la digne descendante

Les grosses berlines françaises ne parviennent pas à percer dans un segment où les produits germaniques se sont imposés. Il n’en reste pas moins que leur présence sur ce marché est justifiée : sans remonter jusqu’aux années trente où les Delage, Delahaye, Talbot et autres Bugatti faisaient figure de référence, il existait, après-guerre, une marque française qui fit sensation en 1955 avec une grande berline qui sortait tout à fait de l’ordinaire. Il s’agit bien sûr de Citroën et de sa DS. Avec la C6, Citroën espère bien reconquérir un marché qui fut le sien.

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