Essais

Essai: Citroën AMI, mobilité disruptive

La sympathique AMI de Citroën peut-elle révolutionner le transport urbain ? En tous les cas, ce drôle d’engin disponible à partir de 7.290 € attire les regards sur son passage comme un aimant !

  • Christiaens  Jean-Francois Christiaens Jean-Francois
  • 28 septembre 2021
  • CITROEN
2,4
score VROOM
  • 2,0
    Performance
  • 3,0
    Tenue de route
  • 1,0
    Confort
  • 2,0
    Équipement
  • 1,0
    Sécurité
  • 3,0
    Prix/Qualité
  • 5,0
    Consommation
  • 2,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Look original et décalé
  • Capital sympathie
  • Performances suffisantes en ville
  • Prix compétitif
  • Confort spartiate
  • Usage limité aux centres urbains
  • Pas de coffre
  • Détails pratiques (pas de pare-soleil, pas d’enrouleur pour le câble de recharge, etc.).

La mobilité personnelle de demain ne ressemblera plus à celle que l’on a connu ces dernières décennies. Reste à savoir précisément ce qui nous attend… Nous déplacerons-nous tous dans le futur à bord de drones électriques autonomes ou dans des capsules catapultées à des vitesses supersoniques dans des tubes souterrains ? Personne ne peut encore vraiment l’affirmer… En tous les cas, dans un futur plus proche, on peut imaginer que la mobilité dans les villes passe en partie par des engins électriques semblables au Citroën AMI : « une solution de mobilité urbaine disruptive, innovante et accessible à tous. »

7.290 €

Concrètement, par accessible à tous, Citroën sous-entend un tarif débutant à 7.290 € pour la version d’accès baptisée AMI AMI. Comme cet atypique engin entend aussi se positionner comme un objet de mode, l’équipe marketing de Citroën a bien sûr prévu des accessoires pour gagner plus d’argent. Non, pardon : pour faire plaisir au client. Bref, l’AMI peut être personnalisée grâce à des kits colorés (4 couleurs différentes) facturés 400 €. On retrouve alors des accessoires (extérieurs et intérieurs) qui arrivent dans une boîte en carton et que les nouveaux propriétaires peuvent apposer simplement eux-mêmes.

En optant pour l’un de ces packs (Orange, Khaki ; Grey ou Blue), on dispose aussi d’une pince pour arrimer son smartphone sur la planche de bord ainsi qu’boîtier de communication permettant de le connecter à son AMI en Bluetooth.

Si on le souhaite, on peut aussi s’orienter vers les lignes AMI Pop (8.190 €) ou AMI Vibe (8.690 €). Dans ce cas-ci, outre les éléments de décoration colorés, on retrouve aussi des accessoires de personnalisation appliqués directement par les « experts Citroën » avant la livraison (grands stickers ; spoiler ; etc.).

Enfin, notons que Citroën propose aussi une version Cargo de son AMI. Dans ce cas-ci, le siège passager est alors abandonné au profit d’une zone de chargement pour faciliter les livraisons urbaines. Comptez 7.690 € pour cet utilitaire de poche.

Quadricycle

Pour ces prix réduits, n’espérez pas repartir au volant d’une « voiture électrique essentielle » comme la Dacia Spring, par exemple. Non, dans ce cas-ci, il s’agit exclusivement d’un quadricycle électrique. Concrètement, cela signifie avant tout que cet engin, outre d’être accessible dès 16 ans en Belgique, est limité à 45 km/h. Et ce sur toutes les versions. Impossible dans ce cas-ci de commander une version « débridée » si l’on possède le permis B, contrairement au Twizy de Renault par exemple qui existe aussi en variante capable de rouler jusqu’à 80 km/h.

Mais comme cette Citroën lilliputienne se destine avant tout à un usage urbain, rouler à maximum 45 km/h ne doit pas poser de problème, si ? Pour le savoir, nous l’avons testé dans le centre de Bruxelles.

« Cheap » mais « fun »

Avec ses panneaux de carrosserie uniformisés pour réduire les coûts de production (avant/arrière et gauche/droite identiques), l’AMI possède un look inimitable. Ses ouvrants inversés ajoutent un petit côté fun au moment de pénétrer à bord.

Bien sûr, on sent directement que cette micro-citadine a été avant tout imaginée pour casser les coûts. Ne cherchez pas non plus de coffre pour y glisser vos commissions ou votre sac à dos. Il faut ranger vos affaires dans l’habitacle, soit derrière le siège conducteur ; soit devant le siège passager. Ce dernier est, en effet, fixe et installé au fond de l’habitacle.

Cela permet, outre d’accueillir un passager de grande taille sans problème, d’installer deux adultes à bord. Installés en quinconce, ils ne doivent en effet pas jouer des épaules malgré l’étroitesse de l’engin (1,39 m de large).

