Essais

Essai : BMW Série 3 Touring (2024), un antidote aux SUV ?

Après une semaine passée à son volant, la BMW Série 3 Touring nous a prouvé qu'il n’était pas nécessaire d’opter pour un SUV si l'on recherche une voiture polyvalente.

  • Möller  Yeelen Möller Yeelen
  • 08 janvier 2024
  • BMW
3,8
score VROOM
  • 4,0
    Performance
  • 4,0
    Tenue de route
  • 3,5
    Confort
  • 3,5
    Équipement
  • 3,5
    Sécurité
  • 3,5
    Prix/Qualité
  • 4,0
    Consommation
  • 4,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Compromis confort/sportivité
  • Position de conduite parfaite
  • Coffre pratique
  • Moteurs puissants et économiques
  • Pas bon marché, liste d'options trop longue
  • Autonomie limitée de la version PHEV
  • Garde aux jambes à l'arrière

Faut-il encore présenter la BMW Série 3 ? Cela fait de nombreuses années que ce best-seller de la marque allemande excelle sur le marché des modèles premium. Même chez nous, en Belgique, son succès ne se dément pas, comme le prouvent les chiffres d'immatriculations sur le marché de l'occasion en 2023. En effet, non seulement la Série 3 y occupe la quatrième place du classement général, mais en plus, il s’agit du seul modèle premium et même du seul modèle n'appartenant pas aux segments B ou C ! Arrivée sur le marché en 2018, cette génération G20 fut dérivée en version Touring (G21) un peu moins d'un an plus tard. En 2022, le duo a profité d'une remise à niveau.

Un subtil rafraîchissement

Ce lifting a entrainé un renouvellement du museau, avec des phares acérés et des pare-chocs redessinés. A l’arrière, le pack « M Sport » rajoute quelques éléments verticaux pour viriliser l’ensemble… En ce qui nous concerne, nous apprécions la nouvelle face avant, mais nous ne sommes pas fans des changements apportés à la poupe. A vrai dire, tout dépend vraiment de la teinte choisie… A ce sujet, sachez que le client a le choix entre 13 teintes différentes pour la carrosserie et 12 designs de jantes, allant de 17 à 19 pouces.



A un millimètre près, la Série 3 Touring a les mêmes dimensions que la berline, avec une longueur de 4,71 m, une largeur de 1,83 m et une hauteur de 1,45 m. Moins compacte qu'auparavant (la E91 mesurait près de 20 cm de moins !), elle n'en reste pas moins pratique, y compris en milieu urbain.

« Curved Display » et molette iDrive !

À bord, les évolutions sont plus manifestes. Cette génération de Série 3 a inauguré deux grands écrans numériques : un pour l’instrumentation et l’autre pour l'infodivertissement. Avec ce facelift, ces deux écrans sont réunis en un seul et forment un « Curved Display ». La partie dédiée à l’instrumentation mesure 12,3 pouces, tandis que la section infodivertissement s’étale sur 14,9 pouces. Bonne nouvelle, le tout est lisible et clair. Si cet écran est tactile, sachez qu’il peut également être contrôlé via une molette iDrive située sur la console centrale. Cette dernière est un peu plus ergonomique et donc plus sûre... Pointons également le grand levier de vitesses qui a cédé sa place à un petit interrupteur, mais pour le reste, la disposition à bord reste plus ou moins inchangée.



Une position de conduite parfaite

Quel que soit votre gabarit, la Série 3 Touring sait accueillir avec une position de conduite parfaite ! Le volant peut être tenu tout près de votre torse et le siège s'abaisser très bas, ce qui donne vraiment l'impression d’une voiture moulée autour de vous. Pointons également l’excellente visibilité panoramique.

En revanche, la banquette arrière est un peu moins confortable. Si vous êtes assis derrière un grand conducteur, il ne restera pas beaucoup d'espace pour vos jambes... En outre, cette banquette n'est ni coulissante ni inclinable, mais elle peut être rabattue en trois parties pour agrandir le coffre. Facilement accessible grâce à un seuil bas et un hayon s’ouvrant largement, ce dernier offre un volume allant de 500 à 1.510 litres (410-1.420 litres pour les hybrides, qui conservent un plancher de chargement plat).

Une large gamme de moteurs

La BMW Série 3 Touring offre une large palette de motorisations : on compte quelque 16 déclinaisons différentes, en comptant les dérivés dotés de la transmission intégrale xDrive. En essence, on retrouve 4 moteurs délivrant des puissances allant de 115 kW (156 ch) à 275 kW (374 ch). En diesel, BMW propose 5 moteurs de 90 kW (122 ch) à 250 kW (340 ch). Si vous désirez un 6 cylindres, le choix est toutefois réduit : à part le plus puissant des moteurs essence (M340i) et les deux diesels les plus costauds (330d et M340d), tous les moteurs comptent quatre cylindres. En outre, sachez que de série, la Série 3 s’anime via ses roues arrière et une boîte automatique ZF à 8 rapports. En option, les moteurs les plus puissants peuvent être équipés de la transmission intégrale xDrive (de série sur les M340i et M340d). Enfin, BMW propose depuis peu, un break superlatif sous la forme de la M3 Touring, dont nous avons déjà parlé et qui n’a pas manqué de faire chavirer nos cœurs…

Bien entendu, ces dernières années, ce sont principalement les deux versions hybrides rechargeables qui ont raflé le gros des commandes : les 320e (150 kW/204 ch) et 330e (215 kW/292 ch). Bon à savoir : jusqu'à récemment, ces véhicules étaient encore déductibles à 100 % pour les professionnels, mais cet avantage sera progressivement supprimé… En outre, la batterie de seulement 10,5 kWh (nets) limite, selon le constructeur, l'autonomie en mode électrique à environ 55 km. En pratique, tablez sur environ 40 bornes… Ces versions sont donc devenues un peu moins attrayantes, mais pour l'instant, BMW ne prévoit pas de break tout électrique au sein de ce segment. Pour cela, il faudra attendre la prochaine génération de Série 3.

