Auto
  • Porsche 911 Carrera : Régime turbo !
  • Porsche 911 Carrera : Régime turbo !

    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche
    porsche

    Certes, il ne s’agit que d’un facelift, mais il révolutionne malgré tout mamy 911. Pour la première fois dans son histoire, la 911 « traditionnelle » fait appel à la suralimentation par turbos. Et cela change quoi, au juste ?
      • Performances explosives
      • Comportement routier
      • Polyvalence/confort au quotidien
      • Finition/Equipement disponible
      • Position de conduite
      • Fiscalement plus intéressante
      • Sonorité assourdie (échappement standard)
      • Espaces de rangement/coffre réduit
      • Tarif costaud
      • Options nombreuses et très onéreuses
      • Places arrière étriquées
      • Roues arrière directrices indisponibles (Carrera)

    La suralimentation n’est en effet, plus réservée à la seule 911… Turbo. Depuis septembre 2015, toutes les 911 (GT3, GT3 RS et R exceptées) ont droit à un tout nouveau moteur, à la cylindrée ramenée à 3 litres, mais dont les entrailles se voient dopées par une paire de turbos. Selon Porsche, voilà qui profite non seulement à la consommation, mais également à la puissance qui gagne 20 chevaux tant sur la 911 Carrera que sur la Carrera S. Mais qu’en est-il de cette chose si particulière à la 911, qui ne se mesure pas et que l’on appelle « le caractère » ?

    Non, tu n’as pas changé…

    Si certains aspects évoluent, d’autres semblent immuables. Cette « nouvelle » 911 ne change pas grand-chose à son style : de nouvelles optiques, de nouvelles poignées de porte, un capot arrière redessiné et… c’est à peu près tout. En voilà une qui préserve un style d’une grande finesse, même si, forcément, les hanches et les épaules ont un peu forci avec les années.

    Dans l’habitacle…

    Les choses semblent toujours à leur place. Si tant de choses ont déjà été écrites au sujet de la 911, on oublie parfois de souligner à quel point cette sportive est agréable au quotidien : accès très aisé dans l’habitacle, habitabilité remarquable (aux places avant), excellente visibilité, confort des sièges, ergonomie impeccable et last but not least, une finition irréprochable. Voilà un environnement que l’on aimerait revoir tous les jours ! En revanche, le coffre (à l’avant) est toujours aussi étriqué et vous ne serez pas aidés par les espaces de rangement à bord. Heureusement, il reste les places arrière pour vos bagages, vu que ces dernières ne sont pas vraiment utilisables par des adultes !

    Equipement en hausse !

    La 911 se met à la page et accueille un nouveau système multimédia : on y trouve tout le superflu indispensable de nos jours, comme l’intégration optimale des smartphones, la possibilité de recharger ces derniers par induction, une connexion à internet avec les infos trafic en temps réel… Le tout se commande sur un écran tactile de 7 pouces relativement simple à maîtriser.

    Sécurité ? Oui, mais pas pour tout le monde…

    Il apparaît assez incongru de trouver sur une sportive, par essence destinée au plaisir de conduite, des systèmes de pilotage autonome. Et on n’en trouve pas ! En revanche, nous retrouvons tout le reste : régulateur de vitesse adaptatif, avertisseur d’angle mort, rappel des panneaux de signalisation… Tout cela se paye hélas, rubis sur ongle. Même l’essuie-glace arrière demande un supplément !

    Et la musique ?

    Position de conduite parfaite, cinq beaux cadrans s’étalant derrière le volant, clé de contact à gauche : les éléments typiques sont bien présents. Et au démarrage, le râle du flat-six situé derrière vous se fait toujours entendre ! Mais cette fois, il semble comme en sourdine, comme si les turbos lui avaient coupé la voix. Dommage… Bon à savoir, notre exemplaire n’était pas doté de l’échappement sport.

    En route !

