Essais

Essai: Mercedes Classe C Berline PHEV, mini Classe S

La Mercedes Classe C de génération W206 ressemble plus que jamais à une petite Classe S. Mais en a-t-elle simplement le look ou également les qualités ? Réponse au volant de ses motorisations hybrides rechargeables.

  • Vanhouche  Sébastien Vanhouche Sébastien
  • 02 février 2024
  • Mercedes-Benz
3,8
score VROOM
  • 3,5
    Performance
  • 3,0
    Tenue de route
  • 4,5
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 4,0
    Sécurité
  • 2,5
    Prix/Qualité
  • 5,0
    Consommation
  • 4,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Technologie de pointe 
  • Autonomie 100 % électrique 
  • Compromis confort/dynamisme 
  • Coffre amputé par la batterie
  • Options chères et nombreuses 
  • Diesel bruyant

Depuis la première Classe C introduite en tant que telle en 1993, la berline familiale s’est toujours inspirée du vaisseau amiral de marque à l’étoile : la Classe S. Et si c’était déjà frappant par le passé, c’est encore plus vrai aujourd’hui. Renouvelée en 2021, la Classe C 5e du nom n’a néanmoins que subtilement évolué par rapport à la précédente, du moins à l’extérieur. Cette génération W206 de la berline allemande a pourtant été entièrement redessinée. Pare-chocs, optiques, capot, silhouette : tout a évolué pour qu’elle s’apparente plus que jamais à une Classe S. Finalement, la plus grande différence avec le vaisseau amiral de la marque, c’est son format sensiblement plus compact de 4,75 m de long pour 1,82 m de large et 1,44 m de haut.



Toujours plus de technologies pour la Mercedes Classe C

Une fois à l’intérieur en revanche, Mercedes a complètement renouvelé la présentation de sa berline familiale. Sa planche de bord est désormais pratiquement identique à celles d’autres modèles de la marque à l’étoile, y compris, vous l’aurez deviné, celle de la Classe S. La Classe C dispose donc désormais d’un combiné d’instruments digital de 12,3 pouces, d’un écran central vertical de 11,9 pouces ainsi que d’un optionnel affichage tête haute de 29,5 pouces. Tous ces panels sont d’excellente facture, suffisamment réactifs et extrêmement personnalisables. Le revers de la médaille, c’est que pour offrir autant de fonctionnalités, les menus et sous-menus sont parfois nombreux et difficiles à appréhender. À noter que toutes les fonctionnalités du véhicule peuvent également être commandées par la voix.

On pourrait également regretter l’absence de commandes de climatisation physiques, mais ces dernières ont le mérite d’être larges et toujours présentes dans le bas de l’écran central. C’est déjà ça. S’habituer aux boutons tactiles du volant requiert également un certain temps d’adaptation. Nombreux et parfois capricieux, ils permettent en revanche d’accéder à toutes les fonctions du véhicule sans jamais devoir lâcher le volant. Un mal pour un bien. Finalement, impossible de s’installer à bord d’une Classe C sans être impressionné par l’excellente qualité de ses matériaux et finitions.



Priorité aux places arrière plutôt qu’au coffre

Grâce à son empattement de 2,87 m, mais également à des sièges avant à la forme particulièrement courbée, on ne manque pas de place à l’arrière. Même si dans ce cas précis, on n’est tout de même pas aussi bien installé qu’à l’arrière d’une Classe S. Disons qu’il faut laisser à César ce qui appartient à César. Le coffre de berline familiale est en revanche fortement amputé par l’imposante batterie des variantes hybrides rechargeables. Tout en longueur, il est très peu profond et ne totalise que 315 l de volume de chargement ! Les Classe C Berline PHEV vous obligeront à voyager léger…



4 motorisations hybrides rechargeables différentes !

Comme de nombreux autres modèles Mercedes dont son grand frère haut sur pattes, le GLC, la Classe C profite de plusieurs motorisations hybrides rechargeables. À côté des variantes thermiques, les versions à prise sont au nombre de 4 en comptant la dérivée AMG 63 S E Performance et ses 500 kW (680 ch) ! Une motorisation dont nous n’avons pas encore pu prendre le volant. Dommage… Dans tous les cas, c’est un 4 cylindres de 2 litres associé à une boîte automatique à 9 rapports qui se cache sous le capot de l’Allemande. Il carbure à l’essence et développe 230 kW (313 ch) ainsi que 550 Nm dans la C 300 e pour permettre à la Classe C d’atteindre 100 km/h en 6,1 s et de pointer à 245 km/h. La variante C 300 de la berline étoilé se nourrit quant à elle de diesel pour afficher 230 kW (313 ch), 700 Nm, abattre le 0 à 100 km/h en 6,2 s et grimper jusqu’à 243 km/h. C 300 et C 300 de envoient de série leur cavalerie sur leurs roues postérieures, mais peuvent élégamment profiter de 4 roues motrices grâce à l’optionnelle technologie 4Matic. Un système qui équipe de série la C 400 e 4Matic affichant 280 kW (381 ch) et 650 Nm pour atteindre 100 km/h en 5,4 s et une vitesse de pointe de 250 km/h.