Précise, mais pas ferme pour autant !

Sur la route, la Série 3 Touring prouve qu'elle possède toujours l’ADN de BMW dans ses durites ! En effet, vous avez là un parfait compromis entre confort et sport avec une position de conduite idéale et un comportement routier réussi. Entre la rigidité de la caisse, la précision du train avant et le train arrière qui suit docilement, cette machine présente un tempérament sportif et peut être dirigée avec le pied droit lorsque les conditions le permettent.

Cette sportivité ne compromet pas pour autant le confort : confortablement installés dans des sièges au maintien impeccable, les passagers sont également chouchoutés par une suspension qui absorbe efficacement la plupart des bosses... Seules les versions hybrides rechargeables semblent un peu trop fermes en raison du poids supplémentaire embarqué : elles doivent trimbaler près de 200 kilos supplémentaires ! Saluons également les moteurs puissants et économiques qui fonctionnent en belle harmonie avec la boîte de vitesses automatique ZF. Enfin, avec sa ligne surbaissée, la Série 3 Touring est mieux profilée qu’un SUV et consomme donc moins sur autoroute...

Prix de la BMW Série 3 Touring facelift

La BMW Série 3 Touring est vendue en Belgique à partir 42.700 euros. A ce prix-là, vous obtenez une 318i essence de 115 kW (156 ch) et une transmission automatique. En diesel, le ticket d’entrée, la 316d Touring, coûte 45.150 euros. Quant à la version hybride rechargeable d’accès, la 320e Touring, il faut compter un minimum de 56.100 euros. La Série 3 Touring se situe donc entre l'Audi A4 Avant (à partir de 37.840 euros) et la Mercedes Classe C Break (48.642 euros). Hélas, et comme c'est souvent le cas avec les marques allemandes, la liste des options est longue : comprenez que vous pouvez facilement ajouter 15.000 euros (voire plus) au prix, sans faire de gros efforts ! Seule consolation : la popularité de la marque et du modèle maintiennent la valeur résiduelle à un haut niveau.

Notre verdict

Nous savons que nous ne pourrons pas mettre fin à l'engouement pour les SUV avec cet essai… Avec leur position de conduite surélevée et leur look de baroudeur, ces voitures hautes sur pattes resteront populaires pendant encore un certain temps. Mais quel bonheur de pouvoir conduire de temps en temps un break aussi réussi que cette BMW Série 3 Touring ! Sa position de conduite parfaite, son équilibre routier, son confort, son espace intérieur et sa sobriété sont ses plus gros points forts. Certes, comme toujours avec BMW, ces atouts se payent au prix fort, surtout si vous vous laissez tenter par la liste des options… Cette voiture n’en reste pas moins l’un des véhicules les plus polyvalents du marché ! Nous sommes curieux de savoir si la prochaine génération de Série 3 fera aussi bien…

Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une BMW Série 3 ? Choisissez parmi plus de 45.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces BMW Série 3 maintenant ici:

Lire plus:

Möller  Yeelen
À propos de l'auteur : Möller Yeelen Yeelen est un passionné de voitures depuis l'époque où les monoplaces rouges gagnaient encore la Formule 1, et depuis 2018, il en a fait son métier. S'il le pouvait, il remplirait un hangar d'une collection éclectique allant des jolies citadines aux supercars emblématiques, mais pour l'instant, il ne peut réaliser ce rêve que via Gran Turismo...

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,6 /5 Essai : Nissan Juke 2024, coup de fraîcheur

Essai : Nissan Juke 2024, coup de fraîcheur

Le Nissan Juke reçoit un (très) petit coup de fraîcheur. Outre une nouvelle teinte jaune, l’esthétique ne change quasiment pas. Mais heureusement, l’habitacle se digitalise.

3,7 /5 Essai : Maserati MC20, la supercar du quotidien

Essai : Maserati MC20, la supercar du quotidien

La MC20 marque le grand retour d’une supercar chez Maserati ! Le constructeur au trident se souvent-il encore de la recette pour faire palpiter le coeur des passionnés ?

3,8 /5 Essai : Porsche Taycan Turbo GT, plus de 1.000 ch et même pas peur !

Essai : Porsche Taycan Turbo GT, plus de 1.000 ch et même pas peur !

Avec le lifting, la gamme Taycan s’enrichît d’une démoniaque version Turbo GT de plus de 1.000 ch en pic. Voyons si on peut les dompter sans trembler sur un circuit… détrempé !

3,5 /5 Essai : Mercedes Classe B, une familiale polyvalente et injustement sous-estimée !

Essai : Mercedes Classe B, une familiale polyvalente et injustement sous-estimée !

On en a assez peu parlé, mais la Mercedes Classe B a elle aussi, profité d’un récent facelift. Un comble, sachant qu’elle pourrait bien être la meilleure des Mercedes compactes ! Hélas, le plaisir sera de courte durée…

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

21 500 €

Diesel, Manuelle

32 584 €

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

27 547 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Diesel, Automatique

52 900 €
2021
1 500 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km
52 990 €
2019
105 433 km