Essais

Essai court : Suzuki Vitara 2022 Strong Hybrid, l’hybride humble

Cela peut paraître surprenant compte tenu de son appellation péremptoire ! Mais pourtant, dans sa nouvelle version « Strong Hybrid », le Vitara se profile comme un SUV hybride humble et sans chichi.

  • Christiaens  Jean-Francois Christiaens Jean-Francois
  • 03 juin 2022
  • Suzuki
  • 10 798 vues
3,4
score VROOM
  • 2,5
    Performance
  • 3,5
    Tenue de route
  • 3,0
    Confort
  • 3,0
    Équipement
  • 3,5
    Sécurité
  • 4,0
    Prix/Qualité
  • 4,0
    Consommation
  • 3,5
    Global
Avantages et inconvénients
  • Agrément dynamique
  • Motorisation sobre
  • Facilité de prise en main
  • Rapport prix/équipement intéressant
  • Infodivertissement vieillissant
  • Intérieur austère
  • Transmission manquant parfois de subtilité

Chez Suzuki, visiblement, on aime bien faire durer son Vitara aussi longtemps que possible ! Sa quatrième génération, arrivée sur le marché en 2015, a en effet déjà bénéficié d’un premier restylage en 2018, puis de l’ajout d’une motorisation micro-hybride en 2020. Pour son millésime 2022, voici maintenant qu’il hérite d’une nouvelle motorisation hybride pour lui redonner un petit coup de jeune.

Appellation non-contrôlée

Contrairement à la version micro-hybride articulée autour d’un moteur turbo (1.4 l turbo), cette nouvelle version élabore sa chaine cinématique à partir d’un moteur atmosphérique. En l’occurrence un 4 cylindres atmosphérique 1,5 l à taux de compression élevé (13:1) qui fonctionne en cycle Atkinson. Bref, un moteur étudié davantage pour limiter son appétit que pour assurer des performances soutenues. Il peut néanmoins compter sur l’aide d’un moteur électrique de 24 kW (33 ch) pour l’épauler dans sa tâche.

Cette chaine cinématique hybride développe alors 115 ch et un couple de 138 Nm. Le tout se marie au travers d’une boîte robotisée à 6 rapports avec un seul embrayage. Sur le papier, le Vitara Strong Hybrid annonce dans le meilleur des cas un 0 à 100 km/h couvert en 12,8 s et une vitesse de pointe de 180 km/h. On a déjà connu plus « strong »…


Appétit maitrisé

Si l’appellation de cette nouvelle hybridation semble non-contrôlée, son appétit s’avère en revanche bien maitrisé. N’est-ce finalement pas là l’essentiel pour un véhicule hybride ? En adoptant un rythme « normal » (comprenez sans verser dans l’éco-conduite) sur des routes sinueuses et vallonées durant cette première courte rencontre, nous avons relevé une consommation moyenne de 5,7l/100 km. Pas mal, pour un SUV de ce gabarit et équipé, en outre, d’une transmission intégrale « classique ». Ce Vitara Strong Hybrid laisse, en effet, la possibilité à ses futurs propriétaires de le commander en variante All-Grip faisant appel dans-ce cas à un arbre de transmission entre les essieux et non à un petit moteur électrique supplémentaire pour animer les roues postérieures en cas de besoin.

Le plaisir des choses simples

Le moteur électrique est étudié pour lisser les à-coups connus traditionnellement des boîtes robotisées à simple embrayage. Et force est de constater qu’il y arrive plutôt efficacement en conduite coulée (mais pas toujours en charge). Le Vitara Strong Hybrid s’apprécie d’ailleurs principalement à cette allure paisible. Il est alors régulièrement possible d’évoluer en mode électrique (jusqu’à 80 km/h) en conservant un pied très léger sur l’accélérateur. En théorie, le Vitara Strong Hybrid peut couvrir jusqu’à 4,5 km en mode électrique à une vitesse constante de 60 km/h grâce à sa petite batterie lithium-ion de 840 Wh située sous le plancher du coffre. Mais inutile d’espérer pouvoir y arriver aussi longtemps dans la pratique.

Notons tout de même que la chaine cinématique de ce Vitara accepte à l’occasion de partir à la charge en offrant un agrément mécanique plutôt convaincant (plus convaincant qu’avec la majorité des transmissions type « e-CVT » en tous les cas…). Plus globalement, le Vitara reste plaisant à conduire en raison de ses commandes plutôt naturelles et de son bon équilibre. Il se conduit « à l’ancienne », sans tous les filtres électroniques qui pénalisent parfois l’agrément de conduite de concurrentes plus modernes. Il faudra tout de même accepter au quotidien un filtrage assez ferme. Du moins aux basses vitesses, le constat s’améliorant lorsque le rythme augmente.

