Essais

Essai : Aiways U6, digne des références ?

La start-up chinoise Aiways élargit sa gamme avec un deuxième modèle : le SUV Coupé électrique U6. Un véhicule stylé et technologique, qui compte bien faire de l’ombre aux références européennes. Découverte.

  • Maloteaux  Olivier Maloteaux Olivier
  • 15 juin 2023
  • Aiways
3,6
score VROOM
  • 4,0
    Performance
  • 4,0
    Tenue de route
  • 3,0
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 3,5
    Sécurité
  • 3,0
    Prix/Qualité
  • 4,0
    Consommation
  • 3,5
    Global
Avantages et inconvénients
  • Prix compétitif
  • Consommation réelle / autonomie
  • Equipement complet en série
  • Image de marque à construire
  • Pas de navigation embarquée
  • Quelques détails de finition

Aiways est un tout jeune constructeur, né en 2017 à Shanghai. La marque a débarqué sur notre marché en 2021, avec un SUV familial : l’U5. La famille compte désormais un nouveau membre : le SUV-Coupé U6, électrique lui aussi. Cette marque chinoise est distribuée chez nous sans réseau propre, mais via le revendeur multimarque Cardoen et ses 16 points de vente, qui assurent aussi les entretiens. Ajoutons que le constructeur nous promet à l’avenir un nouveau modèle chaque année. Il a déjà planifié pour bientôt un SUV plus grand et un plus petit.

Cloche de verre

Cette Aiways mise d’emblée sur son look pour séduire. Elle prend la forme très tendance d’un SUV Coupé, avec donc une poupe effilée. L’engin chausse de grosses jantes de 20’’ de série et on note ses poignées de portes encastrées, qui sortent de leur logement d’un coup de télécommande. On remarque aussi le toit totalement vitré, qui est offert de série mais ne peut malheureusement pas s’ouvrir. Cette verrière est dépourvue de store occulteur, mais le verre est traité de manière à éviter l’effet de serre en plein soleil. À bord, le mobilier est minimaliste et épuré. Une ambiance moderne. Parmi les petits détails originaux, on pointe le levier de boîte, qui s’inspire de la manette de gaz d’un yacht de luxe. Mais il s’actionne en faisant pivoter la poignée, comme sur une moto.

Espace princier

Imposant extérieurement (4,80 m de long), l’U6 est également spacieux à l’intérieur. À l’avant, on prend place dans de beaux sièges monoblocs bien rembourrés. Les matériaux sont soignés, même si on trouve de nombreux plastiques durs dans les parties basses du tableau de bord. Par contre, rien à redire côté pratique : les rangements sont vastes et nombreux. À l’arrière, la banquette n’est pas coulissante ni inclinable, mais l’espace aux jambes est princier. Comme souvent, l’assise centrale est plus étroite et plus ferme que les places latérales.

Le hayon s’ouvre électriquement et donne accès à un coffre suffisamment grand et profond (472 litres banquette en place). Un compartiment est creusé sous le plancher pour accueillir les câbles de charge. 

Smartphone obligatoire

Le système multimédia se pilote via l’écran tactile central de 14,6’’. Il est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. La liaison a bien fonctionné durant cet essai et peut même s’effectuer sans fil dans le cas d’un smartphone Android (ce sera aussi bientôt le cas avec Apple CarPlay). Par contre, on n’a pas droit à un GPS intégré. Aiways estime que c’est démodé et inutile. Il faut donc passer par le smartphone pour trouver son chemin et… les bornes de recharge. 

Un peu sec  

Aiways ne propose qu’un seul ensemble moteur/batterie pour son U6. Le bloc synchrone à aimants permanents développe 218 ch et 315 Nm. Il entraîne les roues avant et est alimenté par une batterie de 63 kWh bruts, provenant de chez CATL et pesant 350 kilos. Pour démarrer, pas besoin de clé : une pression sur la pédale de frein et l’engin se met sous tension. Le moteur est silencieux et répond toujours présent lors des accélérations : les performances sont très correctes, avec un 0 à 100 km/h bouclé en un peu moins de 7 secondes. Le châssis rigide est guidé par un train avant McPherson et un train arrière multibras. Il assure une tenue de route saine et efficace, mais pas vraiment joueuse. Et la direction trop légère manque franchement de ressenti. On soulignera que l’U6 chausse de bons pneus Continental, nettement plus adhérents que les gommes chinoises (Cooper) testées sur l’U5… Côté confort, par contre, l’U6 est nettement plus ferme que son frère, ses concepteurs ayant volontairement choisi un typage plus dynamique.