Vivacité plaisante

Rouler avec l’AMI est enfantin. Il faut sélectionner D ou R sur le flanc gauche du siège conducteur (un maniement peu naturel lors des manœuvres cela dit…) pour avancer ou reculer.

En route, on est rapidement surpris par l’absence de rétroviseur central. Il faut exclusivement utiliser les petits rétroviseurs latéraux (à régler à la main avant de partir !) pour surveiller ses arrière. Et quand on roule à bord d’un engin de moins de 10 ch (6 kW, soit un peu plus de 8 ch), on est souvent tenté de regarder ce qui arrive derrière soi au début !

Mais, finalement, on se détend. Et honnêtement, en ville, la vivacité de l’AMI semble suffisante dans la majorité des situations. Le quadricycle de moins de 500 kg démarre assez promptement grâce au couple généreux de son moteur électrique. Et sa grande maniabilité lui permet de se faufiler avec brio dans le trafic. Avec son diamètre de braquage de 7 m et sa longueur totale de seulement 2,41 m, l’AMI se sent comme un poisson dans l’eau dans les villes. Mais sans, bien sûr, jouir de l’agilité d’un deux-roues. Dans ce cas-ci, n’espérez pas remonter les files !

Sur les rares grands axes plus roulants empruntés lors de notre parcours, on sent tout de même que la bride de 45 km/h pourrait rapidement gêner les autres usagers en dehors des centres urbains.

Confort spartiate

À l’usage, il faudra tout de même accepter de nombreuses concessions sur le plan du confort. D’abord, on pointera la présence de sièges très durs, assez inconfortables. C’est dommage, car l’amortissement se montre quant à lui plutôt conciliant pour un tel engin. En outre, n’espérez pas non plus jouir d’un confort acoustique de haut vol. Le moteur électrique se montre assez bruyant (même si on reste loin du « vacarme » d’une voiturette sans permis thermique) et les fenêtres à ouvertures manuelles « cliquettent » sur les bosses ou les routes en pavés.

Sachez, de plus, que si Citroën a prévu un bloc chauffage/ventilation pour assurer un certain confort thermique en hiver, aucune climatisation n’est prévue. Son grand toit vitré offert en série risque toutefois bien de transformer l’habitacle de l’AMI en mini serre quand le mercure s’affole. En tous les cas, il s’avère assez gênant lorsque le soleil est de la partie et rasant sur l’horizon puisqu’aucun store occultant ni même de pare-soleil sur le pare-brise ne sont prévus. Lunettes de soleil exigées…

5,5 kWh

Officiellement, l’AMI promet un rayon d’action de 75 km grâce à sa batterie de 5,5 kWh. Difficile à juger précisément suite à cette première prise en main puisque l’AMI mise à notre disposition n’était pas chargée totalement. Et que l’affichage digital du tableau de bord est réduit à sa plus simple expression : il ne comporte pas d’ordinateur de bord (il faut utiliser l’application smartphone pour en apprendre davantage).

Cela dit, au vu des performances limitées de l’engin et de son confort spartiate, son autonomie ne devrait pas poser de problème. On peut, en effet, déjà tournicoter longtemps en ville avant de rouler plus de 50 km…

Prise domestique

Il faut ensuite en théorie seulement 3 heures pour recharger l’AMI sur une simple prise domestique. Pour ce faire, il faut retirer le câble caché à l’intérieur du montant de porte du côté passager. Et espérer ne pas être garé trop loin de la prise car le câble intégré n’est pas très long. En outre, il faudra ranger patiemment le câble après usage car aucun enrouleur n’est prévu à bord de l’AMI.

Notre verdict

Rouler en AMI en ville, c’est clairement fun. Son capital sympathie semble également très élevé compte tenu des regards amusés croisés lors de notre périple. Il faudra néanmoins se contenter d’un confort spartiate et de performances réduisant son usage réel aux stricts centres urbains. En outre, on ne bénéficie pas des avantages offerts par les deux-roues pour remonter les files ou se garer « partout ». Mais on profite dans ce cas-ci d’un habitacle fermé et d’une stabilité plus rassurante…


Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une Citroën ? Choisissez parmi plus de 30.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces Citroën maintenant ici:


Lire plus:

Christiaens  Jean-Francois
À propos de l'auteur : Christiaens Jean-Francois Jean-François Christiaens est journaliste automobile depuis 2005. Passionné par tout ce qui roule, il prend autant de plaisir à découvrir une voiture électrique que de rouler dans une hypercar. Mais son cœur penche tout de même plutôt vers l’univers des petites bombinettes héritières de l’ère GTI. Quoique dorénavant, un bon break confortable ne le laisserait pas indifférent. C’est ça, vieillir ?

