Essais

L’attente récompensée !

Retour au début de cette année : Subaru nous présentait son tout premier moteur diesel, qui équipait alors les Legacy/Outback. Et ce fut une révélation ! Les ingénieurs nippons sont restés fidèles à la tradition des moteurs à plat en développant un 4 cylindres boxer spécifique. Conquis par ce moteur, nous n’attendions qu’une seule chose : sa propagation au sein de la gamme Subaru ! Ce qui est maintenant le cas, avec l’apparition de la Forester 2.0D, qui se distingue par sa sportive prise d’air plantée sur le capot !
  • Piette François
  • 24 septembre 2008
  • Subaru
  • 417 vues
Avantages et inconvénients
  • Agrément moteur
  • Comportement routier
  • Equipement complet
  • Sobriété
  • Tarifs bien étudiés
  • Commande de boîte
  • Pas de boîte automatique
  • Politique d’équipement
  • Trop de plastiques durs

Le modèle attendu

Les ventes de Legacy ont bien (re-)décollé grâce au moteur diesel, sans toutefois atteindre des dimensions impressionnantes. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela : tout d’abord, le modèle n’est pas neuf, il s’agit même du plus ancien modèle de la gamme. Ensuite, ce moteur tout beau tout neuf, développe tout de même une puissance importante (150 ch), ce qui reste considéré comme fiscalement désavantageux, tant pour les particuliers que, et c’est plus embêtant, les entreprises. Enfin, il est vrai que la Legacy reste une berline assez méconnue, ce qui est tout à fait injuste.

En revanche, bien des clients semblent attendre la venue du Forester diesel. Ce modèle a souvent été plébiscité pour ses qualités de comportement routier, mais rarement pour ses mécaniques sobres et coupleuses (hormis la rare et très gloutonne 2.5T). Le mal est maintenant réparé, avec l’installation de ce boxer diesel sous son capot !

Un moteur impressionnant… Sur la route !

Sur le papier, ce 4 cylindres n’a rien de follement aguichant face à la concurrence. Certes, sa puissance de 147 chevaux (150 sous le capot de la Legacy) le situe à un excellent niveau, mais pas exactement à celui des meilleurs… Mais à entendre les hommes de Subaru, développer plus de puissance n’est absolument pas un problème. Quant au couple, le constructeur annonce 350 Nm. Ce qui est plus valorisant, ce sont les régimes d’obtention de ces valeurs : 3.600 tr/min seulement pour la puissance et de 1.800 à 2.400 tr/min pour le couple.

Sur la route, le silence de fonctionnement est bluffant et le boxer ne se fait entendre qu’à hauts régimes où il émet un râle de moteur à plat. Son couple disponible dès les plus basses rotations lui permet de reprendre très souplement dès les bas régimes et sa vigueur fait le reste ensuite. Une perle, qui s’apprécie à tous les régimes, où il est constamment disponible… Inutile toutefois de vouloir taquiner la zone rouge, où il s’étouffe. De plus, il a la bonne idée de rester sobre, ce qui n’a pas toujours été la qualité première des Subaru essence. Le constructeur annonce une consommation moyenne de 6,3 l/100 km et des émissions de CO2 de 167 gr/km pour la version Comfort (6,4 et 170 pour les variantes Luxury et Executive).

Une boîte spécifique

Contrairement à la Legacy qui ne propose encore qu’une boîte à 6 vitesses, le Forester fait appel à une unité comportant 6 rapports et qui équipera par ailleurs, la très prochaine Impreza 2.0 D. Remarquablement étagée, elle allie performances sur les intermédiaires et faibles régimes sur autoroutes (2.200 tr/min à 120 km/h). En revanche, difficile d’être aussi laudatif sur la commande, plutôt désagréable. Ses débattements en longueur semblent trop longs, alors que ceux en largeur apparaissent au contraire, comme trop courts ! Il est en effet facile d’entrer le cinquième rapport en lieu et place du troisième !

Compromis de suspension remarquable

Spécialité de la maison, le compromis de suspension est en tous points, remarquable ! Sur la route, ce Forester se comporte comme une berline, ne rechignant pas à enrouler les virages. En tout chemin, le Forester ne démérite pas, semblant plutôt mieux armé sur ce plan que certains de ses concurrents. Le véritable tour de force, est d’avoir réussi à procurer un tel comportement routier à ce SUV sans pour autant détruire le confort de roulage ! Filtrant remarquablement, le Forester se révèle un remarquable compagnon sur longues distances. Ce qui est confirmé par l’excellente insonorisation. Petite remarque : la sellerie cuir semble de bien meilleure qualité que celle en tissu, semblant assez fragile. De plus, si l’accostage ne semble pas supporter la critique, on relève encore trop de plastiques durs…

Tarifs

Le Forester 2.0D est proposé à partir de 27.990 € (version Comfort). A ce prix, le constructeur vous « offre », les jantes alliage de 16 pouces, la connectivité iPod, les rétroviseurs électriques et chauffants, la climatisation automatique, le cruise control, le volant en cuir, le combiné radio/CD à 4 haut-parleurs, les sièges avant chauffants, le VDC( ESP en Subaru dans le texte),… Soit une liste bien complète. Les deux finitions supérieures permettent de rajouter quelques équipements comme les jantes de 17 pouces, les rails de toit, les phares au Xénon, la radio haute fidélité ainsi que la sellerie cuir. Quant aux tarifs, ils peuvent grimper jusqu’à 33.990 €, voire plus si vous vous laissez tenter par l’une des deux (!) options : la peinture métallisée à 460 € et la transformation en véhicule utilitaire à 1.000 €.

Lire plus:

À propos de l'auteur : Piette François
Photos ©: Manufacturer. Source ©: Subaru.

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
Nissan Qashqai e-Power vs Toyota Corolla Cross : approches « diff-e-rentes »

Nissan Qashqai e-Power vs Toyota Corolla Cross : approches « diff-e-rentes »

Nissan et Toyota ont des points de vue différents en ce qui concerne l’hybridation. Mais que vaut réellement la nouvelle motorisation e-Power du Qashqai face à l’éprouvé système du Corolla Cross ?

3,7 /5 Essai : Alpine A110 R, ode à la légèreté

Essai : Alpine A110 R, ode à la légèreté

Alpine chapeaute sa gamme A110 d’une version griffée R, comme radicale. Et surtout radicalement légère grâce à l’usage intensif de carbone ! L’apothéose avant… le grand saut vers l’électrique ?

3,3 /5 Essai : Citroën ë-C4 X, une question de coffre

Essai : Citroën ë-C4 X, une question de coffre

Cette star du stand Citroën a-t-elle d’autres armes que son grand coffre et sa silhouette façon SUV coupé pour tenter de convaincre le public du Salon ?

3,6 /5 Essai : Mercedes EQV 300, expérience VIP

Essai : Mercedes EQV 300, expérience VIP

Quoi de mieux, finalement, qu’une mécanique offrant beaucoup de couple et un silence de cathédrale pour une expérience VIP ? Alors partons à l’aventure avec l’EQV 300, la version exclusivement électrique du transporteur de troupes polyvalent de Mercedes.

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Automatique

40 950 €
2021
4 km

Essence, Automatique

25 961 €
2021
10 km

Essence, Automatique

34 950 €
2021
4 km

Essence, Manuelle

23 748 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

34 490 €
2021
21 000 km

Essence, Manuelle

28 990 €
2021
30 000 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km