Essai : Volkswagen Passat Variant, le break classe affaires

Malgré la popularité croissante des SUV, la Volkswagen Passat nous revient en force. Désormais uniquement en break, elle s’attaque également au premium.

"

La nouvelle Passat passe de la classe économique à la classe affaires. Elle est non seulement premium mais également confortable et très spacieuse."

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

De nos jours, la popularité des SUV ne peut être ignorée. Preuve en est : la Volkswagen la plus populaire de nos jours n’est plus la Golf…mais le Tiguan ! Reste-t-il donc encore de la place pour les berlines et breaks conventionnels ? Selon Wolfsburg, il reste une petite place pour la Passat…mais seulement pour la version break !

Design
Variant, un point c’est tout !

La Passat, c’est une réelle success story pour Volkswagen. Depuis les années 70, la marque allemande en a écoulé pas moins de 34 millions. Impossible de l’abandonner. Pourtant, les temps changent et les goûts aussi. La neuvième génération ne se décline donc qu’en break – ou Variant, en langage Volkswagen – et elle partage une bonne partie de sa carrosserie avec la nouvelle Skoda Superb.

Cette anecdote n’implique pas pour autant que le break allemand est empreint de formes tchèques. Eh non, la nouvelle carrosserie opte pour une évolution de style. On y voit donc un break aux formes bien moins tendues qu’auparavant. Comme les récentes électriques de la famille ID, la Passat fait dans les rondeurs.

La face avant opte pour une grande calandre logée dans la partie inférieure du bouclier, tandis que la liaison avec le capot est délimitée par une bande LED qui rejoint les deux feux – on a déjà vu cela sur plusieurs VW, comme l’ID.7. Sur les flancs, on note un pli dans le métal qui passe de la roue avant aux feux arrière. Un clin d’œil à sa devancière, mais pourtant cette nouvelle Passat grandit de 14 cm (4,92 m de long), tandis que son empattement gagne 50 mm (2,84 m). À l’arrière, le hayon est quasi-totalement dominé par une bande LED, comme à l’accoutumée de nos jours.

 

Expérience
Des écrans…

Tandis que la nouvelle Passat partage une bonne partie de sa carrosserie avec la nouvelle Skoda Superb, son habitacle semble avoir été copié au papier carbone sur celui…du nouveau Tiguan ! Le nouveau break se dote également d’une planche de bord horizontale, totalement dominée par des écrans. De série, on trouve l’instrumentation de bord digitale de 10,25 pouces, tandis que l’écran de l’infodivertissement taille de 12,9 pouces à carrément 15 pouces en option.

Impossible de passer à côté ! Heureusement, VW continue sur sa bonne lancée – comme sur le Tiguan et l’ID.7 – avec un logiciel d’infodivertissement logique, pratique et ergonomique, ainsi qu’un sélecteur de rapport sur la colonne de direction. On regrette juste que la Passat soit privée de la molette rotative du Tiguan…

...et de l’espace !

VW nous annonce également vouloir titiller les grands noms du « premium » avec sa nouvelle Passat. Voilà le dicton typique du département marketing, mais la qualité perçue fait un réel bond en avant. On trouve du (simili)cuir aux surpiqures contrastées sur la planche de bord et les contreportes, du plastique moussé tout autour de la console centrale et même des contreportes moussées à l’arrière ! Peu de VW récentes sont si bien finies…

Pour ainsi dire, la nouvelle Passat passe de la classe économique à la classe affaires. Cela se voit d’ailleurs aux places arrière où l’espace aux jambes est, purement et simplement, énorme. Le coffre n’est d’ailleurs pas en reste, car il grandit de 60 litres, pour offrir un total de 690 litres, voire 1 920 litres banquette rabattue. Sur l’hybride rechargeable, la batterie rogne l’espace à 510 litres.

 

Vroom picks

Les plus lus

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Conduite
Pluralité

La nouvelle Passat nous revient, en effet, en hybride rechargeable. Histoire de mettre toutes les chances de son côté, Volkswagen a décidé de mettre le paquet sur l’autonomie grâce à une nouvelle batterie de 19,7 kWh. Ainsi, la Passat eHybrid devrait pouvoir rouler à l’électricité sur plus de 100 km. Pour les chiffres officiels, y compris la consommation et le taux de CO2, il faudra attendre l’homologation…

Ce qu’on sait déjà, pourtant, c’est qu’il y aura deux puissances. Toutes les deux partagent la même motorisation, qui combine un moteur électrique de 115 ch logé dans la boîte DSG 6 rapports à un nouveau 4 cylindres essence de 1,5 litre. En fonction de ce que ce dernier développe, la puissance combinée varie de 204 ch et 350 Nm à 272 ch et 400 Nm. On sait aussi que la batterie de bonne taille acceptera la charge 11 kW et même la charge rapide à 50 kW.

Essence vs. diesel

Vu que cette 9e génération repose sur la même plateforme que la 8e – une évolution, certes – les motorisations sont similaires. On retrouve donc le 4 cylindres diesel de 2.0 l qui produit 150 ou 193 ch. Ce dernier est associé à la transmission intégrale.

Côté essence, on trouve le 2.0 TSI de 204 ch ou le 2.0 TSI 4Motion de 265 ch. Pourtant, c’est l’entrée de gamme qui vole la vedette au bloc de la Golf GTI. Le 4 cylindres de 1.5 l s’offre l’hybridation légère à 48 volts. Cela lui permet de sortir ses 150 ch avec plus d’efficacité. Peu importe la motorisation retenue, la Passat est désormais dépourvue de boîte manuelle !

Première Classe ?

On vous disait plus haut que la Passat avait des ambitions premium. Une fois placé à son volant, on ne peut la contredire. Non seulement la finition y joue pour quelque chose, mais l’isolation phonique et la suspension finissent le travail. C’est simple : cette nouvelle Passat est un réel cocon de confort !

Pas un bruit ne semble filtrer de l’aérodynamique, du moteur ou des pneus. En sus, la nouvelle suspension pilotée DCC Pro (option), aux amortisseurs à double valve, réduit avec brio toutes les aspérités de la route. Quel bonheur de retrouver un grand break (ultra) confortable sans prétention sportive. Cela étant, une fois que le tarmac se tord, l’Allemande s’en sort bien, avec la retenue typique des Volkswagen.

Étrangement pour une grande routière, le moteur qui lui sied le mieux est…l’entrée de gamme ! Eh oui, le 1.5 eTSI brille par son silence de fonctionnement, sa souplesse et sa frugalité. Certes, ce n’est pas le plus vif (0-100 km 9,2 sec.), mais sa soif est contenue. Notre essai s’est conclu avec une moyenne de 5,7 l/100 km !

 

Prix
Prix Volkswagen Passat Variant 2024

Puisque les variantes hybrides nécessitent encore un passage par l’Europe pour leur homologation, Volkswagen ne leur colle pas encore d’étiquette de prix. Il en va de même d’ailleurs pour toutes les motorisations…sauf les moteurs d’entrée de gamme ! Ainsi, la Passat 1.5 eTSi 150 ch s’affiche à partir 41 085 €, tandis que 2.0 TDI de 150 ch requiert une montée en gamme à 47 015 €.

Verdict

La Volkswagen Passat choisit enfin son camp. Alors qu’elle a toujours été la grande routière bonne à tout, mais un peu insipide sur les bords, cette 9e génération choisit le clan du confort ! Bien dans ses bottes – ou plutôt dans ses mocassins en cuir – la Passat chouchoute ses passagers avec une bonne finition, un confort ouaté et l’habitabilité digne d’une cathédrale.

Vroom picks

Les plus lus

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