Moto
  • Trikes Rewaco : Amis automobilistes, prenez l’air!
  • Trikes Rewaco : Amis automobilistes, prenez l’air!

    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco
    trikes rewaco

    La moto, c’est bien joli, mais ce n’est pas pour tout le monde! C’est ce qu’a dû penser Rewaco, spécialiste en trikes depuis vingt ans, en concevant ses «Bike Conversions» sur base de Suzuki Intruder. Et, de fait, le babyboom fait maintenant un «papyboom» (que les concernés ne le prennent pas mal: ils ne sont pas vieux, ils sont restés jeunes plus longtemps!), des gens en général plutôt bien dans leurs papiers, avides d’expériences et de loisirs.
    • Originalité, qualité de fabrication, sensations inédites pour un automobiliste
    • Agrément de conduite limité pour un motard

     Tous n’ont pas le permis moto, tous n’ont pas la force de manipuler et de tenir en équilibre des motos de trois ou quatre cents kilos, tous n’ont pas envie d’assurer les risques inhérents à la pratique de la moto. A côté de sa gamme spécifique de trikes à moteur arrière, Rewaco, leader européeen dans le domaine, a développé un système de conversion adapté aux Suzuki C800, M1500 et C1800 Intruder. Le principe, très simple, consiste à remplacer la partie arrière de la moto par un bâti supportant un essieu arrière rigide. Les roues arrières, de type automobile, sont entraînées par un différentiel issu des BMW serie 1, tout comme les deux freins à disque. Deux garde-boues, une selle passager et un coffre à bagages complètent le dispositif. Les divers éléments sont produits dans l’usine Rewaco située en Pologne, tandis que l’assemblage est toujours effectué au siège de Rewaco, à Lindlar en Allemagne.

    Une gamme et des options

    C’est là que nous avons eu l’opportunité de prendre le guidon des trois modèles, à l’initiative de Suzuki Belgium, qui se charge de leur importation dans nos contrées. Les conversions destinées à notre pays sont d’ailleurs réalisées sur des motos fournies par notre importateur. Chaque modèle de la gamme peut recevoir en option différents équipements de quoi coller au plus près au désirs et besoins des clients. Citons parmis les plus utiles la marche arrière, un astucieux système électrique, le top-case, avec ou sans accoudoirs, le pare-brise, les phares additionnels et un large choix de jantes et de pneus. À ce propos, le dernier né de la gamme, le CT1500S, basé sur l’Intruder M1500 se distingue un peu de ces deux frères par un esprit plus sportif, caractérisé par un style particulèrement agressif et abouti, surtout lorsqu’il est équipé du "Custom Kit" reprenant à l’avant une jante montée en 200/50x17 et les impressionants Metzeler Marathon XXL en 300/35x18, soulignés de fin garde-boues, mettant en valeur la poupe du CT1500S.

    Le CT1500 se la joue perso!

    Cette poupe avec les sorties (plutôt libres, les normes d’homologations s’avérant moins exigeantes pour un trike que pour une moto) d’échappement intégrées nous rappelle furieusement celles des petites formule1 1500cc des années soixante. Avec les feux et les clignoteurs assurés par de minuscules LED et le profil arrondi des gros Metzeler, le CT1500S possède une gueule vraiment réussie, d’autant que la finition de celui-ci (ainsi que des deux autres d’ailleurs) ne souffre aucune critique. Nous découvrons la conduite d’un trike au guidon du CT1500. Motards, oubliez tout ce que vous savez, hormis la manipulation des commandes de gaz, embrayage et passage de vitesses: le reste n’a plus rien à voir avec ce que vous connaissez. Pas de contre-braquage pour tourner, ici il faut empoigner le guidon et le tourner avec force dans le sens du virage. Et pour le freinage, priorité au pied qui actionne les deux disques montés sur l’essieu arrière. Et on ne vous raconte pas l’effet au premier tournant, avec une moto qui reste désespérément verticale, là ou vous vous délectiez de la balancer dans la courbe.

    Un autre monde

    Un automobiliste, public cible du constructeur, sera sans doute moins surpris. Ceci étant, l’habitude et les nouveaux réflexes viennent vite et on découvre une autre forme de plaisir. À ce jeu là, c’est sans surprise le CT800 qui tire le mieux l’épingle du jeu, avec un poids à vide nettement plus contenu et un tempérament moteur moins fougeux. Le CT1800 inspire un certain respect, avec un poids à vide dépassant les 500 kg, mais son excellente position de conduite et son guidon bien dessiné mettent en confiance. Le CT1500 se démarque des deux autres par son style plus sportif, ce qui se traduit aussi dans son comportement, plus vif. Si un motard ne trouvera pas obligatoirement son compte dans la conduite de ces trikes, nul doute qu’ils peuvent apporter leur lot de sensations à ceux qui ignorent les joies d’un deux roues. Ils retrouveront la même position de conduite, le même bonheur à filer dans le vent (rien à voir avec une décapotable, bien asceptisée en comparaison), et pourront envisager un voyage sans craintes, avec passager(e) et bagages, sans doute le meilleur moyen de profiter de ces engins à trois roues accessibles, rappelons le, au permis B. Les prix varient de 21.570 € (CT800S) à 29.570 € (CT1800S), en passant par 24.870 € (CT1500S). Distribués par Suzuki, ils bénéficient d’une garantie de deux ans.

    Texte :

    Photos : Bruno Wouters, Manufacturer

    Plus d'infos : Rewaco

    Donnez votre avis!

    Ceci vous intéresse aussi ...

    Actualités et essais