Actualité recommandée pour vous

Plus d'actualités
La Tesla Model 3 s’offre un record historique en Europe

La Tesla Model 3 s’offre un record historique en Europe

Pour la première fois, une voiture électrique a en effet réussi à devenir le modèle le plus vendu sur le sol européen !

Un modèle, un flop : Lagonda Rapide, si James Bond avait eu une famille…

Un modèle, un flop : Lagonda Rapide, si James Bond avait eu une famille…

Vous rêvez d’une Aston Martin DB4 ou DB5, comme James Bond, mais votre partenaire voit d’un mauvais œil ce coupé aux places arrière étriquées ? La Lagonda Rapide est taillée pour vous…

Une Renault 4L façon « chambre en plein air »

Une Renault 4L façon « chambre en plein air »

Pour le 60e anniversaire de la Française, le designer Mathieu Lehanneur a revisité l’icône en mariant automobile et architecture. Et ce dans un concept 100 % électrique.

Le break MG5 Electric en 7 chiffres

Le break MG5 Electric en 7 chiffres

MG continue sa percée sur le marché de l’électromobilité en lançant le premier break électrique. Voulu abordable, il débutera sa carrière sous la barre des 30.000 euros.

Essais recommandés pour vous

2,8 /5 Essai prototype : Opel Manta GSe, retour vers le futur

Essai prototype : Opel Manta GSe, retour vers le futur

On vous l’accorde, intituler cet essai « retour vers le futur » semble un peu cliché… Mais il n’y a pourtant vraiment pas mieux pour définir cette surprenante Opel Manta GSe !

3,3 /5 Essai : Kia EV6, nouveau genre

Essai : Kia EV6, nouveau genre

L’EV6 incarne la nouvelle génération d’électriques chez Kia. Son look donne un coup de vieux au Niro à pile. Voyons si le ramage de cette familiale coréenne électrique est aussi spectaculaire que son plumage.

3,6 /5 Essai : Cupra Born, une ID pimentée…

Essai : Cupra Born, une ID pimentée…

Cupra est la marque sportive de Seat. Et cette Born se profile comme une VW ID.3 recuisinée à la sauce espagnole, avec un caractère dynamique plus relevé. Voyons cela…

3,7 /5 Essai: Lexus NX, le confort branché

Essai: Lexus NX, le confort branché

Lexus présente la seconde génération de son NX. Sans être une révolution, il évolue dans pratiquement tous les domaines. Et pas qu’un peu ! Il propose même une motorisation hybride rechargeable, une grande première pour le constructeur japonais.

Conseils recommandés pour vous

Plus de conseils
Voici pourquoi cette Subaru vaut… 2 Ferrari neuves !

Voici pourquoi cette Subaru vaut… 2 Ferrari neuves !

Rallye des 1000 lacs, 1993. Sous le regard médusé des badauds, une Subaru Impreza aux couleurs jaune et bleu virevolte de virage en virage, bondit sur les bosses et rugit de son puissant flat-four. Une légende est née. La Subaru Impreza rentre en effet dans la légende et remplace la performante, mais vieillissante Legacy. L’Impreza Prodrive que vous avez sous les yeux est un petit bout d’histoire !

5 choses à savoir avant de craquer : Smart Roadster, le cabrio ludique à moins de 5.000 euros !

5 choses à savoir avant de craquer : Smart Roadster, le cabrio ludique à moins de 5.000 euros !

Après une improbable Fortwo, Smart se lance sur un marché de niche assez surprenant, à l’aube des années 2000 : celui des roadsters ! Histoire d’enfoncer le clou, la marque ne déboule pas sur le marché avec un, mais bien deux modèles ! Le roadster et le coupé connaissent, aujourd’hui, un grand groupe d’ardents défenseurs. Qu’en penser ? Quel budget prévoir ?

Voici combien coûte la nouvelle Opel Astra (hybride rechargeable)

Voici combien coûte la nouvelle Opel Astra (hybride rechargeable)

Opel a ouvert le carnet de commandes de sa nouvelle Astra, tant en thermique qu’en version hybride rechargeable. À quels prix ?

5 choses à savoir avant de craquer : Daihatsu Copen, le plus rigolo des roadsters ?

5 choses à savoir avant de craquer : Daihatsu Copen, le plus rigolo des roadsters ?

Vous désirez un roadster japonais fiable, mais vous souhaitez vous distinguer des innombrables Mazda MX-5 ? La Daihatsu Copen est une belle alternative ! Avant de craquer, voici 5 choses à savoir !

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

€ 24 495

Essence, Manuelle

€ 21 795

Essence, Manuelle

€ 18 495

Essence, Manuelle

€ 16 995

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Manuelle

€ 13 050
2012
14 867 km

Diesel, Automatique

€ 23 250
2016
98 294 km

Essence, Manuelle

€ 14 000
2017
89 087 km

Hybride - Essence, Automatique

€ 26 239
2017
82 450 km