Essai : Audi Q6 e‑tron, des gènes Porsche

Pour son nouveau SUV électrique de taille intermédiaire, Audi n’a pas fait les choses à moitié: le Q6 e-tron s’offre la plate-forme du Porsche Macan et une batterie dernier cri.

"Le Q6 e-tron n’est pas très original mais, en bonne Audi, il fait tout bien. Un SUV électrique premium sérieux et bien né."

Advertentie
Advertentie

Audi présente enfin un nouveau modèle électrique... Ce Q6 e-tron s’offre la plate-forme (PPE) du Porsche Macan, avec batterie 800V. Et d’autres nouveautés sur pile vont suivre : Audi nous dit qu’à partir de 2027, il disposera d’un véhicule full électrique dans chaque segment de marché, de la citadine au gros SUV en passant par la compacte, la grande berline et le grand break. D’ailleurs, les nouvelles A6 électriques berline et break seront dévoilées dès cet été.

Design

À 4,77 mètres de long, le Q6 e-tron se place pile-poil entre le Q4 e-tron (4,58 m) et le grand Q8 e-tron (4,90 m). Pas de surprise côté look : la ligne du nouveau venu est assez classique. Une originalité toute de même : le modèle peut s’offrir des feux à diodes diffusant une signature lumineuse personnalisable. Et le Q6 se déclinera aussi dès la fin de cette année dans une version Sportback à la poupe plus effilée, aux airs de coupé surélevé.

Beleving
Chic et branché

Pas de folie à bord, mais un habitacle chic et de bon goût. Les matériaux sont globalement qualitatifs, même si l'on pointe des plastiques assez bas de gamme dans les parties basses du tableau de bord et des contre-portes. Heureusement, ces plastiques sont peu visibles.

Ce que l’on remarque surtout, ce sont les écrans. On en compte jusqu’à trois : un combiné d’instruments numérique de 11,9’’personnalisable, un écran central tactile de 14,5’’ et, en option, un écran de 10,9 pouces situé devant le passager, lui permettant notamment de regarder des films en streaming. Ces écrans offrent une belle résolution mais le combiné d’instruments est fort chargé en information, ce qui n’est pas toujours très lisible.

Le multimédia tourne sous Android Automotive OS, avec navigation via les cartes Google Maps et possibilité de télécharger directement des applis tierces depuis l’écran de bord. Audi propose aussi un affichage tête haute XXL (l’équivalent d’un écran de 88 pouces), qui fait défiler sous nos yeux les informations de conduite et plusieurs éléments en réalité augmentée (flèches pour indiquer où tourner lorsque le GPS est activé). C’est impressionnant, mais la projection mange une partie du champ de vision du conducteur…

Bel espace de vie

A l’avant, on vous conseille les sièges sport optionnels, plus enveloppants que ceux de série. Vous avez aussi le choix du revêtement : tissu, cuir/simili, cuir véritable ou cuir/microfibre. À l’arrière, l’espace aux jambes est généreux. La place centrale est plus étroite que les deux autres, mais le dossier n’est pas trop ferme. En revanche, pas de banquette coulissante ni inclinable.

Le coffre arrière est suffisamment spacieux (de 526 à 1.529 l) et le dossier de banquette est fractionné en 3 parties (40/20/40). Un coffre supplémentaire de 74 l est proposé sous le capot avant, mais… en option.

Advertentie
Advertentie
Advertentie
Rijervaring
Comment roule le Q6 e-tron ?

Pour le lancement, le Q6 est proposé en trois versions : e-tron Performance (moteur arrière, 306 ch), e-tron quattro (bimoteur, 388 ch) et SQ6 (490 ch). Les trois disposent d’une batterie de 100 kWh bruts/95 kWh nets, provenant du fournisseur sud-coréen Samsung SDI. A terme arrivera une plus petite batterie (83 kWh bruts tout de même, fournie par l’équipementier chinois CATL).

Pour cet essai, nous avons pu tester les versions « intégrales » e-tron quattro et SQ6, pesant 2,4 tonnes. La première est déjà très performante (0-100 km/h en 5,9 s contre 4,4 pour la SQ6).

Bien qu’il partage ses dessous avec le Porsche Macan, le Q6 e-tron est moins dynamique que son cousin : sa direction est moins tranchante et il est privé de roues arrière directrices. La tenue de route est ici typiquement Audi : très efficace mais pas joueuse. Et la suspension pneumatique optionnelle aurait pu être plus moelleuse.

Pour les grands axes, on vous conseille le vitrage avant acoustique optionnel, qui étouffe bien les bruits de vent. Le Q6 e-tron propose aussi plusieurs aides électroniques à la conduite ou au parking, mais il ne retient pas les rétroviseurs-caméras du Q8 e-tron ; un équipement qui nous semble de toute façon peu utile et très cher à remplacer en cas d’accrochage…

Quelle est l’autonomie de l’Audi Q6 e-tron ?

Audi annonce une autonomie officielle de 637 km pour l’e-tron Performance, de 621 km pour l’e-tron quattro et de 595 km pour la SQ6. Durant cet essai au volant des versions bimoteurs, nous avons relevé une consommation moyenne de 23,6 kWh/100 km sur un parcours mixte, ce qui correspond à une autonomie réelle de 400 kilomètres. Plus légère de 125 kg, la version e-tron Performance monomoteur (2,27 tonnes) devrait faire encore un peu mieux.

Combien de temps pour recharger le Q6 e-tron ?

En reprenant la plate-forme du Porsche Macan, le Q6 e-tron hérite de l’architecture 800V, qui permet de recharger la batterie jusqu’à 270 kW en DC. De quoi passer de 10 à 80% de charge en 21 minutes seulement en conditions idéales sur les chargeurs les plus puissants.

Pour charger efficacement sur les bornes DC moins puissantes (400V), le Q6 peut « splitter » sa grosse batterie en deux éléments parallèles de 400V chacun (pouvant être chargés jusqu’à 135 kW), évitant ainsi les pertes énergétiques de l’habituel convertisseur 400/800V.

Sur borne AC, par contre, la puissance se limite à 11 kW et il faut donc environ 10h pour une charge complète.

Prijs

En attendant la version à « petite » batterie, le tarif débute à 69.900 € pour l’e-tron Performance, 75.900 € pour l’e-tron quattro et 96.150 € pour la SQ6. Des prix élevés, auxquels il faut encore ajouter de nombreuses options. Mais, à puissance équivalente, le Q6 e-tron quattro coûte 20.000 € de moins que son cousin le Porsche Macan 4 ! D’autres remarqueront que ce SUV Audi coûte 20.000 € de plus qu’un Tesla Model Y de taille et puissance comparable… Un Tesla cependant moins chic et à la valeur de revente plus incertaine.

Verdict

D’accord, le Q6 e-tron n’est pas très original et ne fait pas la révolution dans son segment. Mais, en bonne Audi, il fait tout bien : technologie poussée, présentation stylée, rigueur de conduite, bonne autonomie, recharge DC rapide. Un modèle sérieux et bien né, qui profite pendant quelques mois encore de l’absence de concurrence chez BMW et Mercedes, les remplaçants des iX3 et EQC n’étant attendus que courant 2025.

Advertentie
Advertentie
Advertentie