LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

Le Salon de l’Auto ne pouvant avoir lieu, VROOM.be lance une série d'interviews sur les actualités automobiles. Découvrez ce que Nissan nous réserve pour 2021.
  • VROOM  Team VROOM Team
  • 26 janvier 2021
  • Avenir

LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

Coronavirus ou non, il faut aller de l’avant. Cela vaut aussi pour le Salon de l’Auto. C’est la raison pour laquelle nous lançons une série d'interviews pour les amateurs d’automobile qui veulent rester informés des actualités du secteur, des conseils, des tendances et des lancements prévus en 2021.

Je m’appelle Hans et je travaille chez VROOM.be. Je suis moi-même passionné de voitures et de mobilité de manière générale. Dans cette interview, je m’entretiens avec Hamza Chaaban, Sales Director, et Melvin Keuter, Communications Director chez Nissan en Belgique et au Luxembourg. Lisez l’intégralité de l’interview avec Hamza et Melvin ci-dessous. Nous y parlons notamment du COVID-19, du nouveau Nissan QASHQAI, de la technologie innovante e-Power de Nissan, de Formule E et de la Nissan GT-R.

Bienvenue à vous deux, Hamza et Melvin ! Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Melvin Keuter : Merci ! Je m’appelle Melvin Keuter. Je suis directeur de la communication chez Nissan BeLux depuis quelques années. Je suis en charge des contacts avec les journalistes, comme ce type d’interviews par exemple, et je suis en fait le porte-parole de Nissan.

Hamza Chaaban : Je m'appelle Hamza Chaaban. Je suis directeur des ventes chez Nissan BeLux. Je travaille chez Nissan depuis presque 5 ans et je suis depuis un peu plus d’un an responsable des ventes et du support de notre réseau en Belgique et au Luxembourg.

Nous avons fermé le chapitre 2020. En quoi 2020 a-t-elle été une année différente pour Nissan ?

Hamza Chaaban : C’était spécial. Un nouvel environnement, une nouvelle façon d’acheter, de nouvelles responsabilités pour nous. Nous devions pouvoir vite nous adapter au marché qui évolue rapidement. La manière d’acheter était en train de changer, tout comme les attentes des clients.

Melvin Keuter : L’année a été très difficile pour tous les constructeurs automobiles. Il y avait de nombreux défis. Les showrooms ont été fermés pendant plusieurs mois. Ça ne facilite pas les choses pour vendre des voitures. Pour nous, il est évidemment indispensable que les showrooms soient ouverts. Le marché a donc été très perturbé pour nous l’année passée, avec beaucoup de hauts et de bas. Les showrooms qui ouvrent à nouveau leurs portes... Les gens qui ont peur de s’y rendre alors que nous, nous mettons tout en place pour accueillir les gens de la manière la plus sûre qui soit.


LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

Votre service a-t-il effectivement évolué ?

Hamza Chaaban : Tout est de plus en plus numérique. Nos essais sur route et rencontres doivent pouvoir être organisés en ligne, à distance. Nos livraisons sont soumises à de nombreuses contraintes. Vous ne pouvez plus rester avec le client, par exemple. Tout le processus de livraison d’un véhicule et de transmission d’informations a changé.

Melvin Keuter : Cela a, finalement, ouvert de nouvelles portes. Il y a le monde numérique, comme l’a indiqué Hamza, mais aussi des concessionnaires qui ont réalisé des vidéos de leur showroom, par exemple. Ils appelaient leurs clients par vidéoconférence pour leur montrer les voitures. Ils faisaient de leur mieux, aussi pour vendre plus de voitures.

En conséquence, Nissan a également mis en place un showroom virtuel à l’occasion du Salon de l'Auto. Il se trouve sur notre site Internet www.nissan.be.

Le service a donc enregistré une accélération des activités. Et puis nous voilà en 2021. Pas de Salon de l'Auto cette année. Si celui-ci avait eu lieu comme à l’habitude, qu’aviez-vous prévu de présenter ?

