Commercialisée à la fin 2012, la Mazda 6 est une voiture pétrie de talents. Mais la vie commerciale est parfois injuste et la belle Japonaise reste méconnue. Ayant récemment profité d’une série de mises à jour, la Mazda 6 tente une seconde fois, de nous convaincre. Pour mesurer l’étendue de ses talents, nous la comparons à l’une des références du segment : la Skoda Superb Combi.





Francois Piette
Expert VROOM
04/08/2017

MAZDA 6

  • Agrément de conduite
  • Coffre pratique
  • Comportement dynamique et sûr
  • Fiabilité reconnue
  • Emissions co2
  • Habitabilité quelconque
  • Petit retard technologique (p.e. multimédia)
  • Volume de coffre moyen
Donnez votre avis
Info modèle

SKODA SUPERB

  • Coffre énorme
  • Détails pratiques
  • Espace intérieur gigantesque
  • Habitabilité immense
  • Technologie à la pointe
  • Comportement placide
  • Détails de finition
  • Modularité assez basique
  • Prix à la hausse
1 avis
Info modèle

A l’heure où les SUV raflent des parts de marché sur tous les segments, il était temps de rappeler les avantages du break. Plus près du sol, ceux-ci sont non seulement plus agréables à conduire, mais à motorisation identique, ils proposent de meilleures performances et une consommation moindre. Vous laisserez-vous séduire par l’un d’eux ?

Confort/habitabilité/coffre : Avantage Skoda

Chez Skoda, on s’est rendu spécialiste du rapport encombrement/habitabilité. Affichant une longueur de 4,86 m, la Superb Combi offre l’habitabilité d’une voiture d’au moins trente centimètres plus longue ! A l’arrière, vous pourrez transporter les Sumo qui sont trop à l’étroit dans la Mazda, pourtant à peine plus courte (4,8 m). En effet, cette dernière offre un bilan qui n’est pas ridicule, mais la Skoda joue vraiment dans une autre catégorie.

Même son de cloche au niveau du coffre : de 660 à 1.950 litres (banquette arrière rabattue) pour la Tchèque et de 522 à 1.648 litres pour sa concurrente. La messe est dite. Quoique : la modularité de la berline européenne déçoit, avec ses seuls dossiers rabattables ne formant pas de plancher plat. Sur la route, la Skoda est également plus confortable, avec une insonorisation aux bruits de roulement plus poussée et un amortissement plus tolérant.

Finition/Equipement : Avantage Skoda

Chez Mazda, le tempérament sportif est à l’honneur, avec des élégantes surpiqûres, un poste de conduite à l’ergonomie irréprochable et une ambiance « cockpit », avec ses faibles surfaces vitrées. La Skoda, plus lumineuse (surtout avec le toit panoramique optionnel), semble également plus sérieuse avec un agencement qui rappelle les produits du groupe VW. Et pour cause ! Si quelques plastiques marquent le pas sur la Tchèque, la Japonaise ne fait pas beaucoup mieux avec une présentation générale certes plus sportive, mais aussi plus datée.

Au niveau de l’équipement, la Skoda prend le large : système multimédia infiniment plus poussé avec connectivité Apple CarPlay et Android Auto, assistant de conduite dans les embouteillages, détection de somnolence, avertissement de trafic arrière transversal… Voilà autant d’équipements tout bonnement indisponibles sur la fille du Soleil Levant ! De plus, cette dernière n’offre pas la même flexibilité dans sa gamme et impose souvent de grimper en gamme pour profiter d’un équipement précis, la liste des options étant très réduite.

Performances/prestations : Avantage Mazda

La disgrâce actuelle du diesel et… l’envie de rouler différemment aidant, nous avons choisi de confronter les deux modèles dans leur version essence : 1.4 TSI de 150 chevaux pour la Tchèque et 2 litres de 163 chevaux pour la Japonaise. Et c’est ici deux philosophies qui s’affrontent : petit moteur turbocompressé (Skoda) contre gros moteur atmosphérique (Mazda). Et c’est parce que ce dernier a un déficit en couple (210 Nm contre 250 Nm) que nous avons choisi d’opter pour la version la plus puissante, un moteur dégonflé à 145 ch étant également proposé. Dans tous les cas, une boîte manuelle à 6 vitesses est proposée de série. Une boîte automatique est facturée en sus : à double embrayage et 7 rapports (DSG) pour la Tchèque, classique et à 6 rapports pour la Japonaise.

Sur la route, la Mazda remporte la palme de l’agrément. Son moteur plus réactif à la sonorité plus suggestive est accolé à une boîte qui pousse au crime, tellement sa commande est agréable. Bien campée sur le sol et d’une belle agilité, la Mazda donne envie de jouer avec elle, d’autant que les ingénieurs ont ajouté un répartiteur de couple sur le train avant, pour aider la motricité. La Skoda rentre plus dans le rang. Son moteur plus souple est plus disponible à bas régimes, mais donne moins envie de jouer, tout comme sa commande de boîte. Quant au comportement routier, s’il affiche une belle stabilité, il marque clairement le pas en conduite soutenue et apparaît comme plus pataud que celui de sa concurrente.

Budget/Consommation : Avantage Mazda

La Mazda 6 Wagon est proposée à partir de 25.189 € (2.0 l 145 ch essence, finition Skymove) et la Skoda Superb Combi, à partir de… 28.005 € (1.4 TSI de 125 ch, finition Active). A finition équivalente, il faut effectivement compter environ 2.000 à 3.000 € de plus pour profiter de la Skoda. En termes d’émissions de CO2, c’est cette dernière qui prend l’avantage : 121 g/km, contre 135 g/km.

A la pompe, le résultat dépend essentiellement… de l’apesanteur naturelle de votre pied droit ! Le moteur TSI est effectivement capable de consommer nettement moins que le 2 litres Mazda, mais il faut pour cela rouler souplement et ne pas trop réveiller le turbo. Auquel cas, vous obtiendrez une moyenne de 7,2 l/100 km pour la première et de 7,6 l/100 km pour la seconde. En cas de conduite plus « virile », le moteur atmosphérique reprend l’avantage.

Conclusion : Avantage Skoda

Deux victoires partout, on pourrait dès lors être tenté d’écrire une conclusion facile, du style : votre break, vous le voulez sportif (Mazda) ou convivial (Skoda) ? Mais à vrai dire, nous serons plus nuancés. En effet, c’est la Skoda qui prend l’avantage car ses qualités pratiques et technologiques revêtent une toute autre importance pour ce style de voiture que le comportement dynamique. Profitant des dernières trouvailles de Volkswagen en matière d’équipement, la Superb est un break qui s’apprécie un peu plus chaque jour, quelles que soient les conditions. La Mazda ne démérite pas, mais elle est pénalisée par son retard technologique. Mais quel agrément de conduite !





Articles liés

À la une

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.