Old-school

Si l’on apprécie son agrément de conduite « à l’ancienne », force est de constater que sa présentation fait tout de même aussi un peu vieillotte. Le style extérieur n’évolue, en tous les cas, que très peu à l’occasion de ce nouveau millésime. Tout au plus remarque-t-on de nouveaux phares LED légèrement redessinés. Et l’intérieur reste aussi plutôt austère et « old-school ». C’est surtout son système d’infodivertissement (écran tactile de 7 pouces) qui accuse le poids des ans. Heureusement, il est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, ce qui permet de dupliquer son smartphone si l’on trouve le graphisme de son système de navigation trop dépassé.

On pointera aussi la présence de nombreux plastiques durs, même si pour son millésime 2022, le Vitara tente d’égayer un peu son tableau de bord avec des touches de plastique moussé. Globalement, tout semble toutefois correctement construit et taillé pour durer dans le temps.

Pratique, sans plus

Sur le plan pratique, le Vitara ne se démarquer pas non plus par une modularité très recherchée. Il se contente de dossiers repliables selon la division 60/40. Mais il présente une habitabilité généreuses aux places arrière au regard de son gabarit plutôt compact. Le volume de coffre reste aussi plutôt moyen pour le segment avec 289 l en raison de la présence de la batterie et de son onduleur sous le double plancher. Mais les formes du coffre s’avèrent facilement exploitables.

5 ans de garantie

Côté tarif, Suzuki commercialise ce Vitara Strong Hybrid à partir de 30.349 € en 4X2 et 32.849 € en 4X4. Cette motorisation étant proposée à partir du niveau GL+, on disposera pour ce prix d’un équipement déjà appréciable. Rappelons aussi que Suzuki offre jusqu’à 5 ans de garantie (150.000 km).

Notre verdict

En 2022, le Vitara présente un côté doucement suranné. Ce qui peut avoir des bons côtés, notamment du côté de l’agrément de conduite ou de la simplicité de sa prise en main. Sa motorisation hybride lui permet, en tous les cas, de rester dans le coup sur le plan mécanique tout en lui assurant une consommation réelle intéressante. Un « outsider » hybride à envisager donc, si l’on reste hermétique aux nouvelles technologies à gogo…


Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une Suzuki Vitara ? Choisissez parmi plus de 30.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces Suzuki Vitara maintenant ici:

Lire plus:

Christiaens  Jean-Francois
À propos de l'auteur : Christiaens Jean-Francois Jean-François Christiaens est journaliste automobile depuis 2005. Passionné par tout ce qui roule, il prend autant de plaisir à découvrir une voiture électrique que de rouler dans une hypercar. Mais son cœur penche tout de même plutôt vers l’univers des petites bombinettes héritières de l’ère GTI. Quoique dorénavant, un bon break confortable ne le laisserait pas indifférent. C’est ça, vieillir ?

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,8 /5 Essai : Alfa Romeo Tonale plug-in hybrid Q4 : esprit, es-tu là ?

Essai : Alfa Romeo Tonale plug-in hybrid Q4 : esprit, es-tu là ?

Le Tonale est un modèle important pour Alfa Romeo. En embarquant un groupe hybride rechargeable, il devient même presque crucial : en effet, les avantages fiscaux auxquels il a droit, devraient renforcer son attrait sur le très important marché des véhicules de société. Mais cette version a-t-elle plus à offrir que de faibles émissions de CO2 ?

3,6 /5 Essai : Ford Ranger Raptor, la gueule et les crocs !

Essai : Ford Ranger Raptor, la gueule et les crocs !

Ford a enfin équipé son Ranger Raptor d’un puissant moteur essence faisant de lui le plus vif des dinosaures !

Essai : Audi RS3 Performance et TT RS Iconic Edition, le 5 cylindres dans tous ses états !

Essai : Audi RS3 Performance et TT RS Iconic Edition, le 5 cylindres dans tous ses états !

Après le V10 de la R8 GT, nous avons pu profiter du 5 cylindres des Audi RS3 Performance et TT RS Iconic Edition ! Décidément, les séries limitées se suivent chez Audi ! Mais elles ne ressemblent pas pour autant…  

4,0 /5 Essai court : Audi R8 GT, appellation erronée…

Essai court : Audi R8 GT, appellation erronée…

Dans cette série limitée, l’Allemande est très (très) loin d’être une voiture de « Grand Tourisme ». Il s’agit plutôt d’une super sportive ultra-violente !

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

25 961 €
2021
10 km

Essence, Automatique

34 950 €
2021
4 km

Essence, Automatique

40 950 €
2021
4 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Essence, Automatique

37 990 €
2021
20 000 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km

Diesel, Automatique

43 985 €
2020
29 840 km