Si l’on fait abstraction de la M4, cette 440i est la version de pointe dans la gamme des BMW Série 4. De plus, il s’agit de la seule Série 4 « classique » à s’équiper d’un 6 cylindres en ligne essence. Voilà des raisons suffisantes que pour en prendre le volant.

Wim Bervoets
Expert VROOM
11/07/2017
3,9
Score VROOM
4,5
3,5
4,5
3
4
4
3,5
4

Points positifs et négatifs

  • Boîte auto excellente
  • Comportement dynamique
  • Prestations dynamiques étonnantes
  • Sonorité moteur
  • Amortissement en conduite sportive
  • Pas de boîte manuelle
  • Places arrière étroites
  • Prix
  • Prix, options comprises

Chez BMW, la nomenclature évolue sans cesse. Jadis, celle qui s’appelait encore la Série 3 Coupé (générations E36 et E46), couronnait sa gamme par la 328i, puis par la 330i. La précédente génération, quant à elle, profitait d’une 335i. L’actuelle Série 4 a d’abord connu une version de pointe qui s’appelait 435i. Aujourd’hui, cette dernière cède sa place à la 440i !

S’agit-il d’un tout nouveau moteur ?

A vrai dire oui, ce que nous n’aurions pas deviné dès le départ : le nouveau moteur cube 2.998 cm³, contre 2.979 cm³ pour l’ancien, et il délivre 326 chevaux et un couple de 450 Nm (contre respectivement 306 ch et 400 Nm pour son prédécesseur). Il ne fait usage que d’un seul turbo, mais le nouveau bloc fait bien entendu partie de la nouvelle génération des moteurs BMW.

La Série 4 n’a droit à aucun facelift ?

En effet. Le plus grand changement concerne les phares avant, qui ne sont plus au Xénon, mais bien à LED. Les antibrouillards à LED sont également de série, de même que les feux arrière à LED. Les pare-chocs ont été légèrement revus. La spectaculaire teinte de notre modèle est également nouvelle : Snapper Rocks Blue, s’il vous plaît… Une teinte bleue qui ne passe pas inaperçue et qui fait tourner bien des têtes.

Et dans l’habitacle ?

Il reste dans l’ensemble, inchangé. Vous avez donc toujours droit au classique tableau de bord de BMW, avec toutefois un système multimédia remis à jour. Il fonctionne de manière plus intuitive et affiche une connectivité au sommet. Saluons également la position de conduite sportive de la Série 4 Gran Coupé. Toutefois, les places arrière ne sont pas extraordinaires : l’accès y est compliqué en dépit des deux portes supplémentaires, alors que la garde au toit y est plutôt limitée.

Comment sont ses prestations ?

Très bonnes, naturellement ! Le 0 à 100 km/h est exécuté en 5,1 secondes et la vitesse de pointe est limitée à 250 km/h. Le 6 cylindres reprend souplement à bas régimes dans une sonorité « flippante » et grimpe joyeusement dans les tours. Sa sonorité est d’ailleurs artificiellement gonflée, mais cela reste encore acceptable, selon nous. Nous ne pouvons également que saluer l’excellence de la boîte automatique à 8 rapports de cette Série 4 : elle change prestement et souplement , tout en vous laissant le choix de le faire vous-même via les palettes derrière le volant.

Et quid de la dynamique de conduite ?

Bien entendu, notre propulsion reste très plaisante à conduire : bien équilibrée, avec beaucoup d’adhérence (quoiqu’elle réagisse de manière naturelle si vous la provoquez), elle procure la juste dose de plaisir. Nous regrettons simplement le feeling du volant, trop artificiel à notre goût, surtout sur le mode sport où sa consistance est exagérée. Enfin, les freins M-Sport sont suffisants que pour freiner la masse de 1,7 tonne.

Est-elle confortable ?

Certainement, surtout si vous laissez le mode de conduite sur « Comfort ». Les sièges sport sont excellents et la combinaison moteur/boîte est suffisamment discrète que pour transformer cette 440i en dévoreuse de kilomètres. De plus, ce mode promet un amortissement plus souple, alors que le mode Sport est trop ferme pour nos routes belges.

Qu’en est-il de la sécurité à bord ?

Elle est bien évidemment étendue, avec un régulateur de vitesse adaptatif doublé d’un assistant de conduite dans les embouteillages, l’alerte de changement de bande, la reconnaissance des panneaux routiers, le freinage automatique en cas de détection de collision, etc. Une aide active au parking est également prévue, mais pour bon nombre de ces équipements, il vous faudra mettre la main au portefeuille.

Combien coûte-t-elle, précisément ?

La BMW 440i Gran Coupé voit ses tarifs démarrer à partir de 55.400 €. Elle n’est disponible qu’avec une boîte automatique. Si vous désirez une boîte manuelle, curieusement, vous devrez alors opter pour une Série 3 ou une Série 4 Coupé. La boîte automatique à la gestion sportive et aux palettes derrière le volant est facturée 200 € de plus. La transmission intégrale xDrive rajoute encore 2.600 €. Et après cela, on peut enfin lorgner sur l’énorme liste des options. Après une semaine d’essai, nous avons relevé une consommation moyenne de 10,4 l/100 km.

En conclusion ?

La BMW 440i assume parfaitement son statut de haut de gamme des BMW traditionnelles. Le moteur à la sonorité grave et aux belles performances rappelle la spécialité du Bavarois et transforme cette Gran Coupé en une sportive dévoreuse de kilomètres. Plus confortable que la M4, elle est forcément, également moins radicale. Il s’agit donc d’un intermédiaire de choix entre les Série 4 classiques et la M4. Nous parions d’ailleurs que la 440i de future génération sera estampillée M Performance…

Articles liés

À la une

Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Veuillez mettre à jour votre navigateur.
Vous utilisez une ancienne version de Safari et/ou iOS. Veuillez mettre à jour votre navigateur.