1. Verstappen vs McLaren vs Mercedes vs Ferrari

Alors qu'il y a peu, on pouvait parier sans risque sur une pole position de Verstappen, suivie d'une course avec 20 secondes d'avance et de l’habituel « Haha, yes ! » à l’arrivée, les choses sont aujourd'hui assez différentes. Certes, Verstappen s’est à nouveau imposé mais, comme au Canada, il n’a pas eu la tâche facile. Pérez, son coéquipier chez Red Bull, n'est parti que depuis la 11ème place (après une pénalité sur la grille), Norris s'est élancé en pole position et les Mercedes et Ferrari étaient dans les échappements de Super Max. Voilà qui promet un certain suspens pour la suite de la saison !

2. Le clash chez Ferrari ?

Le tracé de Barcelone favorise clairement les voitures très rapides : ce n’est d’ailleurs pas dû au hasard s’il a été utilisé pendant des années pour les essais hivernaux de pré-saison. Sur ce tracé, Ferrari était clairement la quatrième écurie la plus rapide, les voitures rouges terminant tout de même aux 5ème et 6ème places grâce aux performances décevantes de Piastri (McLaren) et Pérez (Red Bull) lors des qualifications. Leclerc et Sainz se sont toutefois affrontés pendant la course, le premier essayant d'économiser ses pneus et le second voulant chasser la Mercedes. « Je comprends que Sainz ait voulu montrer quelque chose lors de sa course à domicile et à ce stade de sa carrière », a déclaré Leclerc après la course. Pour sa part, Sainz a répondu qu’« il doit toujours se plaindre de quelque chose ».... Il semble que les relations deviennent tendues chez Ferrari…

3. Le 198ème podium d'Hamilton

Pour la première fois de l'année, Lewis Hamilton est monté sur le podium, soit le 198ème de sa carrière. Le septuple champion du monde a donc fini parmi les trois premiers lors de chacune de ses 18 saisons en Formule 1, ce qui constitue un record absolu ! Selon Hamilton, il s'agissait de sa meilleure course de l'année ! Le champion britannique s’est en effet plaint, lors des dernières courses, de mystérieux écarts de plusieurs dixièmes de seconde lors des qualifications par rapport à son coéquipier, George Russell. De quoi faire taire les rumeurs alimentées par certains fans, accusant Mercedes de sabotage !

4. Alpine en pleine renaissance ?

Alpine, qui était en grande difficulté lors de ce début de saison, a fait de grands progrès ! Les deux pilotes de l’écurie française ont terminé dans les points pour le deuxième week-end d'affilée. Mais ce n'est pas la seule chose qui a fait la une des journaux : Flavio Briatore, ancien directeur de l’écurie Renault pendant le scandale du Crashgate, revient en tant que conseiller F1 auprès du PDG Luca de Meo pour ramener l'équipe française au sommet. Pour rappel, Flavio Briatore est connu pour avoir mené Benetton (1994-1995) et Renault (2005-2006) au sommet du championnat ! Un triomphe qui tournera au vinaigre, suite à son implication dans le scandale du Crashgate en 2008-2009. S’il fut radié du sport dans un premier temps, cette décision fut finalement annulée par la suite.

5. Une mise à niveau ratée pour RB

RB, soit l'équipe sœur de Red Bull, a connu une course franchement décevante à Barcelone, avec une 15ème place pour Ricciardo et une 19ème place pour Tsunoda, qui a écumé d’une pénalité de 5 secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands. L'écurie espérait pourtant que les mises à jour techniques fassent progresser la voiture en Espagne, mais celles-ci ne semblent pas avoir fonctionné. Pour ne rien arranger, il reste très peu de temps pour rectifier le tir, puisqu'il s'agissait de la première course d'un « triple header », avec le Grand-Prix d'Autriche ce week-end et le Grand-Prix de Grande-Bretagne la semaine d’après.