Essais

L’Amérique au mazout

Essayé il y a quelques mois dans sa version 2.4 essence, le Captiva avait laissé une impression mitigée. Si nous avions apprécié son habitabilité et ses sept places optionnelles, son agrément de conduite très moyen ne le rendait pas franchement passionnant à emmener. La faute en incombait principalement à son moteur essence asthmatique, complètement dépassé par les événements. Mais voilà qu’une version diesel pointe le bout du capot, avec un moteur 2 litres moderne… De quoi lui redonner des couleurs ?
  • Piette François
  • 14 avril 2007
  • CHEVROLET
  • 61 vues
Avantages et inconvénients
  • Ergonomie
  • Habitabilité pour 5
  • Ligne séduisante
  • Tarifs compétitifs
  • Consommationé
  • Moteur creux sous 2.000 tr/min
  • Sellerie cuir trop ferme
  • Troisième rangée exiguë
Silhouette Elégant, le Captiva séduit par sa silhouette dynamique, empreinte d’une légère touche de sportivité. Les flancs musclés, les extracteurs d’air latéraux ainsi que les deux sorties d’échappement chromées sont là pour dynamiter une silhouette sobre mais gracieuse. Motorisation Mais que l’on ne s’y trompe pas, si la robe présente des ambitions sportives, le moteur qui se cache sous le capot n’a rien à voir avec les V8 surpuissants que l’on peut trouver au pays des cheeseburgers et des cocas géants. En effet, on y trouve un… 4 cylindres 2 litres diesel, tout neuf, qui s’équipe de seize soupapes et délivre la respectable puissance de 150 chevaux à 4.000 tr/min et un couple de 320 Nm à 2.000 tr/min. Des valeurs honorables, qui s’inscrivent dans la bonne moyenne actuelle. A ce moteur, le client a le choix d’accoupler soit une boîte manuelle soit une unité automatique, toutes deux à 5 rapports. Si les valeurs sont excellentes sur le papier, à l’usage on regrette un trou béant sous les 2.000 tr/min, ce qui ne facilite pas vraiment la conduite en ville, surtout que notre version était équipée de la boîte manuelle, affublée d’une commande lente et désagréable. Bref, le Captiva n’est pas vraiment à la fête dans les centres urbains, où il exige des relances incessantes. Comportement routier Fuyons donc les encombrements pour parcourir des routes plus naturellement dédiées au sel de la conduite… Sur parcours sinueux, le Captiva se comporte honorablement, restant sain et relativement agile. La suspension semble bien calibrée, garantissant un bon compromis confort/tenue de route et absorbant efficacement les inégalités de terrain. Attention à ne pas trop en faire, où le châssis se montrera pataud et la précision décroîtra sensiblement. A ce sujet, la direction manque d’ailleurs de précision. Le freinage ne pose pas de problèmes particuliers, se montrant stable, puissant et relativement endurant. Confort à bord La position de conduite ne posera un problème qu’aux grands gabarits, qui se verront handicapés par une assise toujours trop haute. Habitable, le Captiva l’est, mais pour cinq personnes seulement. Les deux sièges supplémentaires proposés en option sont à réserver à des enfants, ou à des adultes sur de courtes distances. A noter que l’accès n’y est pas très aisé, ce qui est souvent le cas pour ces troisièmes rangées. De l’espace donc, oui, il y en a, mais en revanche, pour ce qui est du confort, c’est un autre problème… Notre Captiva d’essai était en effet équipé des sièges en cuir optionnels, une option à éviter ! Manquant cruellement de maintien, ces sièges se sont en outre révélés excessivement fermes avec les lombaires. L’insonorisation est moyenne, les borborygmes mazouteux pouvant déranger l’auditoire… Pour le reste, rien à signaler, si ce n’est les plastiques coiffant la console centrale, d’une qualité assez médiocre. L’ergonomie est agréable et tout tombe facilement sous la main. Enfin, le coffre est pratique, regorgeant de commodités et la troisième rangée est facile à manipuler. Sa capacité toutefois, n’établit pas de nouveaux records en la matière : 465 litres « seulement ». Tarifs Si la version essence ne semble pas spécialement concurrentielle, cette 2.0 VCDI apparaît comme attractive. Disponible en trois niveaux de finition différents, cette Captiva démarre à un prix de base de 25.999 €, ce qui donne droit à une version 5 places et sans les roues arrière motrices… Bref, un SUV traction, ce qui, ceci dit, n’a pas beaucoup de sens en soi… Pour disposer d’un véritable SUV, avec transmission intégrale capable de « digérer » les revêtements glissants, il faudra débourser 3.000 € supplémentaires, pour le même niveau de finition, appelé « LS ». Pour disposer de la troisième rangée de sièges, deux solutions s’offrent à vous : payez le supplément de 1.000 € ou monter en gamme et viser directement la version LT, où ils sont livrés de série. Cette version vous permettra d’ailleurs d’avoir accès à l’option boîte automatique, facturée 1.500 €… Une politique assez étrange, surtout pour une option recommandée, qui devrait « lisser » les accélérations et rendre le caractère creux du moteur moins pénible à l’usage. De série, le Captiva propose l’air conditionné manuel, l’antipatinage et le contrôle de stabilité ainsi que les airbags frontaux, latéraux et de tête. Pour disposer de la climatisation automatique, le régulateur de vitesse, l’ordinateur de bord et des capteurs de parking, autant monter en gamme, et passer directement à la version LT, qui les « offre » de série. Le rival le plus proche de ce Captiva (hormis le frère jumeaux, l’Opel Antara disponible à partir de 30.595 €) est sans aucun doute, le Hyundai Santa Fe, qui lui aussi propose selon les versions, 7 places et une transmission intégrale. Son moteur diesel de 2.2 l délivre la même puissance que le 2 litres du Captiva, mais s’appuie sur un couple plus fort de 15 Nm disponibles 200 tr/min plus tôt. Avantage au Captiva en ce qui concerne les tarifs : celui-ci se montre de près de 1.800 € moins cher… A la pompe, la Captiva se montre un peu trop glouton, avalant en moyenne 11,5 litres de mazout, ce qui n’est pas, à franchement parler, performant pour un moteur diesel de cette cylindrée. Conclusion Nul doute que cette version diesel se montre plus homogène que sa sœur à essence. On regrettera malgré tout que ce nouveau moteur n’apporte pas l’agrément espéré : le cruel manque de couple sous 2.000 tr/min et une consommation trop importante en sont les causes. Pas spécialement « captivant » à conduire, cette Chevrolet apparaît comme pratique et confortable à l’usage, à la condition express d’éviter les sièges en cuir, bien trop fermes.

