Essais

Essai : Citroën C5 Aircross, de l’électricité dans l'air

Le SUV familial de Citroën pousse encore plus loin son électrification, avec le lancement d’une variante micro-hybride 48V, mais aussi d’une hybride plug-in d’entrée de gamme. Voyons ce qu’elles valent.

  • Maloteaux  Olivier Maloteaux Olivier
  • 25 septembre 2023
  • Citroen
3,7
score VROOM
  • 3,5
    Performance
  • 3,0
    Tenue de route
  • 4,5
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 4,0
    Sécurité
  • 3,0
    Prix/Qualité
  • 4,0
    Consommation
  • 3,5
    Global
Avantages et inconvénients
  • Confort de suspension de référence
  • Habitabilité arrière et modularité 
  • Rapport prix/prestations compétitif
  • Mouvements de caisse assez marqués en conduite dynamique
  • Pas de version 7 places ni de transmission intégrale
  • Dosage du freinage désagréable et coffre raboté sur les hybrides plug-in

Ce SUV familial a été lancé en 2018 et remis à jour en 2022. Il se pose au cœur d’un marché très disputé, avec notamment comme concurrents les Hyundai Tucson, Kia Sportage, Nissan Qashqai, Peugeot 3008, Renault Austral ou encore Volkswagen Tiguan.

Style rafraîchissant

Calandre illuminée de diodes et gros logo au centre, ce SUV affiche un style rafraîchissant dans un segment au look très formaté. On note aussi les renforts de bas de caisse en plastique (Airbumps), qui mettent les portes à l’abri des accrocs dans les parkings étroits. Le style se marie donc à la fonction.


Multimédia un peu daté

Le modèle dispose d’un écran central de 10 pouces et d’un combiné d’instruments numérique de 12,3 pouces. Ce dernier est personnalisable, mais fort chargé et donc pas très lisible. On apprécie par contre de pouvoir afficher sur ce combiné la carte de la navigation, bien que le graphisme de cette carte ne soit pas des plus modernes. Le C5 dispose des connexions Apple CarPlay & Android Auto, permettant de naviguer via Waze ou les cartes Google Earth, et un chargeur smartphone sans fil est proposé. Quant à la caméra de recul, sa résolution est indigne de ce niveau de prix.


Ambiance monospace

L’habitacle s’apparente à un cocon : les passagers sont installés en hauteur, dans des sièges moelleux sans être mollassons. Les espaces de rangements creusés dans la console centrale ne sont pas énormes mais suffisent pour nous vider les poches. 

À l’arrière, chaque passager dispose de son propre siège, réglable en longueur et inclinaison. Comme dans un vrai monospace ! Bien que peu galbés, ces trois sièges arrière sont confortables et offrent tous la même largeur. Mais le C5 Aircross est un strict 5 places, contrairement au cousin 5008 de chez Peugeot, capable d’accueillir deux passagers de plus pour dépanner.

Côté finition, on trouve dans le SUV Citroën plusieurs plastiques durs, notamment sur les contre-portes, mais pas de quoi gâcher l’ambiance pour autant. Quant au coffre, il est spacieux, mais les versions plug-in perdent du volume (120 litres de moins à cause du plancher rehaussé et de l’absence de double fond).


Effet « tapis volant »

Dès les premiers mètres, cette Citroën nous plonge dans un monde de douceur. Pourtant, point de suspension hydropneumatique sous nos sièges comme à la grande époque de la marque aux chevrons. Et pas même d’amortissement piloté : le C5 pose sa caisse sur des amortisseurs « passifs ». Mais pas n’importe lesquels : des tubes sophistiqués, qui disposent de butées hydrauliques progressives en plus du corps principal de l’amortisseur (il y a donc trois amortisseurs en un, en fait). De quoi absorber bosses et trous de toutes les tailles sans jamais secouer les passagers.

Cette Citroën apprécie moins la conduite dynamique : secouée de toutes parts, elle laisse transpirer de nombreux mouvements de caisse. Heureusement, ceux-ci sont bien freinés et n’entraînent donc pas de phénomènes de pompages néfastes pour la tenue de route. D’ailleurs, mené au rythme coulé qui sied pour bien l’apprécier, ce SUV se montre efficace en virage.


Micro-hybridation « belge »

À côté des classiques moteurs à essence (1.2 l turbo de 130 ch à boîte manuelle) et diesel (1.5 l turbo de 130 ch à boîte 8 automatique), la gamme compte une nouvelle version 1.2 l turbo essence de 136 ch avec une micro-hybridation développée par la société d’origine belge Punch Powertrain. Contrairement à la plupart des micros-hybrides, le moteur électrique (28,5 ch/55 Nm, alimenté par une batterie 48V chinoise de chez BYD) peut ici animer seul le véhicule. Mais à condition de ne pas trop pousser sur l’accélérateur, donc essentiellement lors des manœuvres, dans les embouteillages ou pour maintenir la voiture sur son élan.