Melvin Keuter : Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’il n’y a pas de Salon de l'Auto, puisque nous sommes en plein dedans. C’est ce que nous constatons depuis les deux premières semaines. Il n’y a peut-être pas de Salon de l'Auto à Bruxelles, mais le Salon de l'Auto se tient bel et bien chez nos concessionnaires et en ligne, comme on vient de le dire. Nous avons un showroom virtuel sur notre site Internet et, évidemment, toutes nos concessions sont ouvertes. Nous y présentons de nombreuses nouveautés. 

Il y a par exemple de nouvelles versions de la MICRA. Nous avons une version limitée de notre Nissan JUKE : le JUKE Enigma. On peut y voir plusieurs nouveaux éléments design, comme des jantes noires. Le look de la voiture est donc très spécifique. Nous avons aussi d’importantes promotions sur l’un de nos modèles les plus connus : le Nissan QASHQAI. Nous sommes pionniers en termes de crossovers et le QASHQAI est véritablement notre best-seller. Il existe aussi en Urban Edition

Des réductions conséquentes sont également prévues, car nous présenterons un tout nouveau modèle du Nissan QASHQAI dans quelques mois. Des spy shots sont déjà parus dans les médias. Nous avons également dévoilé quelques photos du développement.

Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Melvin Keuter : Le design a été entièrement revu, même s’il va fortement ressembler au modèle du Nissan QASHQAI que l’on connaît. Au niveau des motorisations, on se dirige vers des moteurs électrifiés. À l’époque actuelle, il est évidemment indispensable de réduire la consommation. Nous allons également introduire des versions mild hybrides. Plus tard, nous présenterons un tout nouveau concept en termes de motorisations. Celui-ci portera le nom d’e-Power.


LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

E-Power implique que le QASHQAI disposera d’un moteur électrique. Il roulera comme notre Nissan LEAF actuelle. Vous profitez du plaisir de conduite offert par une voiture électrique, mais vous n’avez plus à recharger puisque la petite batterie qui se trouve dans la voiture est alimentée par un moteur à combustion. Ce moteur ne permet pas de faire rouler la voiture, mais permet de fournir suffisamment d’électricité pour que la batterie se recharge. Vous roulez ainsi à l’électrique. C’est un concept très intéressant qui remporte déjà un franc succès au Japon, le pays d’origine de Nissan. Les différents modèles y sont très plébiscités. Les gens aiment conduire un véhicule électrique. Pour ceux qui veulent parcourir de plus longues distances, la conduite électrique n’est pas une possibilité. C’est donc là une solution pour ces gens.


"Après 10 ans d’expérience, nous voulons continuer pour améliorer notre position de leader sur le marché de l’électrique. C’est ce que nous faisons avec le Nissan ARIYA."


C’est en réalité une nouvelle version d’un Range Extender [prolongateur d’autonomie]. Je pense pouvoir dire que vous faites figure de pionniers en matière d’électrification. Avec la Nissan LEAF, vous êtes notamment sur le marché depuis plus de 10 ans déjà. Comment envisagez-vous l’évolution ? Des mild hybrides sont attendues. Je pensais que vous alliez lancer une nouvelle voiture entièrement électrique à la fin de l'année ?

Hamza Chaaban : C’est la prochaine étape après la LEAF. Après 10 ans d’expérience, nous voulons continuer pour améliorer notre position de leader sur le marché de l’électrique. C’est que nous faisons avec le Nissan ARIYA, le crossover qui fusionne le marché du crossover et celui du marché électrique. Prenez la LEAF et le QASHQAI et vous obtenez un ARIYA.

LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

Melvin Keuter : Nous avons aussi notre Nissan GT-R, la meilleure supercar de Nissan. Elle nous permet d’ajouter aux univers des crossovers et de l’électrification – dans lesquels nous sommes pionniers – l’aspect performance. C’est une voiture très performante.

Quand il est question de Nissan, on ne peut évidemment pas oublier la GT-R (rires). Mais parlons un peu de la Formule E d’abord. Vous êtes présents en FE avec l’équipe Nissan e.dams et vous vous en sortez plutôt bien. Pourquoi est-ce si important pour Nissan de continuer à investir dans ce domaine ?