Toutes ces variantes hybrides rechargeables disposent de la même batterie de 25,4 kWh pour afficher une centaine de kilomètres d’autonomie 100 % électrique. Un chiffre théorique, mais qui se vérifie également dans la pratique ! Grâce à des consommations équivalentes, voire plus faibles que certaines voitures entièrement électriques, nous sommes effectivement parvenus à parcourir environ 100 km uniquement sur la batterie et ce à plusieurs reprises. Qui plus est, toutes les Classe C PHEV disposent du même moteur électrique de 95 kW (129 ch) et 440 Nm. Coupleux, ce dernier permet d’évoluer confortablement dans la circulation en mode 100 % électrique. Une fois à plat, les versions à prises de la berline allemande peuvent même compter sur une optionnelle puissance de charge maximale de 55 kW en courant continu pour faire le plein d’ions en seulement 20 min. Voilà qui est impressionnant.



Plus confortable que dynamique

Tout comme la Classe S, le comportement de la C est très clairement axé davantage vers le confort que le dynamisme. En plus de profiter d’un habitacle bien insonorisé, son amortissement souple masque très bien les défauts et aspérités de la route et ce même lorsque l’Allemande dispose d’une finition AMG Line. En option, elle peut même changer toute seule de voie sur autoroute ! Autant dire que les kilomètres ne lui font pas peur, pour autant que ces derniers ne se font pas dans un col de montagne le couteau entre les dents.

Si elle parvient à rester stable et ne pas prendre trop de roulis en virage, sa grosse batterie l’alourdit fortement pour lui faire dépasser les 2 t à vide sur la balance ! Et puisqu'on n'échappe pas aux lois de la physique, on ne qualifiera pas cette berline de particulièrement dynamique. Cela dit, son léger manque de dynamisme n’est pas véritablement problématique. Disons simplement que si c'est le plaisir de conduire que vous recherchez avant tout, il vaut mieux opter pour sa concurrente en provenance de la marque bavaroise dont c’est le slogan. Finalement, le seul réel bémol que l’on peut relever à bord des variantes PHEV, c’est le 4 cylindres diesel un peu bruyant de la C 300 de.

Prix Mercedes Classe C Berline PHEV

Si il y a déjà une Classe C disponible à partir de 47.190 €, la première variante hybride rechargeable C 300 e débute quant à elle à partir de de 61.105 €. À peine plus chère, la version diesel C 300 de s’échange actuellement contre un minimum de 63.525 €. La C 400 e et ses 4 roues motrices de série sont disponibles à partir de 70.785 €. Finalement, la Mercedes-AMG C 63 S E Performance coiffe la gamme des variantes hybrides rechargeables avec son prix débutant à partir de… 117.007 € ! Aucun doute, ces sommes sont déjà conséquentes pour une berline familiale. Heureusement, il faut reconnaître que l'Allemande est plutôt bien équipée en série. Mais comme toujours chez les constructeurs premium, il est encore possible de rajouter quelques milliers, voire dizaines de milliers d’euros d’options à votre facture finale…

Notre verdict

La Mercedes Classe C Berline est plus que jamais une mini Classe S, surtout lorsqu’elle dispose d’une motorisation hybride rechargeable. En plus d’afficher un look similaire à celui du vaisseau amiral de la marque à l’étoile, elle partage également certaines de ses qualités, mais également certains de ses défauts… Ultra technologique, confortable et magnifiquement bien finie, elle est en revanche lourde, pas des plus dynamiques et affiche un coffre ridiculement petit pour une berline familiale. Et puis gare à ne pas cocher trop d’extra lors de sa configuration. Très (trop ?) nombreux, ils peuvent faire solidement grimper la facture finale.

 

Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une Mercedes Classe C ? Choisissez parmi plus de 40.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces Mercedes maintenant ici :

Lire plus:

Vanhouche  Sébastien
À propos de l'auteur : Vanhouche Sébastien Sébastien a toujours été passionné par le monde de l’automobile, au sens large. Tout l’intéresse dans le domaine, des petits ancêtres à moteur thermique aux mastodontes électriques modernes! Il a cependant toujours eu un petit faible pour les véhicules véloces, mais discrets. Rien de tel qu'un break qui déborde de puissance pour se faire plaisir tout en passant inaperçu!

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,6 /5 Essai : Nissan Juke 2024, coup de fraîcheur

Essai : Nissan Juke 2024, coup de fraîcheur

Le Nissan Juke reçoit un (très) petit coup de fraîcheur. Outre une nouvelle teinte jaune, l’esthétique ne change quasiment pas. Mais heureusement, l’habitacle se digitalise.

3,5 /5 Essai : Mercedes Classe B, une familiale polyvalente et injustement sous-estimée !

Essai : Mercedes Classe B, une familiale polyvalente et injustement sous-estimée !

On en a assez peu parlé, mais la Mercedes Classe B a elle aussi, profité d’un récent facelift. Un comble, sachant qu’elle pourrait bien être la meilleure des Mercedes compactes ! Hélas, le plaisir sera de courte durée…

3,7 /5 Essai : Maserati MC20, la supercar du quotidien

Essai : Maserati MC20, la supercar du quotidien

La MC20 marque le grand retour d’une supercar chez Maserati ! Le constructeur au trident se souvent-il encore de la recette pour faire palpiter le coeur des passionnés ?

3,8 /5 Essai : Porsche Taycan Turbo GT, plus de 1.000 ch et même pas peur !

Essai : Porsche Taycan Turbo GT, plus de 1.000 ch et même pas peur !

Avec le lifting, la gamme Taycan s’enrichît d’une démoniaque version Turbo GT de plus de 1.000 ch en pic. Voyons si on peut les dompter sans trembler sur un circuit… détrempé !

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

21 500 €

Diesel, Manuelle

32 584 €

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

27 547 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Diesel, Automatique

52 900 €
2021
1 500 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km
52 990 €
2019
105 433 km