Essais

Essai : Ford Ranger, la polyvalence (ré)incarnée

Fort de son aura de pick-up le plus vendu en Europe, le Ford Ranger nous revient encore plus surdoué. Un outil de travail impressionnant… Mais pas uniquement !

  • VROOM  Team VROOM Team
  • 27 juin 2023
  • Ford
3,6
score VROOM
  • 3,5
    Performance
  • 3,5
    Tenue de route
  • 3,5
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 4,0
    Sécurité
  • 3,0
    Prix/Qualité
  • 3,5
    Consommation
  • 4,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Aspects pratiques soignés
  • Aptitudes en tout-terrain
  • Look charismatique
  • Confort / comportement pour le segment
  • Prix élevés
  • Encombrement conséquent

Si sa lignée remonte à 1982, c’est vraiment avec sa précédente génération (lancée en 2011 et restylée en 2016) que le Ranger a vu sa popularité exploser chez nous. Quittant l’univers du strict utilitaire fonctionnel, le Ford Ranger a alors également réussi à séduire les familles à la recherche d’un véhicule polyvalent ; tout-terrain et pratique. C’est bien simple : depuis 2015, le Ranger est dorénavant le pick-up le plus vendu en Europe, rien que ça ! Il faut dire que son prédécesseur a su entretenir la flamme, non seulement en multipliant les séries spéciales alléchantes ; mais aussi en créant avec succès le segment du « pick-up de sport » avec son impressionnante déclinaison Raptor. D’ailleurs, c’est, précisément d’abord en version sportive Raptor que cette nouvelle génération du Ford Ranger s’est présentée chez nous avant maintenant d’arriver aussi au catalogue en Ranger Wildtrak et Ranger Platinum. Pour la petite histoire, on notera, de plus, que ce nouveau Ford Ranger sert dorénavant de « clone technique » pour la nouvelle génération du pick-up de Volkswagen, l’Amarok.

Référence peaufinée

Basée sur une version améliorée du châssis de son prédécesseur, ce Ranger 2023 repose sur un empattement un peu plus long (+ 50 mm). Les roues antérieures ont, en effet, été légèrement avancées afin d’offrir un meilleur angle d'attaque en tout-terrain. Dans le même temps, le Ranger dispose aussi de voies élargies (+ 50 mm également) afin de magnifier son comportement routier mais aussi d’agrandir l’espace utile de sa benne. Ces nouvelles proportions servent un style général assez musclé, aligné sur le design global des pick-up de Ford dont l’emblématique F-150. La nouvelle calandre s’encadre de phares en forme de C qui peuvent, pour la première fois sur un Ranger, jouir d’un éclairage LED matriciel. L’un des nombreux indices symbolisant la montée en gamme du Ranger pour sa nouvelle vie.

Le sens du détail

Au-delà de soigner son look, le Ranger profite surtout de sa refonte pour multiplier les petites attentions pratiques. On pointera par exemple l’ajout d’un marchepied derrière le pneu arrière permettant d’accéder facilement à sa benne ou encore la possibilité d’insérer des serre-joints sur sa ridelle pour l’utiliser comme établi. Impossible de tout détailler ici (on pourrait encore ajouter la présence de prises 220 ou 12 volts dans la benne, la possibilité de moduler intelligemment sa zone de chargement, son volet de benne à commande électrique, etc.). Mais soulignons simplement que le Ranger 2023 a visiblement été étudié dans le détail pour faciliter la vie des professionnels.

Intérieur moderne

En se glissant à bord, on quitte toutefois l’univers du véhicule utilitaire pour pénétrer à bord d’un habitacle digne d’un SUV. Bien sûr, certains plastiques restent durs afin de mieux résister à un usage intensif. Mais Ford offre à son nouveau Ranger un cockpit digital moderne ainsi qu’un grand écran tactile central (12 pouces) intégrant son système d’infodivertissement de pointe SYNC 4. S’il offre toutes les fonctions attendues d’un véhicule moderne particulier (Apple CarPlay et Android Auto sans fil ; mises à jour à distance, navigation, etc.), il s’offre en sus quelques attentions pratiques. On pense notamment au système de caméra à 360° bienvenu pour manœuvrer les 5,35 m de long de l’engin… Mais aussi au nouveau système d’éclairage de zone extérieur piloté par l’écran tactile qui permet d’éclairer des zones spécifiques autour du véhicule une fois la nuit tombée.



Double cabine

Proposé en double cabine, le Ranger 2023 offre 5 places accueillantes ainsi que de nombreux rangements (notamment de grands bacs sous la banquette arrière). Elargie, la benne devient également plus pratique pour déposer de grandes plaques de construction. En fait, la largeur de chargement atteignant jusqu'à 1.224 mm, on peut même dorénavant accueillir une euro-palette standard entre ses passages de roue.



