conclusion

    Nés d’une même famille, ces deux véhicules n’en démontrent pas moins des caractères très différents. Docile et facile, l’Audi remporte la palme de la polyvalence. Expressive et exclusive, la Lamborghini remporte le titre de l’exubérance… Deux tempéraments qui ont chacun leurs adeptes et qui s’affrontent dos à dos… Toutefois, pour le prix de la Lamborghini, on peut s’offrir une R8 et un Q7 pour transporter la famille… Le prestige se paye décidément fort cher…

    Texte :

    Photos : François Piette

    Vidéo : Lionel Hermans, François Piette

    Ceci vous intéresse aussi ...

    Actualités et essais