Melvin Keuter : Évidemment, il est important pour nous de poursuivre également avec cette électrification dans le sport automobile. Nissan n’est pas un nouveau venu dans la discipline. Nous avons aussi une division pour le sport automobile qui s’appelle NISMO, Nissan Motorsports. Nous avons eu plusieurs versions dans le passé, pour le JUKE par exemple, le 370Z, ainsi que la GT-R, qui est d’ailleurs toujours disponible.


"Pourquoi le sport automobile a-t-il été inventé ? Pour le développement des voitures finalement. Les développements que nous faisons en Formule E peuvent être appliqués sur les véhicules de série par la suite."


Pour nous, il est aussi très important d’avoir une « carte de visite » de cette électrification et de l’utiliser dans le sport automobile également. Pourquoi le sport automobile a-t-il été inventé ? Pour le développement des voitures finalement. Les développements que nous faisons en Formule E peuvent être appliqués sur les véhicules de série par la suite. Je pense par exemple à la régénération de l’énergie.

La Nissan LEAF NISMO RC ne m’a pas échappé non plus...

Melvin Keuter : Nous avons effectivement lancé une version très sportive de la LEAF NISMO RC. RC signifie Racing Car. C’est un concept qui nous permet d’étudier ce que le sport automobile peut nous apporter.


LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

L’été dernier, Nissan a changé son logo. Jusqu’où va ce changement dans l’identité visuelle ? S’agit-il ici d’une nouvelle approche ? Quelle importance a ce nouveau logo ?

Hamza Chaaban : Il reflète un important changement dans notre manière de travailler, dans notre vision du futur, avec une toute nouvelle génération de véhicules. Nous sommes en train de tout changer, de la  composition de la gamme au logo. Notre stratégie change à tous les niveaux, avec une attention particulière portée sur nos produits phares.


"Nous sommes une marque japonaise. Nous suivons une procédure kaizen, ce qui implique que nous visons une amélioration permanente de tous nos produits."


Revenons à la GT-R. Quels sont les projets ?

Melvin Keuter : À chaque fois que les essais effectués au volant avec la GT-R sont terminés, tout le monde est toujours très enthousiaste. Elle est et reste une supercar exceptionnelle. Hamza et moi avons été responsables du marketing de ce modèle et de son lancement en 2017. Nous formions une équipe à l’époque. Nous avons également vu les réactions de chacun à ce moment-là.

Il n’y a pas de projets pour une nouvelle GT-R dans l’immédiat. Ce que je sais en revanche, c’est qu’elle va rester dans notre gamme et qu’elle sera toujours dans notre catalogue cette année. Nous sommes une marque japonaise. Nous suivons une procédure kaizen, ce qui implique que nous visons une amélioration permanente de tous nos produits. Pour la GT-R, c’est évidemment très spécifique. C’est un moteur monté manuellement par des takumi [artisans]. 

Chaque année, il y a de petites améliorations. Nous avons par exemple intégré Apple CarPlay dans la GT-R. Des améliorations ont été apportées dans l’habitacle. Nous y avons ajouté en option des disques de freins en carbone-céramique.

Hamza Chaaban : Nous avons aussi plus d’options en carbone pour la voiture, comme le toit. Pas seulement les spoilers donc. Le but est de réduire le poids et d’améliorer la performance. On continue à évoluer.


LE SALON DE L’AUTO DANS UNE SÉRIE D'INTERVIEWS : « Nous sommes en train de tout changer, de la composition de la gamme au logo. » - Hamza Chaaban

Comment envisagez-vous l’avenir, disons dans 5 ans ? Selon vous, comment le marché automobile actuel va-t-il évoluer ?

Hamza Chaaban : Plus de véhicules électriques dans plus de segments. Aujourd'hui, nous sommes encore très axés sur le segment C et le segment B. Cette évolution a débuté pour les crossovers, pour le segment premium et des segments plus généraux. Nous présenterons bientôt un SUV. Je pense que tous les segments disposeront de modèles électriques, de plug-in hybrides, d’hybrides ou d’une autre technologie e-Power. Nous allons avoir moins de moteurs thermiques dans tous les cas, et plus d’autres technologies. 

