Essais

Essai BMW i4 M50 : catapulte ouatée

Passée entre les mains de BMW M, l’i4 s’offre deux moteurs électriques dans sa version M50. De quoi développer jusqu’à près de 800 Nm… et ridiculiser la M4 avec son « archaïque » moteur thermique ? Pas si vite…

  • Christiaens  Jean-Francois Christiaens Jean-Francois
  • 29 avril 2022
  • BMW
  • 6 611 vues
4,0
score VROOM
  • 4,5
    Performance
  • 4,0
    Tenue de route
  • 4,0
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 4,5
    Sécurité
  • 3,5
    Prix/Qualité
  • 3,5
    Consommation
  • 4,0
    Global
Avantages et inconvénients
  • Accélérations explosives
  • Agrément dynamique global
  • Finition/équipement
  • Info-divertissement de pointe
  • Recharges rapides
  • Hayon pratique
  • Prix final, options comprises
  • Poids total élevé
  • Comportement en conduite sportive
  • Consommation réelle quelconque en M50

Avec le SUV iX3, la berline-coupé i4 constitue actuellement le fer de lance de l’offre électrique de BMW pour assurer de « grands volumes ». Deux modèles restés proches de leurs cousines thermiques respectives, les X3 et Série 4 Gran Coupé, contrairement au vaisseau amiral iX uniquement disponible en version électrique. Si nous avons déjà mis la déclinaison eDrive40 d’accès de l’i4 à l’épreuve d’un long trajet pour tester son autonomie et la rapidité de ses recharges, nous avons maintenant poussé sa variante griffée « M » dans ses derniers retranchements.


Sport Boost

Si les eDrive40 et M50 partagent la même batterie de 83,9 kWh bruts (80,7 kWh nets), elles se distinguent côté mécanique. Par rapport à sa petite sœur qui se contente d’un unique moteur électrique (250 kW/340 ch) pour animer ses roues postérieures, l’i4 M50 hérite en effet de deux moteurs électriques. Ils animent chacun un essieu pour offrir une transmission intégrale sans liaison mécanique entre les trains. Et développent conjointement jusqu’à 400 kW/544 ch. Soit une cavalerie encore supérieure à celle de la BMW M4 dans sa version Competition de pointe (510 ch) ! Mais c’est surtout du côté du couple disponible que l’écart se creuse : si le six cylindres 3.0 l biturbo de la M4 développe « seulement » 650 Nm, l’i4 M50 offre jusqu’à 795 Nm grâce à sa fonction Sport Boost active pendant une dizaine de secondes.

Il en faut alors nettement moins, de secondes, au bolide électrique pour passer la barre des 100 km/h ! Le traditionnel sprint est expédié ici en 3,7 s. Une M4 « de base » ne peut suivre (4,2 s). Même la M4 Competition réclame 3,9 s. Il faut obligatoirement s’orienter vers la M4 Competition M xDrive (3,5 s), aussi équipée d’une transmission intégrale donc, pour sauver la face du moteur thermique…

M électrique ?

Il faut bien le reconnaître : l’i4 M50 se profile comme une véritable catapulte ouatée ! Au démarrage, la motricité est irréprochable et le couple instantané offert par les deux moteurs électriques assure des accélérations « super-toniques ». La sensation est d’autant plus intense qu’il n’y a aucune rupture de charge. L’i4 M50 accélère sans jamais devoir reprendre son souffle entre des rapports. Jusqu’ici, le seul avantage que conserve la M4 par rapport à sa cousine électrifiée réside dans la sonorité nettement plus enthousiasmante de son six en ligne. Le son artificiel imaginé par Hans Zimmer pour accompagner les accélérations de l’i4 M50 en mode Sport hérisse en tous les cas moins les poils que les vocalises endiablées du moteur à explosion…

Efficace, mais « lourde »

La comparaison avec la M4 s’arrête de toute façon aux seules accélérations en ligne droite. L’i4 M50 est en effet certes une super voiture électrique, mais elle n’a pas encore l’âme d’une vraie sportive bavaroise. Si on retrouve une direction globalement précise et un amortissement efficace (adaptatif en série et pneumatique sur l’essieu arrière en option), l’i4 M50 ne peut cacher son embonpoint dans les enchainements. Elle avance un poids à vide de 2.290 kg. Et même si son centre de gravité bas grâce à son module de batterie (53 mm plus bas que celui d’une Série 3) permet de virer à plat, on sent bien une certaine inertie lorsqu’on la pousse dans ses retranchements. À sa décharge, l’i4 M50 n’est pas chaussée des « tranchants » Michelin Pilot Sport 4S offerts aux M3/M4.


