Essai : Renault Captur, tout d’un (plus) grand !

Le Renault Captur a reçu en 2024 une importante mise à jour qui a fait évoluer toute sa face avant ! Mais la marque française n’a pas amélioré que son style…

"Renault a mis bien plus à jour que le look de son Captur ! Habitabilité, comportement, technologies… Il a tout d’un SUV du segment supérieur sauf l’encombrement et le prix."

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

La seconde génération du Renault Captur, qui a vu le jour en 2019, vient tout juste de recevoir son facelift de mi-carrière. L’objectif de la marque au losange étant évidemment que la success story de ce modèle déjà écoulé plus de 2 millions d’exemplaires continue. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce facelift est important puisque le SUV français affiche désormais une face avant complètement différente de la précédente ! Un style qui rapproche désormais le Captur des récents Renault Symbioz, Scenic E-Tech et Rafale signés de la plume de Gilles Vidal.

Design

Rhinoplastie complète, mais pas que

En prime d’une face avant complètement différente qui lui confère un caractère largement plus robuste et dynamique, tout particulièrement dans sa nouvelle finition Esprit Alpine, la mise à jour du Renault Captur pour 2024 l’a fait un peu grandir. Il est en effet 1,2 cm plus long et affiche désormais 4,239 m en longueur pour 1,797 m de large et 1,575 m de haut. À l’arrière, les nouveautés sont en revanche nettement moins importantes. De formes identiques, ses optiques arrières profitent désormais de coques transparentes alors que le logo Renault ainsi que son diffuseur ont été retravaillés.

Son habitacle non plus ne profite pas changement esthétique majeur si ce n’est de nouveaux matériaux plus respectueux de l'environnement. Ce qui ne veut pas dire qu’il est pas toujours aussi bien fini et agréable à vivre, bien au contraire ! Finalement, seuls quelques plastiques durs toujours présents ici et là dans l’habitacle nous rappellent qu’il s’agit d’un SUV du segment B, ce qu’on oublierait presque.

 

Expérience

Pour boxer dans la catégorie supérieure ?

Il faut dire que pour 2024, le Renault Captur fait également la part belle aux écrans pour se donner un genre nettement plus haut de gamme. Devant le conducteur, le combiné d’instrument passe au 100 % digital dès le plus petit niveau de finition. Il mesure 7 pouces de série et peut atteindre 10,25 pouces en option. Personnalisable juste comme il faut, il peut même afficher une grande carte de navigation lorsqu’il mesure 10,25 pouces. Quant à l’écran central vertical, il atteint quant à lui 10,4 pouces sur toutes les finitions. Il fonctionne grâce à la dernière génération du système OpenR Link basé sur Android Automotive 12 et peut même disposer de tous les charmes de Google en mettant la main au portefeuille. Il dispose alors d’une cinquantaine applications téléchargeables sur le Google Play, de Google Maps comme système de navigation et même de l’assistant vocal du géant de la Silicon Valley pour commander toutes les fonctions du véhicule. Génial ! Grâce à cet excellent système, plus besoin de répliquer Android Auto ou Apple CarPlay sur l’écran central même si cela est toujours possible et sans fil.

Tout comme le Renault Captur présenté 2019, le facelift de la seconde génération repose toujours sur un empattement de 2,639 m. Un espace largement suffisant pour qu’un adulte s’installe confortablement sur la banquette arrière. Une banquette qui coulisse d’ailleurs de série sur pas moins de 16 cm et ce, à nouveau, sur toutes les finitions ! Cette dernière permet au coffre d’évoluer de 340 l une fois reculée au maximum sur la variante hybride à 616 l lorsqu'elle est complètement avancée et même 1.596 l une fois les sièges des motorisations thermiques rabattus. Encore une fois, malgré ses 4,239 m de long, le Captur boxe pratiquement avec des SUV du segment supérieur.

