Essais

Opel Insignia 2.0 CDTI: La maturité…

Un beau chemin parcouru par l'Insignia depuis sa présentation en 2008: pas moins de 750.000 véhicules produits, dont plus de 160.000 depuis le restylage apparu en 2013, ce qui fait de ce modèle le quatrième le plus vendu par le "Blitz" après la Corsa, l'Astra et la Mokka. L'Insignia se classe dans le top 3 de son segment dans dix pays d'Europe, et passe même leader dans trois pays.

  • Wouters Bruno
  • 27 février 2015
  • Opel
2,5
score VROOM
  • 4,0
    Performance
  • 0
    Tenue de route
  • 4,0
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 0
    Sécurité
  • 4,0
    Prix/Qualité
  • 0
    Consommation
  • 4,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Comportement routier efficace
  • Finition soignée
  • Motorisation souple
  • Absence (provisoire?) de boîte automatique
  • Quelques détails d'ergonomie perfectibles

Pas de surprise, c'est le diesel qui tient le haut du pavé: 83% des ventes concernent ce type de motorisation, et même 93% en Belgique et Luxembourg. Rien d'étonnant dès lors à venir découvrir sur les terres d'Irlande une nouvelle motorisation 2.0 L CDTI sous son capot. Performants, les moteurs équipant jusqu'ici l'Insignia se montraient pourtant encore perfectibles sur différents points. Des corrections nécessaires, auxquelles le constructeur s'est attelé avec succès comme nous allons le découvrir.

Si le bloc fonte est conservé, il évolue sensiblement. Culasse en aluminium et quatre soupapes par cylindre, vilebrequin avec quatre contrepoids, entraînement des arbres à cames par chaîne avec tendeur hydraulique, tubulure d'admission en plastique générant un tourbillon variable, mais aussi turbocompresseur à géométrie variable actionné électriquement.

Des chiffres convaincants

Résultat? 170 ch, un couple maximal de 400 Nm avec une arrivée plus progressive mais plus rapide: au régime de 1.500 trs/min, le gain s'élève à 20% par rapport à l'ancien 163 ch. L'arrivée du couple intervient en fait quasiment aussi rapidement que sur le BiTurbo! Remarquons que le couple de 400 Nm, disponible de 1.750 à 2.500 trs/min, ne nécessite pas l'intervention de l'overboost, qui faisait passer les 350 Nm de l'ancien bloc à 380 pendant 15 secondes. La puissance maxi de 170 ch s'obtient à 3.750 trs/min seulement, contre 4.000 précédemment.

Autre objectif visé par les ingénieurs, une réduction drastique du bruit et des vibrations. Deux arbres contrarotatifs réduisent de 83% les vibrations de second ordre, un gros travail sur le collecteur d'admission et sur le carter d'huile, en deux parties, mais aussi sur l'optimisation des lois d'injection pour réduire les claquements, font chuter le niveau sonore de 5 dB.

Une ligne qui ne vieillit pas

Notons encore la présence du système BlueInjection pour le traitement des oxydes d'azote, l'homologation Euro6, des rejets limités à 114 grammes par kilomètre de CO2 et une consommation normalisée de 4,3 L/100km pour la berline qui abat le 0 à 100 en 9 secondes et vaut 225 km/h…

Discrètement relookée en 2013, l'Insignia n'a rien perdu de son attrait, avec une ligne que l'outrage du temps ne semble guère altérer. Le cockpit avait alors aussi reçu son lot d'améliorations en s'épurant et en soignant le choix de ses matériaux. Rien à dire, ça le fait et c'est avec plaisir que nous prenons le volant de notre Insignia rouge vif, habitacle tendu de cuir. Position de conduite idéale vite trouvée, "start" et découverte du nouveau "mazout" vanté par ses concepteurs lors de la présentation.

Sortis de l'aéroport, notre itinéraire nous entraîne rapidement sur l'autoroute, notre premier terrain de jeu. Le nouveau CDTI fait dès les premiers tours de roues preuve de sa parfaite éducation. Remarquablement discret, il témoigne d'une étonnante rondeur dès les plus basses rotations. La poussée, franche et régulière, débute dès 1.500 trs/min, et ne faiblit pas jusqu'à 4.000 trs, un régime qu'il ne sera guère utile de dépasser dans la pratique. Guère besoin sur l'autoroute de jouer de la boîte: la moindre sollicitation du pied droit relance avec vigueur l'Opel qui navigue dans le gras du couple. Un vrai bonheur, qui n'est jamais entaché par la sonorité plébéienne émise par de nombreuses motorisations concurrentes, y compris certaines prétentieuses "premium" teutonnes.

Pari gagné

L'itinéraire se continue sur de charmantes petites routes plus typiques de la région, et notre Insignia continue à nous charmer. Calés la plupart du temps en cinquième, nous profitons du couple omniprésent pour tenir un rythme soutenu, particulièrement aidés par un châssis incisif et précis. L'amortissement évite tout pompage, les freins et la direction travaillent à l'unisson pour compléter un tableau qui ne manque pas d'attraits.

Difficile durant ce galop d'essai de se forger une opinion sur la consommation que les chiffres officiels laissent présager en progrès, mail nul doute qu'en termes d'agrément et d'insonorisation, Opel a placé la barre très haut! La marque développe petit à petit une gamme de plus en plus attractive et ne compte pas s'arrêter en chemin: d'ici à 2018, Opel annonce vingt-sept nouveautés et dix-sept motorisations inédites…

Lire plus:

À propos de l'auteur : Wouters Bruno Bruno Wouters collabore avec Vroom depuis 2005. Tant qu’il y a des roues et un moteur, c’est un homme heureux.
Et s’il apprécie les progrès technologiques, rien ne le lui plaît plus que de parcourir les routes de campagne au volant d’une Morgan ou d’une moto, pour les sensations!
Photos ©: Bruno Wouters. Source ©: Opel.

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,6 /5 Essai : Citroën C3 Aircross, l’alternative française

Essai : Citroën C3 Aircross, l’alternative française

Si vous êtes à la recherche d’un SUV compact et abordable, le Citroën C3 Aircross n’est peut-être pas le premier modèle auquel vous penserez… A tort? On vous explique pourquoi cette voiture est une une alternative intéressante aux modèles low-cost en provenance de Chine ou de Roumanie.

3,9 /5 Essai : Suzuki Across, un hybride de spécialiste

Essai : Suzuki Across, un hybride de spécialiste

Pour s’offrir un hybride rechargeable de qualité, Suzuki s’est adressé à Toyota, spécialiste du genre. L’Across est le clone du RAV4 plug-in. En mieux ou moins bien ?

3,5 /5 Essai : KGM Tivoli, « nouveau nez »

Essai : KGM Tivoli, « nouveau nez »

SsangYong devient KGM. Pour marquer son nouveau départ, le Tivoli modernise son visage. Un nouveau nez suffisant pour relancer l’intérêt d’un modèle déjà « éculé » ?

3,8 /5 Essai : Mini JCW Countryman ALL4, SUV familial et dynamique

Essai : Mini JCW Countryman ALL4, SUV familial et dynamique

La variante JCW du nouveau Mini Countryman est-elle toujours aussi fun malgré les dimensions plus imposantes que jamais de cette 3e génération du SUV « compact » ?

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Diesel, Manuelle

32 584 €

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

27 547 €

Essence, Manuelle

23 599 €
7 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Diesel, Automatique

36 785 €
2020
29 990 km
53 990 €
2019
105 433 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km