Le Renault Espace, un des pionniers des monovolumes, a fortement évolué il y a deux ans pour devenir un peu moins monovolume, mais un peu plus crossover. Aujourd’hui, il profite d’un discret facelift qui lui vaut une nouvelle motorisation : celle de la toute nouvelle Alpine !

Wim Bervoets
Expert VROOM
06/07/2017
3,6
Score VROOM
3,5
3,5
4
3
3,5
4
4
3,5

Points positifs et négatifs

  • Atmosphère agréable à bord
  • Modularité
  • Moteur souple et très disponible
  • Sièges confortables
  • Confort sur jantes de 19 pouces
  • Quelques détails de finition
  • Sièges étroits à l'arrière
  • Sonorité artificielle (Sport)

N’attendez toutefois pas un moteur de compétition sous le capot de l’Espace : le bloc a profité de quelques modifications qui résultent en une puissance diminuée et un caractère qui sied mieux à ce monovolume/crossover.

Que voit-on précisément sous le capot ?

Le même 4 cylindres turbo essence de 1,8 litre que celui qui officiera sous le capot de l’Alpine A110. Les spécifications sont toutefois calmées : 225 chevaux plutôt que 252 et un couple de 300 Nm au lieu de 320. Renault a également revu le caractère du moteur : il est moins porté sur les hauts régimes, mais se porte au mieux à bas régimes.

Quelle place prend ce moteur dans la gamme Espace ?

Celui de l’unique moteur essence. N’attendez donc pas de version sportive : le 1.8 l remplace purement et simplement le précédent 1.6 TCe de 200 ch. La gamme Espace se compose donc de trois moteurs : le 1.6 dCi de 130 et 160 ch et ce 1.8 TCe de 225 ch. Remarque : jusqu’il y a peu, un moteur de 1,6 l était le plus gros bloc que Renault pouvait offrir.

Comment se comporte ce moteur ?

Bien : il réagit promptement et se veut alerte, en combinaison avec la boîte automatique à 7 rapports et double embrayage (EDC), la seule transmission disponible avec ce moteur. Il reprend volontairement à bas régimes et son enthousiasme se calme une fois dans les hautes sphères du compte-tours. Vous n’entendez quasiment jamais sa voix, à moins de choisir le mode Sport dans le système MultiSense : sa sonorité devient alors artificielle, remontant par les haut-parleurs. Un gadget inutile sur une Espace. Du côté des prestations, Renault annonce un 0 à 100 km/h en 7,6 secondes et une vitesse de pointe de 224 km/h.

Comme roule-t-il ?

De manière assez plaisante. Notre véhicule d’essai était équipé du châssis 4Control, soit avec quatre roues directrices et amortissement adaptatif. Cela renforce le plaisir de conduite, mais la masse importante tempère toute velléité de conduite sportive. Heureusement, l’Espace reste toujours très confortable… Sauf si vous optez pour les plus grandes jantes disponibles, comme les 19 pouces de notre voiture. Celles-ci raffermissent le confort sur les irrégularités.

Quelles sont les autres modifications ?

Du côté du style extérieur : aucune. A moins d’être un connaisseur du modèle et d’avoir remarqué la nouvelle teinte grise Titanium et les deux nouvelles jantes. Dans l’habitacle, Renault propose des sièges ventilés, une nouvelle teinte de cuir et un nouvel éclairage LED. Cela signifie que l’Espace propose toujours un intérieur spacieux et modulable en version 5 places. Les adultes seront cependant à l’étroit sur les deux sièges supplémentaires de la version 7 places. Le volume de coffre varie entre 680 et 2.101 litres pour le modèle à 5 places.

Qu’en est-il du système multimédia ?

Il a également été (légèrement) revu : Renault a prévu une connexion Apple CarPlay pour le système R-Link 2. De plus, les Français ont lancé une application qui permet de tenir votre véhicule à l’œil.

Et quid de la sécurité ?

RAS ! Toutes les dernières aides à la mode sont prévues, ou presque : régulateur de vitesse adaptatif, freinage d’urgence, assistant au maintien de voie, surveillance des angles morts, reconnaissance des panneaux routiers… L’assistant de conduite dans les embouteillages n’est pas encore prévu. Mais l’Espace peut se garer tout seul en stationnement parallèle, en épi ou en bataille.

Que dois-je encore savoir ?

Que la plupart des Espace vendus chez nous sont des voitures de société. C’est pourquoi près de 9 Espace sur 10 sont équipés d’un moteur diesel et que donc, ce 1.8 TCe 225 fera une percée anecdotique en Belgique. Enfin, un détail d’importance : l’Espace peut être livré avec une banquette « Business » à deux sièges plutôt que trois. Cette modification coûte la coquette somme de 30.500 € (sic) et destine donc cet Espace Executive au Président de la République…

Combien coûte-t-il ?

Le nouvel Espace TCe 225 est affiché chez nous à partir de 40.400 €, au niveau de finition Intens. L’équipement comprend dès lors la climatisation bizone automatique, les capteurs de pluie, les capteurs de parking, les phares LED, le système R-Link 2, le régulateur de vitesse adaptatif, l’assistant au maintien de voie, la surveillance des angles morts, la reconnaissance des panneaux de signalisation, etc. La version Initiale Paris coûte 46.850 € et rajoute une installation stéréo Bose, la caméra de recul, les 4 roues directrices avec l’amortissement adaptatif, le réglage de la climatisation à l’arrière, l’intérieur cuir, ainsi que les sièges chauffants et réfrigérants avec fonction massage.

En conclusion ?

En profitant du moteur de l’Alpine, le Renault Espace ne devient pas sportif pour autant. Il s’allie alors à une mécanique souple et volontaire. Mais parce que l’Espace est principalement un véhicule de flotte et que la version essence est affichée à un prix copieux (mais avec un équipement complet), cette version essence sera rare sur nos routes.

Articles liés

À la une

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.