Entièrement refondu, le Koleos se pose enfin comme un véritable grand SUV tirant vers l’univers premium. Un concurrent sérieux, donc, pour le nouveau chef de file du catalogue Skoda : le Kodiaq. Mais quel navire choisir pour partir, en famille, à l’assaut des vacances ?

Jean-François Christiaens
Expert VROOM
19/07/2017

RENAULT KOLEOS

  • Confort de marche
  • Habitabilité généreuse
  • Rapport prix/équipement intéressant
  • Boîte automatique CVT peu réactive
  • Comportement dynamique pataud
  • Gamme mécanique limitée
  • Pas disponible en 7 places
1 avis
Info modèle

SKODA Kodiaq

  • Disponible en 7 places
  • Équipement optionnel pléthorique
  • Gamme mécanique vaste
  • Habitabilité généreuse
  • Volume de coffre XXL
  • 2.0 TDI 150 indisponible en 4X2 et boîte manuelle
  • Accès vers la troisième rangée compliqué
Donnez votre avis
Info modèle

Avec l’ours blanc, l’ours kodiak est la plus grande sous-espèce d’ours qui peuple notre planète. Le Kodiaq, avec un « q », lui, se profile comme le plus grand SUV du catalogue Skoda. S’étirant sur 4,70m, il ferait même passer ses petits-frères Yeti (4,22m) et futur Karoq (4,38m) pour des demi-portions ! Dans sa refonte intégrale, le Koleos grandit aussi sensiblement. Il passe de 4,52m pour la première génération à 4,67m et égale quasiment l’encombrement du « gros ours » de Skoda. C’est 22 cm de plus que le petit-frère Kadjar. Mais, question de hiérarchie, 19 cm de moins que l’Espace.

Finition, équipement : avantage Skoda

Surprise : malgré ses dimensions généreuses, le Koleos ne propose jamais une troisième rangée de sièges. C’est un choix stratégique de Renault pour éviter de marcher sur les plates-bandes de l’Espace voire du Grand Scénic. Chez Skoda, c’est tout l’inverse ! Le Kodiaq est même le seul véhicule à 7 places du catalogue. Si on cherche un transporteur de troupe pour sa famille nombreuse, le match tournera court… D’une manière générale, le Kodiaq remporte de toute façon le chapitre « finition/équipement » grâce à sa qualité d’assemblage soignée, mais surtout à son équipement optionnel pléthorique hérité du groupe Volkswagen. Sur le plan de la finition, le Koleos ne se laisse pas distancer (on dénombre même un peu plus de plastiques durs à bord du Skoda…) et affiche une présentation soignée et moderne. Mais le Koleos marque tout de même un peu le pas du côté de l’équipement optionnel en ne proposant pas de régulateur adaptatif, d’amortissement piloté, d’assistant de conduite pour les embouteillages, d’assistant de manœuvre pour la conduite avec remorque, etc.

Confort : avantage Renault

Par contre, le Koleos se révèle indiscutablement plus confortable que le Kodiaq. Ce dernier ­ du moins si on se passe de l’amortissement piloté qui peut alors devenir plus prévenant en mode confort ­ affiche des articulations un peu raides. Les sièges, aussi, se montrent sensiblement plus fermes que ceux, moelleux, du Koleos. Le SUV français remporte donc le point au chapitre confort même s’il faut bien remarquer que le SUV Skoda se montre encore plus pratique à l’usage grâce à son coffre au volume encore très généreux (entre 560 et 720l en configuration 5 places grâce à la banquette coulissante contre 579l sur le Koleos) et diverses astuces comme la possibilité de rabattre le siège passager avant en tablette pour le transport d’objets longs. Dans les deux cas, les passagers arrière bénéficient par contre d’un espace habitable très généreux.

Moteur : avantage Skoda

Renault se contente du service minimum, côté moteur. Il ne décline son Koleos qu’avec deux mécaniques diesel sensées viser le cœur du marché sur le segment des grands SUV généralistes. À savoir un 1.6 dCi 130 et un 2.0 dCi 175. Le panel des motorisations est sensiblement plus large chez Skoda puisqu’on peut choisir entre les blocs à essence 1.4 TSI 125 ou 150 ch et 2.0 TSI de 180 ch ou les traditionnels 2.0 TDI en 150 ch ou 190 ch. Tant chez Renault que chez Skoda, on peut en fonction de la motorisation retenue disposer de la transmission intégrale ou d’une boîte automatique. Soulignons tout de même que si Skoda propose une boîte à double embrayage à 7 rapports, Renault n’équipe pas son Koleos de sa boîte à double embrayage EDC mais emprunte à son partenaire Nissan sa boîte CVT X-Tronic. Une solution confortable mais manquant un peu de réactivité… À l’usage, le bloc 1.6 dCi 130 de Renault assure déjà des prestations suffisantes au Koleos mais il faudra composer avec un léger manque de souffle dans les plus basses rotations que ne connaît pas le 2.0 TDI 150 du groupe Volkswagen.

Comportement routier : avantage Skoda

Le Koleos ne joue pas dans la catégorie du SUV de haut-vol, genre Peugeot 5008, adorant attaquer une petite route le couteau entre les dents. Il se profile plutôt comme un véhicule familial qui préfère la conduite « pépère » et anticipative. Plus fermement suspendu et moins sujet aux mouvements de caisse que le Koleos, mais toujours pas aussi tranchant qu’un 5008, le Kodiaq se positionne entre les deux extrêmes français.

Budget : avantage Renault

Impossible de commander le 2.0 TDI 150 en boîte manuelle à deux roues motrices chez Skoda. Le premier bloc diesel proposé sur le Kodiaq est obligatoirement couplé à la boîte DSG (34.665€), la transmission intégrale (34.770€) voire les deux (36.580€). Du coup, on s’éloigne rapidement du prix d’accès alléchant du premier Kodiaq essence affiché à 26.490€… Et on s’éloigne aussi du premier Koleos 1.6 dCi 130 4X2 à boîte manuelle (Zen) : 32.150€. Mais, pour jouir d’un équipement plus généreux, il faudra de toute façon s’orienter vers la finition intermédiaire Intens facturée 34.450€. Soulignons, en outre, que le bloc 1.6 dCi de 130 ch impose une fiscalité plus douce que celle du 2.0 TDI 150 ch, surtout en Wallonie et à Bruxelles.

Conclusion : avantage Skoda

Au final, le Skoda Kodiaq remporte la confrontation grâce à sa plus grande polyvalence (5 ou 7 places, volume de coffre gigantesque), son offre de motorisations plus vaste, sa liste d’équipement (encore) plus étoffée et son comportement routier plus dynamique. Cela dit, le nouveau Koleos est loin de démériter. Il se montre, d’ailleurs, sensiblement plus confortable sur la route que son concurrent d’origine tchèque et peut offrir un rapport prix/équipement plus intéressant tout en contenant, mieux, son coût à l’usage avec son 1.6 dCi de 130 ch déjà largement suffisant.

Articles liés

À la une

Occasions RENAULT KOLEOS


Occasions SKODA Kodiaq

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.