Auto
  • Porsche 718 Cayman : Reculer pour mieux sauter ?
  • Porsche 718 Cayman : Reculer pour mieux sauter ?

    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman
    porsche cayman

    Contrairement à l’immense majorité des constructeurs, Porsche ne fait pas les choses à moitié lorsqu’il entreprend de relifter ses modèles. Dans le cas de ses Cayman et Boxster, il révolutionne même le genre…
      • Equilibre routier
      • Finition
      • Agrément de conduite
      • Performances
      • Caractère moteur en retrait (sonorité)
      • Tarif final
      • Dotation de série

    De loin, on se dit que le Cayman ne semble pas avoir vraiment changé. Il paraît toujours aussi équilibré et sportif, avec ses grandes roues, son regard acéré et sa courbe de toit en pente douce. Mais à bien y regarder, on remarque mille détails qui au final, apportent de réelles évolutions : des ailes au pli plus marqué aux feux arrière assombris, le Cayman révise 70 % de ses pièces de carrosserie. Et cela, pour un facelift, c’est presque du jamais vu !

    Habitacle au sommet

    Dans l’habitacle, c’est encore mieux : la finition est toujours sublime, alors que désormais, le système multimédia fait appel aux dernières technologies en date, avec une navigation incorporant le trafic en temps réel, une connexion Internet, un écran tactile de haute qualité et surtout, une intégration optimale de votre smartphone grâce à Apple Car Play. Chers afficionados d’Android, sachez que Porsche pensera bientôt à vous…

    Espace suffisant

    Dans l’habitacle, l’habitabilité est largement suffisante. Pour rappel, contrairement à sa grande sœur 911, le Cayman est une stricte deux places. Tant pis pour les (petits) passagers, mais tant mieux pour les bagages : en effet, il cumule un espace à l’avant et un autre à l’arrière, ce qui lui permet d’embarquer suffisamment de bagages pour une semaine de vacances en amoureux ! Ce que vous serez d’autant plus heureux de faire que son amortissement est plus tolérant que jamais…

    Coup de clé…

    Coup de clé et le moteur jappe rageusement dans l’air dans une sonorité lourde de sous-entendus. Jusque-là, tout va bien. Mais si vous tendez bien l’oreille, vous reconnaitrez le « flop-flop-flop » bien connu des possesseurs de Subaru ! En effet, Porsche entame sa révolution mécanique en amputant le célébrissime flat-six de deux cylindres ! Il en reste quatre qui cubent au total, deux litres de cylindrée.

    Caractéristiques

    Sur papier, si le moteur est nettement plus petit qu’auparavant, il gagne solidement en performances, grâce à l'apport d'un turbo : 300 chevaux et un couple de 380 Nm disponible entre 1.950 et 4.500 tr/min ! Une sacrée disponibilité, toujours exploitable via une boîte manuelle à 6 rapports ou une boîte automatique PDK à double embrayage et 7 rapports. Bien entendu, ce sont les roues arrière qui poussent ! Face au chrono, cela se traduit par un 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes (4,9) et une vitesse maxi de 275 km/h. Pour info, la version S rajoute encore en performances avec un moteur réalésé à 2,5 litres et une puissance qui grimpe à 350 chevaux !

    Levier sur D et c’est parti !

    Dès les premiers tours de roue, on ressent le tempérament très différent du reptile : le moteur affiche nettement plus de rondeur et procure des accélérations plus viriles dès les plus bas régimes. Au petit jeu des reprises, à vue de nez, ce 718 Cayman doit mettre une solide pâtée dans la vue du précédent Cayman S ! Voilà qui rend donc le coupé plus facile à vivre que jamais.

    Esprit sportif ?

    Esprit, es-tu là ? On pourrait se poser la question. En effet, le flat-four n’offre pas la même réactivité face aux injonctions de la pédale de droite, ni la même rage à chasser les hauts régimes que le précédent flat-six. A l’oreille, le nouveau moteur a été trituré dans tous les sens pour offrir un son rageur et suggestif. C’est plutôt réussi, mais cela devient lassant à la longue, alors que le précédent 6 cylindres n’en finissait jamais d’envoûter vos oreilles par sa voix tantôt métallique, tantôt suave, mais toujours divine. Bref, l’ouïe est moins à la fête et reconnaît tantôt une Subaru, tantôt une Porsche 356…

    Mais ne vous fiez surtout pas à ces seules impressions. Car si le flat-four a le tempérament plus calme et moins colérique, surtout à hauts régimes, il n’en demeure pas moins explosif ! Son couple abondant permet de sortir des virages comme une fusée ! Et la cerise sur le gâteau, c’est évidemment le comportement routier.

    Comportement sportif !

    Plus équilibré que jamais, le Cayman offre une adhérence sidérante. Le couple supérieur du nouveau moteur permet même d’en jouer davantage, en exploitant les limites plus facilement. Mais, c’est encore dans les enchainements rapides qu’il se montre impérial, avec une stabilité et un tranchant inédits pour une voiture de route !

    Tarifs

    Contrairement à la précédente politique qui hissait le Cayman au-dessus du Boxster, le reptile est désormais moins cher (environ 2.000 € tout de même) que la version cabriolet. C’est plus logique… Toutefois, ne rêvez pas non plus d’un prix abordable, car les prix sont élevés :  54.087 € pour le 718 Cayman et 66.792 € pour la version S. La boîte PDK rajoute environ 3.000 € à la note.

    Et ne comptez surtout pas vous en tirer à si bon compte, car la liste d’options est longue, donne le tournis et est… indispensable ! En effet, de série, le 718 Cayman n’offre pas grand-chose, pas même la climatisation automatique ! A titre d’exemple, notre très bel exemplaire comptait environ… 40.000 € d’options. De manière plus raisonnable, tablez sur environ 15.000 € d’options.

    Consommation

    A la pompe, le flat-four est annoncé comme plus sobre. C’est en effet le cas sur papier : le 718 Cayman PDK est annoncé à 6,9 l/100 km de moyenne, soit des émissions de CO2 de 158 g/km. A vrai dire, tout dépend de votre pied droit. Pied léger, le 718 Cayman pourra se contenter de largement moins de 9 l/100 km. Pied plus lourd, le chiffre pourra s’envoler jusqu’aux sommets atteints par le précédent moteur. En conduite rapide, mais souple, ce que le moteur invite naturellement à faire, nous avons relevé une consommation moyenne de 9,8 l/100 km et ce, sur tous types de routes.

    Conclusion

    Il faut se faire une raison : les nouvelles réglementations imposent aux constructeurs de renouveler leurs gammes de moteurs, quitte à rompre avec quelques traditions. Chez Porsche, la mutation est plutôt heureuse puisqu’il s’agit d’un retour aux sources : le Cayman récupère ainsi un 4 cylindres à plat comme la première voiture de la marque, la 356. A l’usage, ce nouveau moulin ne peut évidemment offrir les sensations du précédent, mais il compense avec une vigueur qui force le respect. Une vigueur qui d’ailleurs, sublime encore les qualités du châssis. Aujourd’hui, bien plus qu’hier, un Cayman s’achète pour son comportement routier.

    Texte :

    Photos : François Piette

    Donnez votre avis!

    Actualités et essais