Confort surprenant

En route, le Ranger fait preuve d’un confort de marche surprenant pour un pick-up. Bien qu’il reste taillé pour digérer (jusqu’à 1.191 kg dans sa benne) ou tracter de lourdes charges (jusqu’à 3.500 kg), ce nouveau Ranger se campe sur un amortissement au filtrage impressionnant. On appréciera également la « relative » précision de sa direction pour un véhicule tout-terrain de cette trempe ainsi que la bonne insonorisation de ses mécaniques. Du côté des moteurs, Ford laisse le choix entre un bloc quatre cylindres 2.0 l de 205 ch et un V6 3.0 l de 240 ch. Dans les deux cas, on jouit d’une boîte automatique moderne à 10 rapports et d’une transmission intégrale perfectionnée permettant, notamment, d’évoluer aussi sur la route en 4X4 pour plus de sécurité. Offrant déjà un couple très généreux (500 Nm), le bloc quatre cylindres se montre largement suffisant pour animer le Ranger, tout en conservant un appétit réel proche de son homologation WLTP (8,8l/100 km). Avec ses 600 Nm et son appréciable rondeur, le V6 se montre encore plus « serein » pour affronter toutes les situations (tant sur routes qu’en dehors), tout en gratifiant son conducteur d’une sonorité plus noble et discrète.

Prix Ford Ranger 2023

La version Wildtrak laisse le choix entre les moteurs 2.0 et 3.0 l à partir de respectivement 44.750 € et 47.950 € ; des prix HTVA comme le veut la tradition dans l’univers des véhicules utilitaires (soit 54.147,5 € et 58.019,5 € TVAC). La ligne Platinum n’est, quant à elle, proposée qu’avec le V6 3.0 l au prix de 50.450 € HTVA (61.044,5 € TVAC). Mais dans les deux cas, l’équipement de série est ultra-complet. Dès la version Wildtrak, on dispose, par exemple, déjà du SYNC 4 avec navigation et caméra de recul, de l’alerte de franchissement de ligne, de la climatisation automatique à deux zones, des sièges avant et du volant chauffants, etc. À titre d’information, la version sportive Ranger Raptor démarre, quant à elle, à partir de 56.050 € HTVA (67.820,5 € TVAC).



Notre verdict

Ford a intelligemment ajouté de nombreux détails à son Ranger pour le rendre encore plus pratique à l’usage. Dans le même temps, le Ranger gagne aussi en raffinement, tant sur le plan de l’équipement que du confort de conduite. De quoi réduire sensiblement les concessions à accepter pour rouler au quotidien dans un pick-up… Mais le tout sans sacrifier ni ses capacités de charge référentielles ; ni ses aptitudes en tout-terrain.

Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez un Ford Ranger ? Choisissez parmi plus de 40.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces Ford Ranger maintenant ici:

Lire plus:

VROOM  Team
À propos de l'auteur : VROOM Team

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,3 /5 Essai : Volkswagen Polo, toujours pas une mini-Golf…

Essai : Volkswagen Polo, toujours pas une mini-Golf…

La 6e génération de la Volkswagen Polo est-elle suffisamment armée grâce à son facelift pour sortir de l’ombre de sa grande sœur, l’iconique et légendaire Golf ?

3,9 /5 Essai : Audi SQ8 Sportback e-tron, règne en péril ?

Essai : Audi SQ8 Sportback e-tron, règne en péril ?

La SQ8 Sportback e-tron détient officiellement le titre de SUV électrique de pointe dans la famille Audi. Un rang qu’elle pourra encore tenir même avec l’arrivée de la SQ6 e-tron ?

3,5 /5 Essai : Mercedes Classe B, une familiale polyvalente et injustement sous-estimée !

Essai : Mercedes Classe B, une familiale polyvalente et injustement sous-estimée !

On en a assez peu parlé, mais la Mercedes Classe B a elle aussi, profité d’un récent facelift. Un comble, sachant qu’elle pourrait bien être la meilleure des Mercedes compactes ! Hélas, le plaisir sera de courte durée…

3,7 /5 Essai : Skoda Kodiaq 2024, aucune crise du logement à bord !

Essai : Skoda Kodiaq 2024, aucune crise du logement à bord !

La deuxième génération du Skoda Kodiaq enfonce encore le clou par rapport à son prédécesseur, en offrant davantage d'espace ! En outre, il offre quelques fonctionnalités bien pratiques, ainsi qu’une motorisation hybride rechargeable. Peut-on encore lui reprocher quelque chose ?

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Automatique

27 547 €

Diesel, Manuelle

32 584 €

Essence, Manuelle

21 500 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km
52 990 €
2019
105 433 km

Diesel, Automatique

52 900 €
2021
1 500 km