Essais

Essai : Smart #1 Brabus, GTI surélevée et survoltée

La Smart #1 Brabus a-t-elle la même fougue et exubérance qui caractérisent les véhicules sortant habituellement des ateliers du préparateur malgré sa motorisation électrique ?

  • Vanhouche  Sébastien Vanhouche Sébastien
  • 07 février 2024
  • Smart
3,9
score VROOM
  • 4,0
    Performance
  • 4,0
    Tenue de route
  • 3,5
    Confort
  • 4,0
    Équipement
  • 4,0
    Sécurité
  • 4,0
    Prix/Qualité
  • 3,5
    Consommation
  • 4,5
    Global
Avantages et inconvénients
  • Look sympathique 
  • Comportement explosif ! 
  • Excellent rapport prix/performance  
  • Plastiques durs dans habitacle
  • E-Pedal perfectible 
  • Son Brabus superflu 

Comme toutes les Smart depuis la création de la marque en 1994, le SUV #1 a lui aussi droit à sa sportive version Brabus. Au programme côté look, quelques logos du préparateur ainsi que des touches de rouge apposées ici et là, des jantes spécifiques, deux petites aérations situées à la base du capot, une lame avant plus prononcée et un aileron arrière légèrement allongé. Séparément, ces modifications sont plutôt minimes, mais une fois mises bout à bout, elles donnent au petit SUV électrique un look nettement plus sportif et dynamique. Pour le reste en revanche il s’agit du même petit SUV premium de 4,3 m de long, 1,64 m de haut et 1,82 m de large au design toujours aussi sympathique.



Une Brabus à peine différente esthétiquement des autres Smart #1

À l’intérieur, on retrouve à nouveau une présentation amusante et décalée pratiquement identique à celle de n’importe quelle autre #1. La planche de bord tout en rondeur est notamment surplombée par un grand écran central de 12,8 pouces. Ce dernier embarque un système d’infodivertissement ludique avec son petit renard, mais également réactif et plus ou moins facile d’utilisation. On regrette simplement que certains boutons ne soient pas un plus grands et que les commandes de climatisations ne soient pas toujours affichées à l’écran. Elles disparaissent par exemple lorsqu’on utilise Apple CarPlay ou Android Auto. Deux systèmes qui fonctionnent d’ailleurs sans fil. Un second écran de 9,2 au look plus minimaliste remplace le combiné d’instruments alors qu’un affichage tête haute de 10 pouces complètent l’équipement digital de la planche de bord. Malheureusement, tout comme dans les autres #1, on retrouve encore trop de plastiques durs à bord. Dommage.

Tout comme à l’extérieur, la version Brabus a tout même droit à quelques (petites) particularités. Elles prennent principalement la forme de surpiqûres, lumière, coutures, ceintures et logo Brabus rouges, mais également quelques touches d’alcantara ici et là. À nouveau, si chaque changement pris séparément peut paraître léger, une fois réunis, ils donnent à l’habitacle un agréable côté plus sportif.



Ni trop grande, ni trop petite

La Smart #1 Brabus dispose également d’un empattement de 2,75 m. Ça n’a rien de gigantesque à l’heure actuelle, mais cela permet tout de même aux passagers arrière de ne pas manquer de place une fois à bord. Un bon point. Autre bon point : sa banquette arrière coulissante ! Résultat, en plus du petit volume de chargement caché sous le capot, le coffre du SUV sino-allemand évolue de 313 à 979 l une fois tous les sièges rabattus. Encore une fois, ce n’est pas un palace, mais c’est plus que suffisant pour une utilisation quotidienne.



115 kW (156 ch) et un moteur supplémentaire !

La plus grande différence entre les autres Smart #1 et la version Brabus, c’est que cette dernière est équipée non pas d’un, mais de deux moteurs ! Le premier est le même que dans les autres variantes du SUV électrique. Installé à l’arrière, il affiche 200 kW (272 ch) et 343 Nm. Le second est inédit et développe tout de même 115 kW (156 ch). Ensemble, ils répartissent donc leur 315 kW (428 ch) et 584 Nm de couple sur les 4 roues du petit SUV pour littéralement le catapulter jusqu’à 100 km/h en 3,9 s ! Autant vous dire qu’on atteint assez rapidement sa vitesse de pointe limitée à 180 km/h.  

Côté batterie, la Smart #1 Brabus profite d'une unité de stockage de 66 kWh dont 62 sont réellement utilisables. Malgré son moteur et sa puissance supplémentaires, son autonomie maximale de 400 km n’est inférieure que de quelques dizaines de kilomètres par rapport aux autres versions. Durant notre essai, nous avons avoisiné une moyenne de 22 kWh/100 km en profitant de temps de temps de toute la puissance de cette #1 Brabus. De quoi imaginer une autonomie réelle plus proche des 300 que des 400 km, ce qui reste respectable pour un SUV électrique aussi performant. Une fois à plat, le petit SUV survolté dispose d’une puissance de charge maximale de 150 kW pour passer de 10 à 80 % de niveau de charge en 30 min ainsi que d’un chargeur embarqué de 22 kW pour faire le plein en 3h.

Une GTI haute sur pattes et électrique

Étonnamment, Brabus n’a pratiquement pas touché au châssis de la #1 et c’est une excellente chose. Malgré ses 1,9 t et ses jantes de 19 pouces, cette version sportive et tout aussi agréable à conduire calmement que n’importe quelle autre #1. Elle est à la fois bien insonorisée, pas trop ferme et dispose d’un bon freinage régénératif. Son E-Pedal est en revanche toujours aussi peu convaincante. Mieux vaut laisser cette fonctionnalité désactivée et appuyer sur le frein pour marquer l’arrêt.