    La boîte automatique PDK à 7 rapports est toujours un régal à l’usage. Souple, intelligente et vive comme l’éclair, elle reste l’une des références parmi les transmissions à double embrayage ! En ville, la 911 se dirige comme un vélo. La garde au sol et l’amortissement confortable permettent d’affronter les pires conditions ! Un régal…

    Les choses sérieuses…

    Lorsque le conducteur s’enhardit, l’apport en couple est indéniable : fini le fantastique boxer à deux étages, cette fois, le flat-six pousse tout le temps et dès les plus basses rotations. Il n’y qu’à appuyer pour que cette 911 pousse comme une fusée et se retrouve propulsée à des vitesses hautement répréhensibles ! Une poussée velue, intense et qui démarre dès 1.500 tr/min pour ne jamais se tarir, même à près de 7.000 tr/min où elle consent enfin à chanter !

    Bien plus linéaire, cette nouvelle mécanique ne demande plus au conducteur de s’appliquer à maintenir l’aiguille du compte-tours central au-delà des 4.000 tr/min. Bon à savoir : avec le pack « Sport Chrono », vous profitez d’un bouton rotatif sur le volant commandant 4 modes de conduite et contenant en son centre, un bouton pour une accélération maximale sur une durée de 20 secondes. Si une petite citadine venait à s’égarer dans votre rétroviseur…

    Rivée au sol

    Chez Porsche, la politique d’équipement reste une nébuleuse assez peu compréhensible par le commun des mortels. Ainsi, cette nouvelle 911 apporte dans ses valises, des roues arrière directrices ! Oui, mais uniquement en option sur la Carrera S. Dépourvue de ce dispositif, notre Carrera « de base » n’en offrait pas moins un comportement redoutable d’efficacité. Les mouvements de caisse sont réduits à néant, la voiture change de direction avec une facilité désarmante, la direction offre une précision remarquable et la stabilité n’a jamais été aussi bien maîtrisée qu’avec cette génération !

    L’architecture avec moteur tout à l’arrière assure une motricité optimale qui permet des remises des gaz très franches en sortie de virage. En clair, les limites sur route sont quasiment inatteignables, d’autant que l’efficacité profite de la suspension adaptative PASM (livrée de série, pour une fois !) pour exceller sur tous les profils de route… Et pour préserver un confort d’amortissement digne d’une familiale ! Enfin, sachez qu’une Porsche, ça freine ! Très fort et très longtemps, même sans les (chers) disques en céramique !

    Budget

    Les prix enflent avec les années : une 911 Carrera est désormais proposée tout juste sous la barre des 100.000 € (99.825 € pour être précis). Comme il est de tradition avec la marque, ce dernier chiffre enfle avec une vitesse démoniaque dès que vous vous penchez sur le catalogue d’options, ultra chargé !

    Et la consommation ? Bonne nouvelle, Porsche dit vrai ! En conduite souple sur autoroute et route, nous avons réalisé une moyenne un brin supérieure à 8 l/100 km, ce qui est remarquable pour une bête de 370 chevaux et 450 Nm de couple ! Bien entendu, il est parfaitement possible de consommer le double, voire bien plus si votre pied s’appesantit. C’est cela aussi l’effet turbo ! Bonne nouvelle pour les indépendants : annoncée à 169 g CO2/km, la 911 Carrera à boîte PDK permet une déductibilité à 70 %.

    Conclusion

    Quelques puristes regretteront peut-être un moteur plus lisse et moins sonore. A ceux-là, nous rétorquerons que l’apport en couple exacerbe la facilité de conduite et les performances, et qu’un échappement « sport » optionnel permet de sauver les meubles ! Décidément, les années passent, les technologies évoluent, mais mamy 911 reste toujours au sommet. Sans conteste, il s’agit plus que jamais de la reine de la polyvalence !

    Texte :

    Photos : François Piette

    Donnez votre avis!

    Actualités et essais