 

Vroom picks

Les plus lus

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Conduite

Thermique ou hybridation légère voire complète

Pour 2024, Renault ne propose plus que trois moteurs à essence sous le capot de son Captur, mais trois moteurs bien différents. En entrée de gamme, il y a d’abord le TCe 90, un bloc 3 cylindres de 1,0 l; 67 kW (90 ch) et 160 Nm. Il ne peut être associé qu’à une boîte manuelle à 6 rapports pour permettre au Renault Captur d’abattre le 0 à 100 km/h en 14 s et atteindre une vitesse de pointe de 168 km/h. Le SUV français peut également recevoir un moteur 4 cylindres mild hybrid de 1,3 l; 119 kW (160 ch) et 260 Nm. Ce dernier ne peut, quant à lui, être appairé qu’à une transmission EDC à 7 vitesses. Grâce à cet ensemble, le Captur atteint 100 km/h en 8,5 s et culmine à un maximum de 180 km/h. Renault peut également installer un moteur E-Tech full hybrid de 105 kW (145 ch) et 148 Nm dans son Captur. Il n’est certes pas le plus puissant ni le plus performant de la gamme avec son 0 à 100 km/h chronométré en 10,6 s et sa vitesse maximale de 170 km/h. Mais il est en revanche du plus frugal ! Il affiche en effet des rejets de CO2 de seulement 105 gr/km ainsi qu’une consommation moyenne WLTP de 4,6 l/ 100 km pour permettre au Renault Captur de revendiquer une autonomie maximale de 1.000 km par plein ! Une consommation que nous avons d’ailleurs égalée lors de notre essai et ce sans faire trop attention.

Partout à l’aise

Une fois en mouvement, on se croirait à nouveau encore au volant d’un SUV du segment supérieur. Il faut dire qu’il peut désormais disposer d’un total de 28 aides à la conduite (ADAS) dont un régulateur adaptatif de très bonne facture qui maintient bien le SUV au milieu de sa voie sur autoroute. Pas fan de certaines assistances ? Il suffit alors d’une double pression sur le bouton « My Safety Switch » situé à gauche du volant pour activer ou désactiver une série d'ADAS préalablement sélectionnée dans le système central. Ça, on adore !

Mais Renault n’a pas profité de la mi-vie du Captur que pour lui donner un nouveau look et améliorer ses équipements. La marque au losange a également recalibré sa suspension ainsi que sa direction. Résultat, le SUV français gagne en dynamisme et en agrément de conduite sans pour autant que son confort n’en pâtisse. Ajoutez-y un niveau d’insonorisation plus que correct et il fait bon vivre dans ce Captur ! Comme sa petite sœur, la Clio, le SUV français est tout simplement partout à l’aise. On n’y est finalement dérangé que par les embardées du moteur thermique lorsque ce dernier est (très) fortement sollicité et par quelques bruits de vent au niveau des portières avant sur autoroute.

 

Prix

Les prix du Renault Captur débutent à partir de 20.250 € en 2024 pour un véhicule équipé de TCe 90 et de la finition d’entrée de gamme Evolution. Disponible à partir de la finition Techno mieux équipée, le puissant moteur mild hybrid de 160 ch est quant à lui affiché à partir de 26.200 €. La finition Esprit Alpine au look plus dynamique est, elle, accessible à partir de 29.000 € toujours avec le bloc à hybridation légère de 160 ch. Finalement, la motorisation E-Tech full hybrid de 145 ch est disponible à partir de 28.500 €. Quant aux packs d’options, ils ne sont pas particulièrement nombreux ou onéreux.

Verdict

Habitabilité, comportement, technologies… Depuis son facelift qui lui a en réalité donné bien plus qu’un nouveau look, la seconde génération du Renault Captur a tout d’un SUV du segment supérieur. Tout, sauf l’encombrement et le prix ! Le SUV français a en effet beaucoup à offrir pour à peine plus de 20.000 €. Et ceux qui casseront leur tirelire pour s’offrir le plus puissant moteur de 160 ch ou le frugale bloc E-Tech full hybrid ne seront pas déçus non plus.

Vroom picks

Les plus lus

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