Et quand on veut s’amuser, la version sportive de la Smart #1 répond également présente notamment grâce à son mode Brabus spécifique. Bien installé dans un siège juste assez enveloppant, on profite d’une direction suffisamment précise pour facilement inscrire le petit SUV en virage. Et une fois en sortie courbe, ses deux moteurs la catapultent jusqu’au prochain tournant ! À chaque accélération, on apprécie également la puissance supplémentaire de son moteur arrière qui confère à cette version sportive un comportement typé propulsion tout en conservant la sécurité d’une 4 roues motrices. Au volant de cette Smart #1 Brabus, on est confiance et on s’amuse ! S'il n’est peut-être pas destiné à la piste, ce SUV est un vrai plaisir sur la route.



Brabus a également implémenté un son fictif activable via l’un des trop nombreux sous menus de son écran central. Tout comme pour l’E-Pedal, mieux vaut le laisser désactivé. Il est certes plus agréable et naturel que ce qu’a pu faire Abarth dans sa 500 e, mais l’absence de passage de rapports finit tout de même par le rendre agaçant. À ce gadget près, la Smart #1 Brabus sait véritablement tout faire au même titre qu’une bonne GTI. Si ce n’est qu’il s’agit d’un petit SUV électrique survolté !

Combien coûte la Smart #1 Brabus ?

La Smart #1 Brabus est affichée à partir de 47.995 €, soit seulement 4.000 € de plus que la version affichant le plus grand rayon d’action de 440 km. D’accord, la variante sportive perd 40 km d’autonomie, mais elle gagne en revanche un second moteur de 115 kW (156 ch) ! Résultat, pour 9 % de plus, on perd certes 10 % d’autonomie, mais l’on gagne 57 % de puissance supplémentaire ! De quoi potentiellement faire de cette version Brabus la Smart #1 la plus intéressante… Qui plus est, il n’existe pas la moindre option à rajouter à cette finition. Encore mieux, certaines mises à jour du système central déverrouillent parfois de nouvelles fonctionnalités. Durant notre semaine avec la #1 Brabus, Smart y a par exemple gratuitement ajouté le… volant chauffant.

Notre verdict

Tout comme une bonne GTI, la Smart #1 Brabus sait absolument tout faire. Elle est suffisamment confortable et facile d’utilisation au quotidien. Mais on peut également s’amuser à son volant quand l’envie nous prend. Et pas qu’un peu grâce à ses 315 kW (428 ch), 584 Nm de couple et 4 roues motrices ! Le tout contre à peine 40 km de rayon d’action en moins et 4.000 € de plus que la variante Premium à la plus grande autonomie… De quoi faire de cette version Brabus la plus alléchante des Smart #1 à nos yeux.

Vous cherchez une nouvelle voiture ?

Vous cherchez une Smart ? Choisissez parmi plus de 40.000 voitures sur VROOM.be. Neuf et d'occasion ! Découvrez nos dernières annonces Smart maintenant ici :


Lire plus:

Vanhouche  Sébastien
À propos de l'auteur : Vanhouche Sébastien Sébastien a toujours été passionné par le monde de l’automobile, au sens large. Tout l’intéresse dans le domaine, des petits ancêtres à moteur thermique aux mastodontes électriques modernes! Il a cependant toujours eu un petit faible pour les véhicules véloces, mais discrets. Rien de tel qu'un break qui déborde de puissance pour se faire plaisir tout en passant inaperçu!
Photos ©: Sébastien Vanhouche.

Essais recommandés pour vous

Plus d'essais
3,8 /5 Essai : Skoda Karoq, la force tranquille

Essai : Skoda Karoq, la force tranquille

Le Skoda Karoq n'est plus tout jeune et n’est sans doute pas le plus branché de la famille Skoda. Cette force tranquille présente néanmoins de nombreux avantages...

3,9 /5 Essai : Volkswagen Tiguan, le touche-à-tout performant

Essai : Volkswagen Tiguan, le touche-à-tout performant

Après 8 ans de carrière, le Volkswagen Tiguan nous revient tout en rondeur, avec une technologie embarquée améliorée et une majorité de motorisations hybrides.

3,8 /5 Essai : Mini JCW Countryman ALL4, SUV familial et dynamique

Essai : Mini JCW Countryman ALL4, SUV familial et dynamique

La variante JCW du nouveau Mini Countryman est-elle toujours aussi fun malgré les dimensions plus imposantes que jamais de cette 3e génération du SUV « compact » ?

3,5 /5 Essai : BMW iX2, polyvalence coupée et électrique

Essai : BMW iX2, polyvalence coupée et électrique

Fini le petit SUV premium, le BMW X2 est désormais devenu la version coupée du SUV X1. Mais est-il également devenu plus alléchant ? La réponse au volant de sa dérivée 100 % électrique iX2.

Voitures neuves recommandées pour vous

Plus de voitures neuves

Essence, Manuelle

23 748 €

Essence, Manuelle

23 599 €
7 km

Essence, Automatique

27 547 €

Diesel, Manuelle

32 584 €

Voitures d'occasion recommandées pour vous

Plus de voitures d'occasion

Essence, Automatique

28 995 €
2011
65 000 km

Diesel, Automatique

36 785 €
2020
29 990 km

Essence, Automatique

23 500 €
2020
30 212 km
52 990 €
2019
105 433 km