Le système fonctionne bien, mais la récupération d’énergie à la décélération est assez bruyante et un peu trop forte à notre goût : elle freine trop le véhicule et il n’y a pas de mode « roue libre » pour laisser rouler la voiture sur son élan. C’est gênant lorsque l’on désire simplement se laisser glisser en descente car il faut alors garder légèrement le pied sur l’accélérateur pour empêcher la décélération due à la régénération.

Citroën assure que la micro-hybridation réduit la consommation (et donc les émissions de CO2) jusqu’à 15% par rapport à l’ancienne version 1.2 l turbo 130 ch automatique. En pratique, sur un parcours mixte mené en conduite calme, nous avons relevé une consommation de 6,9 l/100 km, ce qui est correct mais pas exceptionnel. Quant à la nouvelle boîte 6 robotisée à double embrayage de Punch Powertrain, elle est douce mais pas très réactive en conduite dynamique.

Deux hybrides plug-in

Deux hybrides plug-in sont aussi proposés, de 180 ou 225 ch : ils associent un 1.6 l turbo à essence (de 150 ou 180 ch) et un moteur électrique (110 ch/320 Nm). L’autonomie électrique annoncée est de 58 km pour la 180 ch (batterie de 11,3 kWh nets) et de 64 km pour la 225 ch (12,9 kWh nets). Des valeurs qu’il est presque possible d’atteindre dans la réalité en conduite calme et par temps clément. Le chargeur interne affiche une puissance de 3,7 kW de série ou de 7,4 kW en option. Batterie vide, la consommation d’essence est d’environ 7 l/100 km sur des trajets ville/route et de 8 l/100 km sur autoroute. La nouvelle version 180 ch est déjà franchement agréable et la 225 ch, plus chère, n’a que peu de raison d’être. 

Prix du Citroën C5 Aircross

Ce SUV est très bien tarifé par rapport à la concurrence. Il débute à 30.900 € en essence 130 ch à boîte manuelle, à 35.600 € en micro-hybride 136 ch automatique, à 37.350 € en diesel 130 ch automatique et à 41.500 € pour la nouvelle version hybride plug-in 180 ch. Bon à savoir : le nouveau 1.2 l micro-hybride 48V s’annonce plus fiable que le 1.2 PureTech 130 car il a troqué sa (problématique…) courroie de distribution contre une chaîne.

Notre verdict

Le C5 Aircross est franchement un bon SUV familial : agréable à vivre avec sa modularité de monospace, il est aussi extrêmement confortable et bien tarifé. En l’achetant, vous ne serez ni volé ni déçu. Sauf si vous croquez régulièrement les virages avec rage, ce qui n’est pas le meilleur de ses usages.

Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une Citroën C5 Aircross ? Choisissez parmi plus de 35.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces ici :

Lire plus:

Maloteaux  Olivier
À propos de l'auteur : Maloteaux Olivier Le virus automobile l’a piqué dès l’enfance. La passion pour le journalisme a suivi. Restait à mixer les deux univers. Olivier s’intéresse aux voitures de tous les types et de toutes les époques, quelle que soit la technique qui se cache sous la carrosserie. Avec quand même un penchant particulier pour les coupés et roadsters à moteur de caractère…

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,7 /5 Essai : Peugeot e-308, aucun (gros) compromis !

Essai : Peugeot e-308, aucun (gros) compromis !

Disponible en essence, diesel, hybride et hybride rechargeable, la Peugeot 308 est également proposée en version entièrement électrique. Une variante qui pourrait bien être la plus séduisante de toutes !

4,1 /5 Essai : Tesla Model 3 Highland, la même en (encore !) mieux

Essai : Tesla Model 3 Highland, la même en (encore !) mieux

La Tesla Model 3 profite d’une profonde mise à jour de mi-carrière. Baptisée Highland, elle apporte de nombreuses et importantes améliorations à la berline électrique.

3,6 /5 Essai : Volkswagen Arteon Shooting Brake, déménageuse sexy

Essai : Volkswagen Arteon Shooting Brake, déménageuse sexy

Six ans après son lancement, la Volkswagen Arteon ne semble pas avoir pris une ride, surtout en version Shooting Brake. Associez ses lignes sexy à un grand coffre et une belle habitabilité et vous devriez obtenir un combo gagnant, pas vrai ?

3,8 /5 Essai: BMW Série 4 Gran Coupé, le coupé pratique

Essai: BMW Série 4 Gran Coupé, le coupé pratique

Cette Série 4 Gran Coupé veut allier le meilleur de deux mondes : le style d’un coupé et la fonctionnalité d’une berline à hayon. Atteint-elle ses ambitions ?

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Automatique

25 961 €
2021
10 km

Essence, Automatique

40 950 €
2021
4 km

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

34 950 €
2021
5 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Essence, Automatique

21 990 €
2021
33 000 km

Diesel, Automatique

56 000 €
2021
1 500 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km