 

Un petit appétit

Si l’U5 nous avait déjà impressionné par sa faible consommation, l’U6 fait encore mieux, notamment car sa carrosserie mieux profilée est plus aérodynamique (Cx de 0,248 contre 0,29 pour l’U5). Durant notre essai, effectué il est vrai à une température idéale (25°C) et mené à rythme calme sur un parcours mixte, l’ordinateur de bord a indiqué une moyenne de seulement 14,2 kWh/100 km, soit moins que la valeur WLTP officielle (15,9 kWh/100 km) ! Les 405 kilomètres d’autonomie annoncés ne sont donc pas mensongers, même si le rayon d’action baissera bien sûr par temps froid ou si vous ne parcourez que de l’autoroute. Notons que la voiture s’équipe de série d’une pompe à chaleur, notamment pour un chauffage moins énergivore en hiver. Le chargeur embarqué de 11 kW permet de recharger totalement la batterie en environ 6 heures sur une borne adéquate. En courant continu, la batterie accepte jusqu’à 90 kW et passe de 20 à 80% de charge en 35 minutes.

 

Prix Aiways U6

Le tarif n’est pas encore définitivement fixé mais le prix devrait se situer entre 48.000 et 50.000 €. Et l’engin est livré pratiquement « full options », avec entre autres l’ouverture/démarrage sans clé, le hayon électrique, une sellerie en cuir avec sièges électriques à l’avant, le chargeur smartphone à induction, des caméras avec vue à 360 degrés, un régulateur de vitesse actif et une foultitude d’autres aides électroniques. Bref, le rapport prix/équipement est intéressant : à prestations et équipements équivalents, cette voiture chinoise coûte près de 10.000 € de moins que les Skoda Enyaq Coupé et Volkswagen ID.5. Bon, évidemment, la valeur de revente de l’U6 reste incertaine, vu qu’Aiways n’a pas d’image de marque sur notre marché. Mais pour rassurer le client méfiant, le constructeur chinois offre une garantie totale de 5 ans sans limite de kilométrage sur le véhicule et de 8 ans ou 150.000 km sur la batterie.

 

Notre verdict

Franchement, cette Aiways a de quoi séduire. Tant par ses lignes que ses prestations. L’U6 se hisse pratiquement au rang des références européennes, mais avec un prix nettement plus bas. Il y a cependant encore mieux chez le concurrent américain Tesla : une Model Y, de gabarit similaire mais encore plus aboutie, n’est pas plus chère…

Vous cherchez une voiture électrique ?

Vous recherchez une voiture électrique ? Sur VROOM.be, vous pouvez choisir parmi plus de 40.000 voitures. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces de voitures électriques ici :

Lire plus:

Maloteaux  Olivier
À propos de l'auteur : Maloteaux Olivier Le virus automobile l’a piqué dès l’enfance. La passion pour le journalisme a suivi. Restait à mixer les deux univers. Olivier s’intéresse aux voitures de tous les types et de toutes les époques, quelle que soit la technique qui se cache sous la carrosserie. Avec quand même un penchant particulier pour les coupés et roadsters à moteur de caractère…

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,9 /5 Essai : Suzuki Across, un hybride de spécialiste

Essai : Suzuki Across, un hybride de spécialiste

Pour s’offrir un hybride rechargeable de qualité, Suzuki s’est adressé à Toyota, spécialiste du genre. L’Across est le clone du RAV4 plug-in. En mieux ou moins bien ?

3,8 /5 Essai : Mini JCW Countryman ALL4, SUV familial et dynamique

Essai : Mini JCW Countryman ALL4, SUV familial et dynamique

La variante JCW du nouveau Mini Countryman est-elle toujours aussi fun malgré les dimensions plus imposantes que jamais de cette 3e génération du SUV « compact » ?

3,5 /5 Essai : KGM Tivoli, « nouveau nez »

Essai : KGM Tivoli, « nouveau nez »

SsangYong devient KGM. Pour marquer son nouveau départ, le Tivoli modernise son visage. Un nouveau nez suffisant pour relancer l’intérêt d’un modèle déjà « éculé » ?

3,6 /5 Essai : Citroën C3 Aircross, l’alternative française

Essai : Citroën C3 Aircross, l’alternative française

Si vous êtes à la recherche d’un SUV compact et abordable, le Citroën C3 Aircross n’est peut-être pas le premier modèle auquel vous penserez… A tort? On vous explique pourquoi cette voiture est une une alternative intéressante aux modèles low-cost en provenance de Chine ou de Roumanie.

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

23 599 €
7 km

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

27 547 €

Diesel, Manuelle

32 584 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Diesel, Automatique

36 785 €
2020
29 990 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km
53 990 €
2019
105 433 km