Melvin Keuter : Il y a 10 ans, nous étions l’une des premières marques à proposer des voitures électriques. Il y a désormais plus de concurrence. Il y a beaucoup plus de marques qui ont aussi des voitures électriques. Ce qui est important pour nous c’est de poursuivre avec cette électrification dans le reste de notre gamme.


"Je pense que tous les segments disposeront de modèles électriques, de plug-in hybrides, d’hybrides ou d’une autre technologie e-Power."


Hamza Chaaban : Le deuxième élément est la technologie embarquée. Elle va changer elle aussi. Je pense que tout le monde voudra que tout soit automatique dans sa voiture d’ici 5 ans. Pensez par exemple à la conduite autonome. Nous sommes très présents dans le domaine avec notre technologie ProPILOT qui est bien lancée.

Troisièmement, il y a la mobilité. Pensez aux autres manières d’acheter. Par exemple : un achat groupé, un véhicule pour plusieurs personnes... Plus de télétravail, moins de trajets... Il va y avoir des changements à tous les niveaux : des véhicules et de la technologie embarquée aux packs mobilité.

Très bien. Je vois que nous n’avons plus beaucoup de temps. Je vais donc vous poser nos questions rapides. C’est parti !

Vélo ou trottinette ?

Melvin Keuter : Trottinette.

Sortie au resto ou à emporter ?

Hamza Chaaban : À emporter.

Cabriolet ou SUV ?

Melvin Keuter : Cabriolet.

Formule 1 ou Formule E ?

Hamza Chaaban : Formule E.

Manuelle ou automatique ?

Melvin Keuter : Automatique.

Francorchamps ou Nürburgring ?

Hamza Chaaban : Francorchamps.

Radio ou podcast ?

Melvin Keuter : Podcast.

Ring d’Anvers ou Ring de Bruxelles ?

Hamza Chaaban : Bruxelles.

En voiture en centre-ville ou centre-ville sans voiture ?

Melvin Keuter : En voiture en centre-ville.

R34 ou R35 ?

Hamza Chaaban : R34.

Merci ! Cette interview touche à sa fin. Souhaitez-vous encore ajouter quelque chose ?

Melvin Keuter : Je veux remercier VROOM.be pour cette collaboration. À bientôt, j’espère !

Hamza Chaaban : En effet. Avec grand plaisir !

Je suis du même avis. Merci Hamza et Melvin. À bientôt !

Vous avez trouvé cette interview intéressante ? N’oubliez pas de vous inscrire au bulletin et de nous suivre sur FacebookInstagramPinterestTwitter et LinkedIn. Nous avons un tas d’actualités du monde automobile à partager avec vous. Merci de votre intérêt ! À bientôt !

Lire plus:

VROOM  Team
À propos de l'auteur : VROOM Team
Photos ©: Nissan.

Actualité recommandée pour vous

Plus d'actualités
Voici la voiture de l’année 2024 !

Voici la voiture de l’année 2024 !

Le Renault Scénic E-Tech s’est imposé face aux BYD Seal, BMW Série 5, Kia EV9, Peugeot (e-)3008, Toyota C-HR et Volvo EX30.

Ineos Fusilier : 100 % électrique et hybride rechargeable !

Ineos Fusilier : 100 % électrique et hybride rechargeable !

En prime d’une variante 100 % électrique, l’Ineos Fusilier existera en version hybride rechargeable dont le petit bloc thermique servira de prolongateur d’autonomie.

Mercedes SL : versions Maybach et Mythos en 2025 ?

Mercedes SL : versions Maybach et Mythos en 2025 ?

Mercedes devrait dévoiler une version speedster badgée Mythos de son cabriolet SL en 2025 ainsi qu’une variante Maybach.

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Diesel, Manuelle

32 584 €

Essence, Automatique

27 547 €

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Manuelle

23 599 €
7 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km
53 990 €
2019
105 433 km

Diesel, Automatique

36 785 €
2020
29 990 km