Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

C’est LE cabriolet anglais par excellence. La MGB, c’est quasiment la VW Golf des voitures anciennes : une automobile plaisante, bien construite, facile à réparer, disposant d’un très large réseau de spécialistes et increvable. Adulée aujourd’hui comme à l’époque, penchons-nous sur les secrets de sa réussite !
  • Christiaens  Jean-Francois Christiaens Jean-Francois
  • 18 janvier 2021
  • Divers

Après les 5 secrets des Citroën 2 CV,  Fiat Nuova 500Mini classiqueVW Golf , Porsche 911Ferrari 250 GTOMercedes 300 SLLamborghini CountachRange RoverRenault 4Ferrari TestarossaMcLaren F1Citroën DSJaguar Type EVolkswagen CoccinelleWillys MBCitroën TractionPeugeot 205Renault 5, Lada NivaMercedes 190Fiat PandaRenault 4CVVolvo 240BMW M1Ford T, Alfa Romeo GiuliettaPeugeot 203, Mazda MX-5, Renault Espace, Ford Fiesta et de la Renault Dauphine, continuons notre série en nous penchant cette fois sur 5 « secrets » d’une autre icône automobile : la MGB !

Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

1. L’élève a dépassé le maître !

Vendue à plus d’un demi-million d’exemplaires sur 18 années de production, la MGB a longtemps hérité du titre de « cabriolet le plus vendu au monde » avant d’être détrônée par une certaine Mazda MX-5… qui s’en inspirait ! En effet, les ingénieurs Mazda responsables du développement, n’ont jamais caché s’être inspiré des roadsters britanniques (notamment une certaine Lotus Elan) lors du développement de la première génération… Notez toutefois que contrairement à la petite Japonaise, une version GT (coupé) de la MGB a vu le jour, dès 1965.

Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

2. Plus moderne qu’on ne le pense !

Si aujourd’hui, elle représente l’archétype du roadster traditionnel, la MGB était plutôt moderne lors de son lancement, en 1962 : monocoque, direction par crémaillère et surtout, zone de déformation programmée en cas de choc. Sur ce dernier point, c’était quasiment une première mondiale !

Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

3. Un moteur dont les origines remonte à… la fin des années 40 !

L’image de la MGB est indissociable de la sonorité rauque, un peu confuse, qui s’échappe de son échappement. N’en attendez pourtant pas des performances de premier plan : même à l’époque, la MGB n’était pas un modèle en la matière. Mais ce 4 cylindres « B Series », dont les origines remontent à la fin des années 40, a profité de nombreuses améliorations au fil des années pour devenir la machine souple et increvable qui a contribué au succès du modèle. D’autres moteurs seront proposés sur cette MG, comme un 6 cylindres 3 litres (MGC) et un magnifique V8…

Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

4. La V8 : une idée volée ?

Tout commence à la fin des années 60 avec un certain Ken Costello. Ce sujet britannique est un touche-à-tout de génie qui sait aussi bien piloter les voitures que les préparer et les construire. Il développe une version sportive de la MGB en lui glissant un V8 Oldsmobile sous le capot. Sa transformation ne passe pas inaperçue et l’état-major de la marque décide de faire de même, avec le V8 Rover fiabilisé. Une fois le produit finalisé, la marque tentera alors d’étouffer la production de Ken Costello ! Aujourd’hui, les versions Costello sont très recherchées, plus puissantes mais aussi, nettement moins fiables.

Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

5. La voiture de collection facile par excellence

A l’instar des VW Coccinelle, la MGB est l’archétype de la voiture ancienne facile à vivre. A partir d’une carte grise, vous pouvez construire une voiture complète ! Absolument toutes les pièces sont refabriquées, y compris la coque, et à des tarifs franchement réduits. Rajoutez à cela un réseau de spécialistes très étendu et une mécanique robuste accessible au bricoleur du dimanche et vous comprendrez le succès du modèle, aujourd’hui encore…

Les 5 secrets de la MGB, l’icône des 60’s !

Vous cherchez un oldtimer ?

Vous êtes à la recherche d'un oldtimer? Découvrez nos annonces de véhicules anciens ici: 
MG

Lire plus:

Christiaens  Jean-Francois
À propos de l'auteur : Christiaens Jean-Francois Jean-François Christiaens est journaliste automobile depuis 2005. Passionné par tout ce qui roule, il prend autant de plaisir à découvrir une voiture électrique que de rouler dans une hypercar. Mais son cœur penche tout de même plutôt vers l’univers des petites bombinettes héritières de l’ère GTI. Quoique dorénavant, un bon break confortable ne le laisserait pas indifférent. C’est ça, vieillir ?

Actualité recommandée pour vous

Plus d'actualités
Dacia Spring : relooking… de façade

Dacia Spring : relooking… de façade

Dacia n’entend pas laisser sa Spring se laisser bousculer par les nouvelles citadines électriques « accessibles ». Mais sa séance de relooking lui suffira-t-elle pour rester « branchée » sans évolution technique ?

Cupra Born VZ : techniquement plus épicée

Cupra Born VZ : techniquement plus épicée

À peine distinguable des autres Cupra Born, la VZ profite pourtant de 240 kW (325 ch) et 545 Nm ainsi que d’un châssis retravaillé pour gagner en sportivité ! 

Polestar 4 : découverte du SUV coupé électrique

Polestar 4 : découverte du SUV coupé électrique

À l’occasion de l’Automotive eMotoion Summit organisé par la Febiac, nous avons découvert le SUV coupé Polestar 4 présenté pour la première fois en Belgique.

Audi s’offre les services du designer en chef de Land Rover !

Audi s’offre les services du designer en chef de Land Rover !

Massimo Frascella supervisera le style des futurs modèles de la marques aux quatre anneaux.

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Diesel, Manuelle

32 584 €

Essence, Automatique

27 547 €

Essence, Manuelle

23 599 €
7 km

Essence, Manuelle

23 748 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km
53 990 €
2019
105 433 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km

Diesel, Automatique

36 785 €
2020
29 990 km