Lire plus:

À propos de l'auteur : Piette François

Actualité recommandée pour vous

Plus d'actualités
Volvo n’installera pas son usine géante de batteries en Belgique

Volvo n’installera pas son usine géante de batteries en Belgique

Jan Jambon n’est pas parvenu à convaincre le constructeur suédois.

La Toyota Corolla Cross arrive en Europe

La Toyota Corolla Cross arrive en Europe

Un nouveau SUV viendra donc encore gonfler le catalogue de Toyota en Europe. En outre, cette Corolla Cross inaugurera la nouvelle génération de mécanique hybride du spécialiste japonais.

Cette Toyota GR Yaris brûle de l’hydrogène… pour sauver les moteurs à combustion !

Cette Toyota GR Yaris brûle de l’hydrogène… pour sauver les moteurs à combustion !

Toyota continue le développement de ses motorisations thermiques capables de brûler de l’hydrogène. Cette Yaris sportive devrait dès lors donner de l’espoir aux puristes…

Polestar 3 : le futur Volvo XC90 « sportif » se précise

Polestar 3 : le futur Volvo XC90 « sportif » se précise

Polestar a dévoilé la première image officielle de son futur SUV. Cette Polestar 3 sera fabriquée aux Etats-Unis, au côté du futur Volvo XC90, et est attendue pour 2022.

Essais recommandés pour vous

4,0 /5 Essai : Ford Mustang Mach E-GT, couteau suisse électrique

Essai : Ford Mustang Mach E-GT, couteau suisse électrique

Plus agressive, sportive et dynamique, cette version GT du SUV américain ne se comporte pourtant pas comme le pur-sang indomptable qu’on aurait imaginé…

3,4 /5 Essai : Ford Ranger, éditions spéciales à la « benne » !

Essai : Ford Ranger, éditions spéciales à la « benne » !

Pour célébrer l’actuel Ranger et nous rappeler qu’il reste encore et toujours en vente, Ford n’en présente pas moins de 4 éditions spéciales ! Zoom sur les Wolftrack, Stormtrak, Raptor SE et MS-RT !

3,9 /5 Essai : BMW M240i xDrive, le plaisir en ligne de mire

Essai : BMW M240i xDrive, le plaisir en ligne de mire

Alors que la Série 1 est devenue une sage traction, BMW a conservé une architecture de propulsion sur sa nouvelle Série 2. Mais transmet-elle toujours « le plaisir de conduire » cher à la marque ?

Renault Kangoo vs VW Caddy : chers amis des familles !

Renault Kangoo vs VW Caddy : chers amis des familles !

Pour leur nouvelle vie, les Renault Kangoo et Volkswagen Caddy montent indiscutablement en gamme. De quoi faire oublier leur origine roturière tout en offrant toujours un habitacle modulable et spacieux. Mais à quel prix ?

Conseils recommandés pour vous

Plus de conseils
Voici combien coûte la Dacia Jogger, la familiale 7 places abordable

Voici combien coûte la Dacia Jogger, la familiale 7 places abordable

Le nouveau Jogger sera commercialisé chez nous dès le 24 décembre, pour une arrivée en concession prévue à partir de mars 2022. Mais combien coûte ce nouveau crossover familial imaginé par Dacia ?

L’une des trois Bugatti EB 112 est en vente !

L’une des trois Bugatti EB 112 est en vente !

Le spécialiste allemand Schaltkulisse vient d’enrichir son catalogue de vente d’une rarissime EB 112. Seuls 3 exemplaires de cette Bugatti 4 portes ont été assemblés !

Futur collector : Lotus 2 Eleven, plus radicale, tu meurs !

Futur collector : Lotus 2 Eleven, plus radicale, tu meurs !

Au salon de Genève en 2007, Lotus présente un engin radical, destiné à limer l’asphalte des circuits : la Lotus 2 Eleven. Chose surprenante pour un engin de ce calibre, certains exemplaires seront homologués pour la route, moyennant un supplément assez raisonnable !

Top 10 des marques automobiles les plus fiables en 2021

Top 10 des marques automobiles les plus fiables en 2021

Les marques japonaises affichent, à nouveau, d’excellents résultats dans cette nouvelle étude de fiabilité.

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Diesel, Manuelle

31 500 €
2021
50 km

Hybride - Essence, Automatique

48 500 €
2021
50 km

Électrique, Automatique

33 950 €
2020
50 km

Hybride - Diesel, Automatique

59 900 €
2021
50 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Hybride - Diesel, Automatique

44 650 €
2021
7 982 km

Essence, Manuelle

189 500 €
1957
3 123 km

Diesel, Automatique

37 500 €
2020
13 045 km

Électrique, Automatique

27 750 €
2020
6 018 km