Essais

Essai : Peugeot 308, elle a les crocs !

Le constructeur français a revu la copie de sa berline du segment C. S’il s’agit plus d’une évolution que d’une révolution, les changements vont heureusement tous dans le bon sens pour proposer un produit très convaincant !

  • Vanhouche  Sébastien Vanhouche Sébastien
  • 17 septembre 2021
  • Peugeot
  • 12 319 vues
3,9
score VROOM
  • 3,0
    Performance
  • 5,0
    Tenue de route
  • 4,0
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 4,0
    Sécurité
  • 3,0
    Prix/Qualité
  • 4,0
    Consommation
  • 4,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Châssis dynamique et confortable
  • Système multimédia pratique et intuitif
  • Look soigné
  • Prix
  • Finitions de certain plastique

Lorsqu’il s’agit de retravailler un produit aussi important que la 308, forcément, chaque évolution est d’une priorité capitale. Peugeot ne s’est donc pas jeté dans la gueule du loup au moment de revoir l’un de ses modèles phares. Il y a de réelles améliorations, sans pour autant parler de révolution. Cette seconde génération de la Française s’affirme, gagne en maturité et en style.

Fière comme une lionne 

Justement, parlons-en, du style. La 308 s’affaisse en perdant 2 cm en hauteur et en s’allongeant de 11 cm pour la berline et de 6 cm pour le break. Nous vous avions déjà parlé de toutes les évolutions en termes de design lors de son annonce en mars dernier. Pour faire simple, la lionne s’affirme encore davantage à l’image de sa face avant inédite arborant fièrement un nouveau blason. À l’intérieur, les changements sont plus timides. Tout est repensé certes, mais dans la continuité de la génération précédente. Les habitués ne seront pas perdus. Ils devraient tous même apprécier les améliorations technologiques.

Des évolutions utiles

L’évolution la plus marquante provient du système multimédia. De la première à la dernière finition, toutes les 308 embarquent un grand écran central tactile de 10 pouces. Il est très réactif et pensé à la manière d’un smartphone, ce qui permet une prise en main rapide. Dès la version « Allure », une seconde dalle vient enrichir la console centrale. Personnalisable, il comporte 5 raccourcis qui s’avèrent bien pratiques au quotidien : trajet vers le domicile, radio et réglage de climatisation préférés sont disponibles en un seul clic. On apprécie également que toutes les commandes soient désormais présentes sur le volant, fini la sucette qui dépasse de la colonne de direction. Toutes ces évolutions semblent vraiment bénéfiques pour le conducteur et, il faut le reconnaître, on est bien dans cette nouvelle 308.


Délicieux cocktail !

On y est encore mieux une fois en mouvement ! La dernière lionne dispose d’un châssis digne de la marque qui allie avec brio confort et dynamisme pour un enivrant cocktail. La 308 est d’abord une excellente routière. Bien insonorisée, elle est capable d’avaler les kilomètres sans broncher. Les casse-vitesses et autres grosses ornières sont bien absorbés par la suspension. Seules certaines aspérités plus légères se font ressentir en finition GT et une fois les grandes jantes montées. Mais là où la Française épate, c’est quand le pied droit s’alourdit. La direction vive permet des changements de caps rapides et précis. Parfaitement équilibrée, elle vire à plat, pratiquement sans jamais sous-virer ou survirer au lever de pied. La Française semble montée sur des rails. Avec ce petit volant, cette sensation de dynamisme est encore décuplée. Berline ou break, c’est pareil, on prend beaucoup de plaisir à son volant et ce peu importe la motorisation.

Efficacité remarquable

Tout en bas de la pyramide 308, on retrouve le petit moteur essence de 110 ch. Sans être un foudre de guerre, ce 1.2 l est plus que suffisant pour s’insérer dans la circulation au quotidien. Agréable à rouler, il devient juste bien audible une fois en charge. Le diesel de 130 ch brille par son couple de 300 Nm bien présent, peu importe le régime moteur. Dès son lancement, la 308 dispose de 2 motorisations hybrides : une première de 180 ch et une seconde de 225 ch. Toutes deux sont équipées du même moteur électrique et d’une batterie de 12,4 kWh. Elle leur permet de revendiquer une autonomie d’une soixantaine de kilomètres sans avoir besoin de faire tourner le bloc thermique. Une valeur qui semble tout à fait atteignable après notre prise de contact, notamment grâce au mode régénératif qui autorise la conduite à une pédale.

