Avec l’arrivée récente des Renault Kadjar, VW Tiguan deuxième du nom et autres Seat Ateca, on en avait presque oublié les piliers du segment. Ford nous fait une petite piqûre de rappel avec une version restylée… De quoi raviver la flamme ?

Francois Piette
Expert VROOM
21/11/2016
3,4
Score VROOM
4
4
3
3
-
-
-
3

Points positifs et négatifs

  • Compromis confort/tenue de route
  • Espace à bord
  • Moteurs 2.0 tdi agréables
  • Service après-vente (vignale)
  • Détails de finition
  • Pas d'assistant de conduite dans les embouteillages
  • Planche de bord peu inspirée

En cette époque de grande prudence esthétique, où les designers préfèrent revoir les modèles à coups de bistouri plutôt qu’à coups de hache, Ford surprend un peu en entreprenant un restylage assez… entreprenant de sa face avant. La calandre trapézoïdale n’est pas sans rappeler une certaine Mustang et s’affiche de manière nettement plus verticale. Les nouveaux phares à technologie LED, une nouvelle teinte et de nouveaux feux arrière terminent le relooking.

Deux nouvelles finitions

Outre les exécutions habituelles, Ford propose également deux nouvelles finitions : ST-Line pour une parure plus sportive avec, notamment, une suspension rabaissée de 10 mm et Vignale. Cette dernière se profile comme l’offre haut-de-gamme avec laquelle Ford entend chasser sur les terres du tout puissant Tiguan. Outre une parure plus cossue, cette finition donne droit à un service après-vente de première classe.

Nous grimpons à bord ?

Dans l’habitacle, l’habitabilité est toujours aussi généreuse, tant à l’avant qu’à l’arrière. Le hayon électrique s’ouvre depuis un mouvement de pied sous le pare-chocs, sur un coffre de 456 litres, facilement modulable (jusqu’à 1.603 litres). Un volume satisfaisant, mais qui reste en retrait face à celui d’un Tiguan, qui propose 520 litres !

Hélas, les investissements de Ford en matière de finition ne semblent pas égaux à ceux de Volkswagen : la finition laisse à désirer et la présentation manque d’élégance. La version Vignale ne change malheureusement pas grand-chose au constat, car le cuir tapissé partout dans l’habitacle ne masque pas vraiment une présentation un peu anarchique.

SYNC 3

C’est le nouveau système multimédia SYNC 3 qui se présente comme la grosse nouveauté de ce facelift. Ce nouveau dispositif sur écran tactile de 8 pouces intègre au mieux votre GSM via les fonctions Apple CarPlay et Android Auto, et propose aussi un beau panel de services et d’applications connectées.

Sous le capot

Ford profite de ce restylage pour remanier sa palette de motorisations : ainsi, un nouveau 1.5 TDCi de 120 chevaux est disponible. Le gros avantage de cette mécanique, c’est qu’associée à une boîte manuelle et à une transmission aux roues avant, elle n’émet que 115 g CO2/km. En essence, Ford propose le 1.5 EcoBoost de 120, 150 et 182 chevaux. Pour notre part, nous avons essayé deux versions diesel : 2.0 TDI de 150 chevaux et 180 chevaux, la première en boîte manuelle et la seconde en boîte automatique. Dans les deux cas, la transmission intégrale était de mise.

En route vers le grand Nord

Lors de la présentation internationale de ce nouveau Kuga, Ford a organisé les choses de manière assez originale : c’est sur les routes du nord de la Norvège que nous avons découvert ce nouveau modèle ! Les paysages lunaires arriveraient presque à détourner notre attention de la route si… celles-ci n’étaient pas à moitié enneigées ! Dans ces conditions particulières, le Kuga s’en sort avec les honneurs.

Collée à la neige !

Le premier constat, c’est l’excellence du châssis : toujours confortable et d’un niveau de filtrage très élevé, il promet également un dynamisme que très peu de ses concurrents sont en mesure de contester. Les moteurs 2.0 TDI complètent parfaitement ce tableau. Entre les deux versions de puissance (150 et 180 ch), la différence en terme de performances n’est, on s’en doute, pas flagrante. Ces deux mécaniques font preuve d’un certain mutisme, d’une belle allonge, ainsi que d’un couple abondant à bas régimes.

Du côté des transmissions, nous avons surtout été séduits par la boîte manuelle à la commande parfaite. La boîte automatique Powershift exécute un boulot satisfaisant, mais manque parfois de célérité…

Budget

Bonne nouvelle, le Kuga ne suit pas l’inflation de son concurrent Tiguan et affiche une grille tarifaire quasi inchangée. Tout démarre à 23.950 € pour la finition d’accès (Trend) en combinaison avec le 1.5 Ecoboost de 120 chevaux. Une version Titanium armée du 2.0 TDCi 150 en traction avant est quant à elle, affichée à 31.300 €. La Vignale est disponible avec les moteurs essence et diesel de 150 à 182 ch. Son prix de base ? 34.900 €.

La dotation de série est déjà honorable et Ford rajoute sur la liste des équipements disponibles le volant chauffant, l’alerte de véhicule en approche en cas de marche arrière, les phares adaptatifs, l’assistant de parking et un dispositif de freinage automatique optimisé.

Conclusion

A coup de nouvelle calandre, de dotation de série étoffée et de nouvelles finitions, Ford remet le Kuga dans le coup. Certes, sa finition marque le pas face au ténor Tiguan, mais il affiche un tarif quasiment inchangé, lui ! Quant aux fanatiques du modèle, ils seront heureux de savoir que le Kuga reste toujours l’un des SUV les plus agréables à conduire du segment.

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.