Non, ce n'est pas une Lotus Omega. C'est une Opel Omega beaucoup plus exclusive, mais que nous avons oubliée depuis longtemps : l’Omega Evo 500.

Wim Bervoets
08/03/2018

Quiconque pense aux Omega sportives, pense en premier lieu à la Lotus Omega, une voiture qui a été revue par le spécialiste britannique des voitures de sport. Mais Opel a également fait appel à un autre spécialiste des dérivés sportifs : le tuner maison Irmscher.

DTM

L'histoire de l'Evo 500 commence à la fin des années 80, lorsqu’Opel veut imposer sa loi sur le championnat allemand des voitures de tourisme, le DTM. Pour cela, il mise sur l’Omega ! Mais pour des raisons d’homologation, il doit produire 500 exemplaires.

Irmscher

Opel fait donc appel à Irmscher, qui utilise l'Omega 3000 comme base. Le tuner présente le résultat en 1990 : c’est l'Opel Omega Evo 500 avec un look agressif et toute de noir vêtue, avec des passages de roues élargis et un impressionnant aileron arrière réglable pour générer plus d'appuis. L'Evo 500 profite de roues spécifiques en 18 pouces et de sièges baquets Recaro.

233 à 385 ch

Sous le capot, on retrouve le six cylindres en ligne de 3 litres, qui donne 233 ch. Il permet à l'Omega Evo 500 d’accélérer jusqu’à 100 km/h en 7,5 secondes et d’atteindre une vitesse maximale de 250 km/h. La version DTM fait encore mieux : elle produit pas moins de 385 ch et atteint une vitesse maximale de 300 km/h. Malheureusement, elle ne fait pas le poids face aux tonitruantes BMW M3 et Mercedes 190.

Production

Sur la production initialement prévue de 500 exemplaires, seuls 300 exemplaires environ furent produits entre 1991 et 1993. A quelques exceptions près, elles sont toutes noires. Opel retirait des Omega 3000 noires de sa ligne de production et les envoyait à Irmscher pour la conversion.

Aujourd'hui

Trouver une Opel Omega Evo 500 n'est pas une tâche facile. Aujourd'hui, il n'y en a qu'environ 200 en circulation, la plupart en Allemagne. Il faudra forcément chercher chez nos voisins un exemplaire. Compter sur un minimum de 12.000 € pour un exemplaire fortement kilométré et comptant de nombreux propriétaires précédents, et sur le double pour une version avec un meilleur historique. C’est moins cher qu'une Lotus Omega, et avec sa production bien plus limitée, elle est aussi beaucoup plus exclusive.

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.