Auto
  • Audi Q7 V6 TDI 211 vs Volvo XC90 D5 : A armes égales…
  • Audi Q7 V6 TDI 211 vs Volvo XC90 D5 : A armes égales…

    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90
    volvo xc90

    Ce sont les derniers venus sur le marchés de gros SUV premiums et nous les confrontons aujourd’hui dans leurs versions les plus populaires ! La froide rigueur germanique l’emporte-t-elle toujours sur la sécurité et le charme du Suédois ?
    • Audi Q7

      • Agrément de conduite
      • Habitabilité royale/Coffre
      • Equipement disponible

      Volvo XC90

      • Habitacle fabuleux
      • Confort de conduite
      • Equipement sécuritaire
    • Audi Q7

      • Tarif avec options
      • Quelques mesquineries sur la dotation de série

      Volvo XC90

      • 4 cylindres sans noblesse
      • Pataud en conduite dynamique

    Avec son XC90, Volvo se place en véritable outsider face aux incontournables modèles allemands. Au point qu’à l’heure actuelle, il n’y a guère que le nouveau Q7 d’Audi qui semble en mesure de lui résister… Le Teuton maintient-il son avance ou le Suédois a-t-il réussi à le supplanter ?

    Certes, vous vous demandez sans doute pourquoi nous n’avons pas repris la version de base du XC90 (D4) pour la confrontation avec le ticket d’entrée du Q7. Tout simplement parce que la comparaison aurait été injuste pour le Suédois, qui accusait alors un gros déficit en terme de couple (pas moins de 100 Nm !). Trêve de bavardage, place au match entre ces deux 7 places…

    Espace intérieur : Avantage Audi

    Le XC90 frôle la barre des 5 mètres en longueur. Le Q7, pour sa part, la dépasse d’un cheveu ! Ce qui signifie que ce dernier profite d’une dizaine de centimètres supplémentaires pour accueillir plus généreusement ses passagers. Vraiment ? Non. A vrai dire, l’habitabilité paraît très similaire dans les deux cas, y compris sur la troisième et dernière rangée capable d’embarquer deux adultes sur de courts trajets.

    C’est au niveau du coffre que l’Audi prend l’avantage, avec un volume de 770 litres (1.955 litres banquettes rabattues). Le XC90 suit à 100 litres, avec un volume de 671 litres (1.899 litres banquettes rabattues).

    Finition, ambiance : Avantage Volvo

    En terme d’atmosphère, le Suédois sait s’y faire : matériaux de nobles qualités, harmonie des teintes, suppression de la majorité des boutons au profit d’une belle tablette multimédia en format portrait… A ses côtés, l’habitacle du concurrent allemand paraît fort triste : certes, la qualité est absolument irréprochable, meilleure même qu’à bord du Scandinave, mais les ensembles sombres et la pelletée de boutons garnissant la console centrale ne rendent pas la chose particulièrement guillerette !

    Equipement : Egalité

    Tous deux s’équipent des dernières technologies en matière d’aides à la conduite et de conduite semi-autonome. Les systèmes multimédias (avec Apple Car Play, le système d’intégration de votre iPhone) sont fort complets dans les deux cas, mais se manipulent radicalement différemment : via une molette et un pavé tactile pour l’Audi et directement sur l’écran pour le XC90. Avec un brin d’habitude, on finit par manier les deux avec la même facilité.

    Moteurs, performances : Avantage Audi

    Sur papier, les valeurs de puissance et de couple sont très proches : respectivement 218 ch et 500 Nm pour l’Audi (211 ch en version fiscale) et 235 ch et 470 Nm pour le Suédois. Les résultats face au chronomètres sont donc serrés, même si l’Audi se révèle un brin plus rapide en accélération, avec un temps de 7,1 secondes au 0 à 100 km/h, soit 0,7 seconde de mieux que le Suédois. Une différence imperceptible.

    En revanche, ce qui est bien perceptible, c’est l’agrément de la mécanique : la Volvo s’en remet à un 4 cylindres turbo diesel de 2 litres qui, s’il est parfaitement encapsulé, n’a toutefois pas l’harmonie, la douceur, l’onctuosité et la sonorité du V6 de 3 litres de l’Audi. La raison du plus fort est toujours la meilleure. Même à performances égales…

    Dynamisme : Avantage Audi

    Avec ses 4 roues directrices (en option) et motrices, l’Audi se faufile avec l’aisance d’une voiture bien plus compacte ! Même en conduite dynamique, l’ensemble ne se désunit pas. La Volvo, avec 4 roues uniquement motrices, se révèle plus pataude et, de manière générale, incite surtout à une conduite calme et détendue. Ce que l’atmosphère de l’habitacle sublime !

    Confort : Egalité

    D’un point de vue objectif, l’Audi fait mieux : amortissement plus filtrant et insonorisation un brin plus poussée obligent. Mais la Volvo compense avec des sièges fantastiques, une ambiance zen et une stéréo digne d’une cathédrale. Au final, on projette de longues distances tant avec l’une qu’avec l’autre. Et c’est bien cela qui compte…

    Tarifs : Avantage Volvo

    S’il existe déjà un XC90 à partir de 51.400 €, la version D5 n’est proposée qu’à partir de 62.200 € (en finition Momentum et 7 places). Le Q7 d’en face, pour sa part, est affiché à 58.850 € en prix de base. La dotation de série est décente dans les deux cas, mais la Volvo est toutefois plus généreuse. De plus, les options sont moins chères dans le grand Nord qu’outre-Rhin.

    Consommation : Avantage Audi

    A la pompe, le V6 aux quatre anneaux se révèle étonnement plus sobre : nous avons relevé une moyenne légèrement inférieure à 8 l/100 km pour le Q7 et d’environ 8,5 l/100 km pour le XC90. En terme d’émissions de CO2, ils se tiennent dans un mouchoir de poche : 144 g/km pour l’Allemand et… 149 g/km pour le Suédois.

    Conclusion : Avantage Audi

    Si l’on s’en tient au nombre de victoires par chapitre, l’Audi écrase sa concurrente. Mais dans les faits, la victoire est remportée sur le fil ! Le gros SUV teuton peut compter sur son agrément de conduite, bien aidé par son onctueux V6 il est vrai, pour convaincre davantage. Le Suédois, pour sa part, ne démérite certainement pas : à vrai dire, nous serions même embarrassés si nous devions choisir l’un des deux ! Subjectivement, le XC90 pourrait l’emporter dans nos cœurs : plus charmeur, il profite d’un habitacle douillet et à l’atmosphère sans pareil. A vous de voir donc, selon vos priorités… Une chose est sûre : jamais Volvo n’aura autant ébranlé la concurrence germanique.

    Texte :

    Photos : François Piette - Wim Bervoets

    Donnez votre avis!

    Actualités et essais