C'est peu dire que la 308 constitue depuis son lancement en 2013 un sacré numéro pur Peugeot! Mais la concurrence n'attend pas et il s'agit à chaque fois de se remettre en question pour rester au top. Et dans ce segment C, les adversaires restent sans pitié, comme la Golf, elle aussi récemment remise au goût du jour…

Bruno Wouters
Expert VROOM
23/06/2017

Points positifs et négatifs

  • Comportement plaisant
  • I-cockpit attractif
  • Nouveaux puretech et bluehdi de 130ch très convaincants
  • Boîte auto encore lente
  • Evolution esthétique timide
  • I-Cockpit clivant

Produite à plus de 760.000 exemplaires depuis sa sortie et auréolée de nombreux prix dont celui de La Voiture de l'Année, la 308 se bat dans un segment absolument crucial, qui représente 650.000 véhicules à fin avril, avec un objectif à deux millions pour la fin de cette année! Le segment C absorbe pas moins de 38% des 67 millions de véhicules vendus chaque année de par le monde…

Peugeot, qui vit une vie de rêve avec le phénoménal succès de ses modèles, dont la 208 en progression de 9% en 2016, mais surtout de ses SUV 2008, 3008 et 5008, dont la production peine à honorer les bons de commande, a décidé d'offrir à sa 308 une belle palette technologique, en articulant sa mise à jour sur quatre thèmes clés: le design intérieur et extérieur, l'efficience, l'expérience de conduite et la qualité perçue. Peugeot veut se positionner comme le plus qualitatif des constructeurs, hors premium!

Restylage extérieur discret

Commençons par ce qui se voit au premier regard, le restylage. Pas de panique, vous reconnaitrez immédiatement la 308! Allez, on vous aide: l'ancienne avait le lion sur le capot, la nouvelle arbore son félin au milieu de sa calandre! Après, un examen plus attentif vous fera déceler le nouveau dessin du capot, la calandre plus marquée et verticale, mais surtout deux nouveaux boucliers (le choix dépendant du niveau de finition) avec les dorénavant incontournables trois ouvertures marquées, une malédiction stylistique qui s'étend des Lamborghini au Berlingo. Après, les évolutions deviennent plus subtiles: signature LEDs de jour pour tous les modèles, les trois griffes lumineuses des blocs optique arrières restent maintenant allumées en permanence, et la trappe à carburant devient rectangulaire pour intégrer le remplissage de l'AdBlue. N'oublions pas le nouveau choix de jantes, de 16 à 18 pouces.

L'intérieur n'évolue guère, et le Virtual Cockpit apparu sur la 3008 n'a pas été retenu pour la 308, qui conserve son atypique et clivant i-Cockpit: perso, j'aime beaucoup, mais le collègue avec qui j'ai partagé le volant lors de cette présentation n'est lui absolument pas convaincu! Seule réelle nouveauté, le nouvel écran tactile capacitif, nettement plus réactif et via lequel sera gérée la navigation, la climatisation et la connectivité, avec au rendez-vous le Mirrorlink, Android Auto et Apple Carplay. Dommage que la taille n'ait pas évolué, à sept pouces quand certains concurrents proposent (en option, il est vrai!) du neuf pouces.

Sous le capot

Les plus intéressantes évolutions se dissimulent sous la carrosserie: la 308 se dote des dernières générations d'aides à la conduite et peut abriter sous son capot deux nouvelles motorisations diesel. Parmi les nombreuses aides à la conduite disponibles (de série, en option ou en packs), citons en vrac l'alerte de risque de collision, le freinage automatique d'urgence, l'alerte de franchissement involontaire de ligne avec correction de trajectoire, l'alerte d'attention conducteur, la commutation automatique des feux de route, la reconnaissance des panneaux routiers , le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction stop (boîte automatique), la surveillance d'angle mort, la caméra arrière à 180°, l'assistance au stationnement.

Sous le capot, de nouvelles motorisations de dernière génération apparaissent et s'ajoutent à la longue liste de moteurs disponibles. Certains moteurs moins efficients disparaîtront dans les mois qui viennent. Le bloc Blue HDi 2.0 L de 180 ch est dorénavant accolé à une nouvelle boîte automatique à 8 rapports d'origine Aisin.

En diesel, Peugeot offre à la 308 la primeur du 1.5 BlueHDi 130 ch conçu en collaboration avec Ford devrait consommer 4 à 6% de moins tout en offrant 10 ch de plus que le 1.6 L.

Vive les 130!

Nous nous rendons vite compte à son volant que cette motorisation constitue un excellent choix pour la 308. Accolé à une boîte six, il rend la voiture vivante et permet d'exploiter les excellentes capacités du châssis. Nous nous sommes régalés sur les routes de montagne de son agilité diabolique et de son train avant aussi précis que tranchant! Et, cerise sur le gâteau, tout ça avec un confort préservé, malgré des roues de 18 pouces et ses pneus en profil 40! Bon, c'est vrai, les routes de Bavière étaient en meilleur état que chez nous…

La justesse de ce moteur se confirme en prenant le 2.0 BlueHDi 180 ch accolé à sa nouvelle boîte auto. Les 180 ch convainquent moins. Et 140 kg de plus sur le train avant n'apportent rien en termes d'amusement. Menée sur un mode plus tranquille, la 308 ne manque pas de charme et profite du couple généreux et de l'agrément de l'automatisme, mais ceci nous éloigne un peu de l'esprit frondeur de ce châssis sportif et efficace dont il serait péché de se priver!

Pour faire bonne mesure, nous avons aussi goûté au nouveau 1.2 PureTech 130 injection directe, accolé à une boîte six aussi compacte que l'ancienne boîte cinq. Ici aussi des rendements revus à la hausse avec une réduction de consommation. Plaisir de conduite garanti encore, avec un moteur vif et volontaire, beaucoup plus élastique et conciliant qu'un diesel avec sa plage de régime exploitable fatalement plus étendue. Une vraie réussite, et qui fera vite passer l'envie du diesel si vous n'êtes pas un gros rouleur.

Nos 308, généreusement nanties, possédaient toutes le Driver Sport Pack, avec une cartographie apportant plus de réactivité à la pédale de gaz, une direction plus ferme, une gestion des modes de passage des rapports de la boîte auto plus pointue, mais aussi, mais surtout, une acoustique moteur spécifique qui fera le bonheur des bambins: on se croirait dans le cockpit d'une Muscle Car. Impressionnant de réalisme et d'expressivité, mais honnêtement un peu "too much" et, fatalement, lassant à la longue…

Vous le voyez, avec ce millésime 2017, la 308 n'a fait que bonifier. Sa ligne réussie ne s'est ni affadie ni alourdie, sa dotation s'est sérieusement enrichie, ses nouveaux moteurs prouvent qu'il n'est nul besoin de privilégier les plus grosses puissances, tandis que ses étonnantes qualités routières et son agrément de conduite ont été scrupuleusement préservés. Du bon travail!

 

Articles liés

À la une

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.