Mais honnêtement, sauf si l’on aime déposer tout ce qui roule lors des accélérations aux feux rouges, l’i4 eDrive 40 semble être un choix plus « raisonnable » et déjà largement suffisant pour jouir à l’occasion d’accélérations toniques (0 à 100 km/h en 5,7 s)…

Elancée et pratique

Peu importe la version d’i4 retenue, dans les deux cas, on disposera d’une berline-coupé élancée plutôt pratique. Le hayon arrière libère un vaste accès vers un coffre plutôt généreux : 470 l. Les places latérales arrière se montrent aussi plutôt spacieuses pour un « coupé », du moins pour des adultes de taille normale. La garde au toit pourra juste devenir un peu faible pour les plus grands gabarits. On notera aussi que l’i4 ne se présente pas comme un coupé exclusivement à 4 places. En cas de besoin, on conserve la possibilité d’embarquer un troisième passager sur la banquette arrière.


Le fait de partager ses entrailles techniques avec un modèle thermique nuit tout de même aux aspects pratiques de l’i4 par rapport à des modèles exclusivement taillés pour la mobilité électrique. Il faudra par exemple composer avec un tunnel de transmission assez encombrant. De plus, n’espérez pas trouver ici un « frunk », soit un coffre avant permettant de ranger les câbles de recharge. Mais il y a tout de même un petit espace dédié pour eux sous le double plancher du coffre arrière.


Tablette (iX)XL

Par rapport à sa sœur thermique Série 4 Gran Coupé qui doit s’en passer, l’i4 se démarque par la présence de la nouvelle grande dalle incurvée « BMW Curved Display » héritée du vaisseau amiral iX. Ce double écran combinant un écran d’information de 12,3 pouces à une grande tablette centrale de 14,9 pouces modernise clairement le poste de conduite de la Bavaroise.

Il faut reconnaître que le système s’avère fluide, très complet et globalement intuitif. Même si l’on pourra regretter la suppression du combiné « physique » de climatisation, des boutons pour les sièges chauffants, etc. Heureusement, l’efficacité de la commande vocale (j’ai froid ; peux-tu allumer les sièges chauffants, etc.) permet de s’en passer dans la pratique. Notons aussi que les maniaques déploreront les nombreuses traces de doigts qui viennent vite parsemer l’écran central au quotidien.


22,5 kWh/100 km

Plus lourde et équipée de deux moteurs électriques, l’i4 M50 avance une autonomie théorique légèrement inférieure à celle de sa petite sœur équipée de la même batterie. L’i4 eDrive40 promet ainsi jusqu’à 590 km WLTP contre 510 km pour la M50.

Dans la pratique, mieux vaut plutôt tabler sur un rayon d’action réel de l’ordre de 350 à 400 km. Nous avons relevé une consommation moyenne de 22,5 kWh/100 km sur l’ensemble de notre essai, mais sans nous priver à l’occasion de solides accélérations. On peut espérer descendre vers les 20 ou 19 kWh/100 km en étant un peu plus économe avec ses électrons.

Pic à 209 kW

Côté recharges, l’i4 figure parmi les bonnes élèves. Son chargeur embarqué permet de charger jusqu’à la puissance de 11 kW sur une borne en courant alternatif triphasé. Et pour les recharges rapides, l’i4 digère le courant continu jusqu’à la puissance de 200 kW. Et même visiblement un peu plus, car nous avons atteint les 209 kW en pic sur une station Ionity durant notre essai. Après 20 minutes, nous sommes alors déjà repassés de 17 % à 66 % de charge. Puis de 17 à 75 % en 25 minutes. Et de 17 à 80 % en 29 minutes.


Combien ça coûte ?

BMW propose son i4 eDrive40 à partir de 60.800 €. La M50 pousse le curseur jusqu’à 75.900 €. À titre de comparaison, une Tesla Model 3 Performance (aux prestations sensiblement équivalentes mais à la finition nettement moins léchée) est affichée chez nous à 65.690 €. Mais notez que chez BMW, il ne s’agit bien sûr que de « prix indicatifs » compte tenu des nombreuses (et parfois très onéreuses) options proposées en sus. L’i4 M50 richement équipée mise à notre disposition annonçait ainsi un prix total de 87.625 €.

Notre verdict

L’i4 se profile comme une excellente solution pour les clients premium « forcés » de se convertir à la mobilité électrique. Ils pourront conserver un agrément routier typique de BMW, une finition soignée et des équipements modernes haut de gamme auxquels ils sont habitués. Si la M50 assure des accélérations indéniablement explosives, notons tout de même que la « simple » i4 eDrive40 se profile déjà comme une version convaincante aux prestations suffisamment toniques.

Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une voiture électrique ? Choisissez parmi plus de 30.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces de voitures électriques maintenant ici :


Lire plus:

Christiaens  Jean-Francois
À propos de l'auteur : Christiaens Jean-Francois Jean-François Christiaens est journaliste automobile depuis 2005. Passionné par tout ce qui roule, il prend autant de plaisir à découvrir une voiture électrique que de rouler dans une hypercar. Mais son cœur penche tout de même plutôt vers l’univers des petites bombinettes héritières de l’ère GTI. Quoique dorénavant, un bon break confortable ne le laisserait pas indifférent. C’est ça, vieillir ?

Actualité recommandée pour vous

Plus d'actualités
SsangYong Torres, astucieux mélange entre Jeep et Defender

SsangYong Torres, astucieux mélange entre Jeep et Defender

SsangYong dévoile quelques images de son prochain SUV ainsi que son nom, le Torres. Il devrait s’agir d’un vrai aventurier…

Porsche 911, vous êtes plutôt restomod ou safari ?

Porsche 911, vous êtes plutôt restomod ou safari ?

Le Danois Kalmar perfectionne la sportive pour la route alors que les Californiens de chez Russell Built Fabrication la préparent pour la cambrousse !

Pagani : la future supercar sera présentée le 12 septembre !

Pagani : la future supercar sera présentée le 12 septembre !

Pour l'instant, ce nouveau modèle porte le nom de code C10. La bonne nouvelle, c’est qu’à l’instar des modèles précédents, il y aura un V12 Mercedes sous le capot !

Renault Scénic Vision Concept, la familiale 100 % électrique !

Renault Scénic Vision Concept, la familiale 100 % électrique !

Voici à quoi ressemblera le futur Renaut Scénic électrique de série prévu pour 2024 ! À quelques exceptions près, notamment à l’intérieur et sous le capot…

Essais recommandés pour vous

3,5 /5 Premier essai : Alfa Romeo Tonale, il inverse la donne !

Premier essai : Alfa Romeo Tonale, il inverse la donne !

Le SUV compact italien est enfin arrivé ! Ce sont les amoureux de sensations de conduite qui vont être ravis ! Peut-être au détriment d’un peu de confort et de praticité ? À moins que cela ne soit justement tout l’inverse…

3,2 /5 Essai : MG MG5, le break électrique sans chichi

Essai : MG MG5, le break électrique sans chichi

Les fastueux SUV électriques vous paraissent superfétatoires et hors de prix ? Avec ce premier break électrique « rationnel et abordable », MG pourrait vous séduire !

4,0 /5 Essai BMW i4 M50 : catapulte ouatée

Essai BMW i4 M50 : catapulte ouatée

Passée entre les mains de BMW M, l’i4 s’offre deux moteurs électriques dans sa version M50. De quoi développer jusqu’à près de 800 Nm… et ridiculiser la M4 avec son « archaïque » moteur thermique ? Pas si vite…

Essai : Fiat Tipo et 500X hybrides, en valent-elles vraiment la peine ?

Essai : Fiat Tipo et 500X hybrides, en valent-elles vraiment la peine ?

Les deux voitures les plus familiales du constructeur italien reçoivent une motorisation hybride. Surprise, il s’avère que l’on a déjà découvert ce bloc il y a peu ! Mais est-il réellement avantageux sous le capot des Tipo et 500X ?

Conseils recommandés pour vous

Plus de conseils
5 Tesla disponibles immédiatement sur VROOM.be

5 Tesla disponibles immédiatement sur VROOM.be

L’avantage chez Tesla, c’est que les modèles n’ont que peu changé au cours des années et ne paraissent donc pas démodés. Sans compter l’accès aux Superchargers ! Malheureusement, cela signifie également qu’ils conservent une certaine valeur …

Superchargers Tesla ouverts à tous : en Belgique aussi !

Superchargers Tesla ouverts à tous : en Belgique aussi !

La Belgique, l’Autriche, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Suède ouvrent également une partie de leurs Superchargeurs à tous les véhicules électriques !

A vendre : Renault Fuego ayant appartenu à la famille Ceaușescu

A vendre : Renault Fuego ayant appartenu à la famille Ceaușescu

Prix de départ pour cette voiture des années 1980 : 500 € !

A vendre : cette Ferrari va affoler les enchères !

A vendre : cette Ferrari va affoler les enchères !

Vous avez devant vous l’une des voitures les plus courtisées de la planète : une Ferrari 340 MM Spider, à carrosserie Vignale. Seuls 4 exemplaires furent produits et aucun ne fut proposé aux enchères depuis 10 ans…

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Automatique

44 490 €
2022
5 km

Diesel, Automatique

55 990 €
2022
5 km

Essence, Manuelle

19 571 €

Essence, Automatique

27 490 €
2022
5 km

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion
11 200 €
2014
101 631 km

Diesel, Manuelle

12 800 €
2019
124 771 km

Essence, Manuelle

21 999 €
2018
54 490 km

Essence, Automatique

17 790 €
2017
10 571 km