En plus de réduire la consommation, propulser la 308 uniquement à l’aide des batteries ne fait qu'accentuer l’insonorisation de l’habitacle. Seule différence entre les 2 versions hybrides rechargeables : le moteur essence qui gagne en puissance.

Grâce à l’aide du moteur électrique, les relances de ces variantes hybrides sont d’autant plus agréables et collent davantage avec le châssis vif de la Française. Certes, aucun de ces blocs hybrides ne fera vibrer la flamme des passionnés de mécaniques « sportifs ». Mais ils font tous leur travail de façon remarquable.

Forcément, tout ça se paye … 

Les tarifs de la Française sont en adéquation avec ses excellentes prestations, donc chers. La version Active basique équipée d’une boîte manuelle et d’un bloc essence de 110 ch s’échange à partir de 25.000 € tout rond. Pour l’hybride rechargeable de 225 ch en version GT Pack, il faut débourser près de… 20.000 € supplémentaire ! Des tarifs qui se rapprochent d’une certaine concurrente à l’étoile, par exemple, qui peut compter sur une finition et des matériaux plus premium. Si les plastiques moussés sont présents à profusion dans l’habitacle, certains d’entre eux, notamment sur la console centrale, ne sont en effet pas encore tout à fait au niveau des Allemandes. Pour bénéficier du grand coffre du break, il faudra débourser 1.000 € de plus.

Notre verdict

La 308 a évolué judicieusement dans tous les domaines. Malheureusement, ces améliorations se payent au prix fort avec des tarifs équivalents à ceux des premium allemands. Certains plastiques ne sont pas encore au niveau de ce qui se fait outre-Rhin, mais la 308 a d’autres atouts. Elle peut compter sur un châssis dont seules les félines françaises semblent avoir le secret. Amusant, dynamique et confortable à la fois, il nous a fait très forte impression.


Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une Peugeot ? Choisissez parmi plus de 30.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces Peugeot 308 maintenant ici:

Lire plus:

Vanhouche  Sébastien
À propos de l'auteur : Vanhouche Sébastien Sébastien a toujours été passionné par le monde de l’automobile, au sens large. Tout l’intéresse dans le domaine, des petits ancêtres à moteur thermique aux mastodontes électriques modernes! Il a cependant toujours eu un petit faible pour les véhicules véloces, mais discrets. Rien de tel qu'un break qui déborde de puissance pour se faire plaisir tout en passant inaperçu!

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,6 /5 Essai : Ford Ranger Raptor, la gueule et les crocs !

Essai : Ford Ranger Raptor, la gueule et les crocs !

Ford a enfin équipé son Ranger Raptor d’un puissant moteur essence faisant de lui le plus vif des dinosaures !

Essai : Audi RS3 Performance et TT RS Iconic Edition, le 5 cylindres dans tous ses états !

Essai : Audi RS3 Performance et TT RS Iconic Edition, le 5 cylindres dans tous ses états !

Après le V10 de la R8 GT, nous avons pu profiter du 5 cylindres des Audi RS3 Performance et TT RS Iconic Edition ! Décidément, les séries limitées se suivent chez Audi ! Mais elles ne ressemblent pas pour autant…  

3,8 /5 Essai : Alfa Romeo Tonale plug-in hybrid Q4 : esprit, es-tu là ?

Essai : Alfa Romeo Tonale plug-in hybrid Q4 : esprit, es-tu là ?

Le Tonale est un modèle important pour Alfa Romeo. En embarquant un groupe hybride rechargeable, il devient même presque crucial : en effet, les avantages fiscaux auxquels il a droit, devraient renforcer son attrait sur le très important marché des véhicules de société. Mais cette version a-t-elle plus à offrir que de faibles émissions de CO2 ?

4,0 /5 Essai court : Audi R8 GT, appellation erronée…

Essai court : Audi R8 GT, appellation erronée…

Dans cette série limitée, l’Allemande est très (très) loin d’être une voiture de « Grand Tourisme ». Il s’agit plutôt d’une super sportive ultra-violente !

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Automatique

40 950 €
2021
4 km

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

34 950 €
2021
4 km

Essence, Automatique

25 961 €
2021
10 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Essence, Automatique

37 990 €
2021
20 000 km

Diesel, Automatique

43 985 €
2020
29 840 km